Antoine Chanlatte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Antoine Chanlatte
Antoine Chanlatte

Naissance 1749
Port-au-Prince (Drapeau d'Haïti Haïti)
Décès (à 66 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 17761810

Antoine Chanlatte, né en 1749 à Port-au-Prince (Haïti), mort le à Paris, est un général français de la révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Il entre en service comme fusilier dans la milice de Saint-Domingue en 1776, il est nommé sergent en 1777 et en 1791, il est affecté à la garde nationale de Saint-Marc. Il reçoit son brevet de capitaine en 1792, et celui de chef de brigade en . Il assiste le , au ralliement de Toussaint Louverture son ennemi de la veille[1].

Le 13 vendémiaire an IV (), il est blessé dans les rangs des défenseurs de la convention que commande Bonaparte[1]. Il est promu général de brigade d’infanterie le , et il est élu député de l’ile de Saint Domingue au conseil des cinq-cents, mais il n’est pas admis à siéger[1].

En 1798, il est de retour à Saint-Domingue avec le général Hédouville. Le , il est nommé commissaire provisoire de la république à Santo-Domingo d’où Toussaint veut chasser le général de Kerverseau, puis il tente de s’opposer à la prise de possession de la partie Espagnole par Louverture. Le , après la défaite, il quitte l’ile pour le Venezuela afin de préparer son retour en France[1].

Rentré en France en 1801, il reste sans affectation. Il est remis en activité à l’armée des côtes de l'Océan le au camp de Saint-Omer[2]. Il est ensuite envoyé au camp de Boulogne pour diriger l’instruction des gardes nationales. Le , à la dissolution de cette armée, il est mis en non activité[2].

Il est admis à la retraite le [1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e de Lacroix 1819, p. 465
  2. a et b Gainot 2007, p. 223

Sources[modifier | modifier le code]