Antoine Gombaud, chevalier de Méré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La forme ou le fond de cet article scientifique sont à vérifier. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Améliorez-le, ou discuter des points à vérifier. Si vous venez d'apposer le bandeau, merci d'indiquer ici les points à vérifier.

Antoine Gombaud, chevalier de Méré
Informations générales
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Domaine

Antoine Gombaud, dit le « chevalier de Méré », est un écrivain français, né en Angoumois en 1607 et mort le au château de Beaussais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est connu pour ses essais sur l’honnête homme[1]. Contemporain de Blaise Pascal, il eut avec lui une longue correspondance sur les calculs de probabilités et le problème de la partie interrompue. Il est célèbre par le « pari du chevalier de Méré » qui l'a opposé à Pascal sur une question de probabilités à l'époque où celles-ci étaient balbutiantes

Bien que non noble, il adopte le titre de chevalier pour le personnage de ses dialogues représentant ses propres idées (Méré car c’est là qu’il reçut son éducation). Ses amis le surnomment ainsi par la suite[2].

Méré est un important théoricien de salon : comme bon nombre de penseurs libéraux du XVIIe siècle, il se méfiait du pouvoir héréditaire et de la démocratie, et pensait que la résolution de problèmes par la discussion libre entre gens d’esprit, cultivés et mondains était préférable.

Ses deux essais les plus connus sont L’honnête homme et De la vraie honnêteté[3], mais c’est surtout sa contribution à la théorie des probabilités qui l’a rendu célèbre. En tant que mathématicien amateur, il entreprit de résoudre un problème datant au moins du Moyen Âge : le problème des points. Celui-ci consiste à résoudre le problème suivant : si deux personnes se mettent d’accord pour jouer à un jeu un certain nombre de manches, au meilleur des sept manches par exemple, et qu’ils sont interrompus avant la fin, comment faut-il diviser la mise qui est en jeu si, disons, le premier gagne une manche et le deuxième en gagne trois[4] ?

Fidèle à ses méthodes de salon, Méré convainc l’académie de Mersenne de le résoudre. Blaise Pascal et Pierre de Fermat relèvent le défi, et c’est dans leur échange de lettres sur ce sujet que sont jetées les bases de la théorie des probabilités moderne[5].

Méré a prétendu qu’il avait découvert la théorie des probabilités lui-même, une affirmation qui ne fut pas prise au sérieux par les mathématiciens impliqués. Il a prétendu aussi que ses calculs de probabilités démontraient que les mathématiques elles-mêmes étaient incohérentes et que les mathématiciens avaient tort de penser que les droites étaient divisibles à l’infini[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'orthographe utilisée ici est celle de l'édition 1930 des œuvres complètes aux Éditions Fernand Roche.

Œuvres philosophiques[modifier | modifier le code]

  • Les Conversations ;
  • Discours de la Justesse ;
  • Des Agrémens ;
  • De l'Esprit ;
  • De la Conversation ;
  • Le règlement du jeu de l'hombre en 1674
  • Œuvres posthumes :
    • De la vraïe honneteté,
    • Suite de la vraïe honneteté,
    • De l'Eloquence et de l'Entretien,
    • De la Delicatesse dans les choses et l'Expression,
    • Le Commerce du monde,
    • Suite du Commerce du monde.

Roman[modifier | modifier le code]

  • Les Avantures de Renaud et d'Armide

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rémy Foisseau - Jean-Paul Taillé, Le Chevalier de Méré - Énigmatique honneste homme du XVIIe siècle, Mon Petit Éditeur, 2012.

Poésie[modifier | modifier le code]

  • A une dame trop curieuse de sa parure ;
  • Madrigal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Augustin Sainte-Beuve, « Le Chevalier de Méré ou de l’honnête homme au XVIIe siècle », Revue des Deux Mondes,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Aaron Brown, The Poker Face of Wall Street, John Wiley & Sons,‎ (ISBN 9781118161104, lire en ligne)
  3. E. Feuillâtre (dir.), Les Épistoliers Du XVIIe Siècle, Librairie Larousse,‎ , chapitre « Sur le chevalier de Méré ».
  4. (en) Tom M. Apostol, Calculus, Blaisdell Publishing Company,‎ (lire en ligne)
  5. (en) Keith Devlin, The Unfinished Game: Pascal, Fermat, and the Seventeenth-Century Letter That Made the World Modern, Basic Books,‎ (ISBN 0786726326, lire en ligne)
  6. (en) James Franklin, The Science of Conjecture: Evidence and Probability Before Pascal, JHU Press,‎ (ISBN 9781421418803, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]