Antoine Carré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carré (homonymie).
Antoine Carré
Image illustrative de l'article Antoine Carré
Fonctions
Député de la 1re circonscription du Loiret

(14 ans 2 mois et 17 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Pierre Sueur
Successeur Olivier Carré

(2 ans 1 mois et 11 jours)
Élection
Prédécesseur Jacques Douffiagues
Successeur Jean-Pierre Sueur
Conseiller général du Loiret
Élu dans le Canton de Saint-Jean-le-Blanc

(33 ans et 11 jours)
Élection
Successeur Laurence Bellais
Gérard Malbo
Maire de Saint-Jean-le-Blanc

(23 ans 11 mois et 21 jours)
Élection
Successeur André Boulard
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Nationalité Drapeau : France Française
Résidence Première circonscription du Loiret

Antoine Carré, homme politique français, né le à Fleury-les-Aubrais (Loiret). Il a notamment été député du Loiret et 1er Vice-président du Conseil général de ce département.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine Carré est élu maire de Saint-Jean-le-Blanc, commune de 6 000 habitants à l'époque, en 1977. Cette commune étant un chef-lieu de canton, Antoine Carré en est élu le conseiller général en 1982.

Lors des élections législatives françaises de 1986, il est candidat en quatrième position sur la liste RPR-UDF dans le Loiret. La liste récoltant 45,86% des voix, seuls les trois premiers candidats sont élus. Cependant, Jacques Douffiagues, l'un des députés élus, est nommé au gouvernement de Jacques Chirac. Antoine Carré le remplace donc automatiquement à l'Assemblée nationale.

Deux ans plus tard, lors élections législatives françaises de 1988, le mode de scrutin redevient majoritaire par circonscription. Jacques Douffiagues se présente alors dans la première circonscription du Loiret dont il avait été le député de 1978 à 1981. Antoine Carré n'est donc pas candidat à un nouveau mandat de député à cette occasion. Néanmoins, Jacques Douffiagues est défait par le député socialiste Jean-Pierre Sueur, laissant ainsi la place à Antoine Carré pour une candidature à la députation aux prochaines élections législatives de 1993.

En 1992, Antoine Carré devient vice-président du Conseil général du Loiret. L'année suivante, il est élu député de la 1ère circonscription du Loiret en battant le député sortant et maire d'Orléans Jean-Pierre Sueur. Il le restera jusqu'en 2007, soit pendant près de 14 ans.

En 2001, pour cause de cumuls de mandats, il n'est pas candidat à sa réélection à la mairie de Saint-Jean-le-Blanc, préférant se concentrer sur sa fonction de 1er Vice-président du Conseil général du Loiret.

En 2007, il choisit de ne pas se représenter aux élections législatives et laisse sa place à Olivier Carré, son cousin et également 1er adjoint au maire d'Orléans.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Antoine Carré a cosigné en 2004 une proposition de loi tendant à rétablir la peine de mort pour les auteurs d'actes de terrorisme[1] et s'est abstenu en 2007, lors du vote du projet de loi constitutionnelle relatif à l'interdiction de la peine de mort[2].

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats en cours[modifier | modifier le code]

  • Vice-Président du conseil général du Loiret

Références[modifier | modifier le code]

  1. Proposition de loi n°1521 du 8 avril 2004.
  2. Scrutin public à la tribune sur le projet de loi constitutionnelle .

Liens externes[modifier | modifier le code]