Antoine Le Moiturier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Le Moiturier
Naissance
Décès
après 1497
Paris, Royaume de France Royaume de France
Activité
sculpteur +
Maîtres
Œuvres réputées

Antoine Le Moiturier, né à Avignon en 1425, et mort à Paris après 1497, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tombeau de Jean Sans Peur, musée des beaux-arts de Dijon.
Mise au tombeau de Semur-en-Auxois.
  • Retable destiné au maître-autel de l’église St-Pierre à Avignon.

Neveu et élève de Jacques Morel, il se forme auprès de lui dans son atelier à Avignon entre 1441 et 1445. Il est mentionné dans cette ville, de façon intermittente, entre 1449 et 1463.

Il a travaillé sur le tombeau de Charles Ier, duc de Bourbon à Souvigny, que réalise Jacques Morel.

En 1461, il s'installe rue de la Peyrolerie après avoir été embauché par le chanoine Jacques Oboli pour réaliser le retable du maître-autel de l'église de Saint-Pierre à Avignon. Ceux marchés passés en 1461 et 1463 ont permis de lui attribuer cette œuvre avec certitude. Ce fut sa plus grande œuvre mais, détruite en 1659, il n'en reste que les deux anges du musée d'Avignon qui permettent d'identifier son style[2].

Il travaille à l'abbatiale de Saint-Antoine-l'Abbaye, entre 1461 et 1463. Certains historiens d'art lui ont attribué la réalisation des sculptures du portail occidental dont il ne reste plus que celles des voussures. Cette attribution est contestée par d'autres qui pensent plutôt à des retables dans les chapelles latérales qui ont tous été détruits pendant les guerres de religion.

En 1462, Agnès de Bourgogne le recommande à son frère, Philippe le Bon, en 1462, comme « l'un des notables et expert bon ouvrier pour besoigner en la perfection ». C'est probablement à cette époque que les consoles et les statues commandées par l'abbé de Cluny Jean de Bourbon pour sa chapelle privée greffée sur l'abbatiale. Les statues ont été détruites par les protestants. Le style des consoles subsistantes les a fait attribuer à Antoine Le Moiturier.

Il s'installe à Dijon en 1466, où il réside jusqu'en 1494. Le déchiffrement du rôle des impôts de Dijon permet de savoir qu'il y est présent de mai 1465 à la fin de 1475, puis de novembre 1480 à mai 1496. Il termine le tombeau de Jean Sans Peur entre 1466 et 1469. Dans cette œuvre commencée par Jean de la Huerta, il a réalisé les têtes et les mains des gisants, ainsi que les deux lions.

Comme le laisse supposer une lettre écrite en 1477 au chapitre de la collégiale de Beaune au sujet du jubé, il y a une forte probabilité qu'il ait participé à des travaux dans la cathédrale d'Autun entre 1470 et 1475.

En 1477 et 1478, il est le maître d'œuvre du jubé de la collégiale Notre-Dame de Beaune, aujourd'hui disparue. Il est présent à Avignon en 1478.

Il réalise en 1490, avec son atelier, la mise au tombeau se trouvant aujourd'hui à la collégiale Notre-Dame de Semur-en-Auxois.

Il est mentionné à Paris en 1497 où il termine sa carrière.

Œuvres répertoriées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des Arts sur le site www.louvre.fr
  2. Brève notice biographique sur le site de la mairie d'Avignon
  3. Musée du Louvre : Antoine Le Moiturier
  4. Bernard Lauvergeon,; Trésors cachés des églises de la Nièvre, La Camosine, 1990, notice n°44, p.63/160.p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Henri Requin, Jacques Morel et son neveu Antoine Le Moiturier, imprimerie de E. Plon, Nourrit et Cie, Paris, 1890
  • Jacques Baudoin, Les grands imagiers d'Occident, Volume 1, p. 213-218, Éditions Créer, Nonette, 1983 (ISBN 978-2-902894154) (extraits en ligne)
  • Élisabeth Réveillon, « Côte d'Or. Un nouveau jalon pour la carrière d'Antoine Le Moiturier en Bourgogne : le jubé de Notre-Dame de Beaune », in Bulletin munumental, année 2002, no 160-3, p. 299-304 (en ligne)
  • Pierre Quarré, Antoine Le Moiturier, le dernier des grands imagiers des ducs de Bourgogne, Musée de Dijon, 1973
  • Pierre Quarré, « Tombeau du chanoine Oboli et les anges du retable de Saint-Pierre d'Avignon », in Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1974
  • Richesses d'art en Morvan... , [catalogue d'exposition], IGMRAF, n°90-91, 1983

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :