Antoine Balpêtré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Balpêtré
Nom de naissance Théophile Louis Antoine Balpêtré
Naissance
Lyon, France
Nationalité Flag of France.svg Française
Décès (à 64 ans)
Paris, France
Profession Acteur

Antoine Balpêtré est un acteur français, né le à Lyon[1] et mort le dans le 5e arrondissement de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un Premier Prix au Conservatoire en 1919, il est engagé au Théâtre de l’Odéon avant d’entrer à la Comédie-Française en 1934[2]. Il y enchaine les rôles et est l'interprète de Molière, Pirandello, Hugo, Racine, Edmond Rostand, Shakespeare, Paul Claudel et de bien d'autres auteurs.

Au cinéma, après cinq films tournés dans les années 1930, il figure sous l’Occupation dans quelques-uns des films les plus marquants de l'époque : La Main du diable de Maurice Tourneur (1942), L'assassin habite au 21 (1942) et Le Corbeau de Henri-Georges Clouzot (1943), films produits par la firme allemande Continental. Cela lui vaut d’être emprisonné pendant quelques mois à la Libération et d’être révoqué de la Comédie Française. Ensuite, il apparait notamment dans Justice est faite (1950) et Nous sommes tous des assassins (1952) d’André Cayatte, Le Plaisir de Max Ophüls (1952), Le Rouge et le Noir de Claude Autant-Lara (1954), Katia de Robert Siodmak (1959). Sur scène, il trouve l’un de ses derniers rôles dans La Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams.

Il a écrit un livre de souvenirs, Comédies chez Molière. Il a pour neveu Jacques Perrin[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • Antoine Balpêtré, Comédie chez Molière, Les Éditions du Scorpion, 1961.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000, pp. 47-48.

Liens externes[modifier | modifier le code]