Antoine Boizot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antoine Boizot
Apollo Caressing The Nymph Leucothea - Antoine Boizot.jpg
Apollon carressant Leucothoé, 1737, Tours, musée des Beaux-Arts.
Naissance
Décès
Activité
Lieu de travail
Enfant
Distinction

Antoine Boizot (né à Paris vers 1702, mort dans la même ville en 1782), est un peintre français du XVIIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du peintre François Lemoyne, Boizot tente de remporter le prix de Rome en 1729, avec Joab fait lapider le prophète Zacharie (il arrive second, derrière le peintre Duflot). Il remporte le prix de Rome l'année suivante, avec Giézi obtient les présents d'Elisée. Il exécute son séjour à l'Académie de France à Rome entre 1731 et 1735. De retour à Paris, il est agréé à l'Académie royale le , et se voit commander un morceau de réception, Apollon carressant Leucothoé (musée des beaux-arts de Tours), qu'il présentera à l'Académie le . Il exposera régulièrement au Salon entre 1737 et 1771. Il devient peintre et dessinateur en titre de la manufacture des Gobelins, et sera le premier titulaire du poste de « dessinateur aux traits ». Il s'illustre également comme peintre de scènes religieuses : il peint en 1750 un Christ guérit le paralytique à la piscine de Bethesda (collection particulière), et réalise un Martyre de sainte Concorde (vers 1756, perdu), pour l'église Saint-Hippolyte à Paris. Ses dix-sept Portraits des Rois de France des premières races ont été gravés par Jean-Georges Wille[1].

Il épouse en premières noces Marie Oudry, fille du peintre Jean-Baptiste Oudry. Il se remariera avec Jeanne-Marie Flottes[2] qui lui donnera sept enfants, les deux aînés étant le sculpteur Louis-Simon Boizot (1743 - 1809) et la graveuse Marie-Louise-Adélaïde Boizot (1744-1800).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johann Gottlieb Abraham Frenzel (de), Catalogue raisonné des estampes du cabinet de feu Madame la Comtesse d'Einsiedel de Reibersdorf, imprimerie C.C. Meinhold et fils, Dresde, 1833.
  2. http://data.bnf.fr/13772468/louis-simon_boizot/

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.

Liens externes[modifier | modifier le code]