Antoine Duclaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Duclaux.
Antoine Duclaux
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
Activité
Formation
Élève

Antoine-Jean Duclaux, né à Lyon le [1], et mort à Sainte-Foy-lès-Lyon, lieu-dit Fontanière, le , est un peintre français de l'École de Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Reine Hortense à Aix-les-Bains (1813), Arenenberg, musée Napoléon.

Sous la Terreur, la famille Duclaux est persécutée et chassée de Lyon[2]. Elle se réfugie en Bourgogne, à Charrecey, où elle possède le domaine Chandelux[3]. Elle y vit assez misérablement et doit recourir à la charité de ses vignerons. Plusieurs parents des Duclaux sont guillotinés et fusillés dans le Lyonnais. On conçoit que la jeunesse du peintre, assombrie par l'aliénation de son père, la mort de ses deux frères, les massacres de Lyon et le manque d'argent, marque son caractère d'un certain désenchantement souvent teinté d'ironie. Sa mère n'envisage pas que son seul fils survivant puisse consacrer sa vie à la peinture. En 1800, elle le fait entrer dans une maison de commerce, mais cela ne répond pas aux aspirations du jeune homme. Vers 1805, il a l'occasion de partir pour Naples en qualité de secrétaire du général Fursy Compère. Il peut avoir fait la connaissance de ce dernier lors du passage à Lyon du Premier Consul, auquel il aurait offert la première peinture connue de Duclaux, représentant un cheval. Il passe deux ans à la Cour de Joseph Bonaparte où s'affirme son talent de dessinateur.

Lors de ses séjours dans sa maison de campagne de Vourles[4], entre 1830 à 1850, et au manoir de Moncorin chez son cousin Léonard-Alexandre Olphe-Galliard, il a gravé, dessiné et peint des paysages du village et de ses environs.

Antoine Duclaux est inhumé à Lyon au cimetière de Loyasse, dans la chapelle Testenoire, où repose également le sculpteur Joseph Fabisch.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France
En Suisse

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Vourles : Hommage à Antoine Duclaux, avril 1993,
  • Vourles, Maison Forte, Antoine Duclaux et ses amis de l'École lyonnaise, avril 2013,
  • Lochieu, musée départemental du Bugey-Valromey, Le Bugey d'Antoine Duclaux (1783-1868) Dessins et Peintures, avril-novembre 2015.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de D. Cano, texte de S. Carrel-Lantelme, B. Gurcel, Le Bugey d'Antoine Duclaux (1783-1868) Dessins et Peintures, Musées départementaux de l’Ain, 2015, ISBN 978-2-907981-39-2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baptisé le 28 juillet 1783 à l'église Saint-Nizier.
  2. Évelyne Pansu et Françoise Dupuis-Testenoire, Antoine-Jean Duclaux – Peintre, dessinateur et graveur lyonnais, édition Plaquette d’exposition des Beaux Arts, Lyon, 1990.
  3. Sis rue de l'Église, voisin du cimetière actuel.
  4. L'actuelle propriété Lestra.
  5. « La Halte des artistes lyonnais à l'île Barbe », notice sur le site photo.rmn.fr.

Sur les autres projets Wikimedia :