Antoine Année

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Antoine Année, né le à Avremesnil[1] en pays de Caux, près de Dieppe (Seine-Maritime), et mort le à Paris 10e[2], est un dramaturge et journaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Année embrassa de bonne heure la cause de la liberté, mais se trouvant à Paris aux époques du 20 juin, du 10 août et des journées de septembre, les malheurs et les évènements firent sur lui une impression si profonde, qu’il ne cessa depuis de s’élever contre ses excès. Durant la Terreur, il était aux armées, refuge et asile de sûreté des hommes qui n’y occupaient pas des postes assez élevés pour faire naître l’envie ou éveiller les craintes de l’autorité.

Quelques mois après le 9 thermidor an II, il revint à Paris et y publia sous le titre du Réhabilitateur un journal consacré à venger la mémoire des victimes de la Terreur. On était encore trop voisin du système contre lequel il s’élevait et il ne parut qu’une vingtaine de numéros de son journal. Les hommes qui y avaient joué les premiers rôles étaient encore trop puissants pour qu’une telle feuille pût être publiée impunément et Année fut forcé de l’abandonner.

Il avait auparavant écrit en collaboration quelques vaudevilles et contribué des articles littéraires à plusieurs ouvrages périodiques, dont la Revue encyclopédique, le Mercure du XIXe siècle et le Constitutionnel. À l’époque où le critique Julien Louis Geoffroy jetait la consternation dans les coulisses, Année recueillit ses divers jugements, les opposa les uns aux autres et en composa un ouvrage que l’on a attribué à Pigault-Lebrun.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1798 : Arlequin-décorateur, comédie-parade en 1 acte et en prose, mêlée de vaudevilles, avec Nicolas Gersin et Alexandre de Ferrière, Paris, Théâtre du Vaudeville (24 août)Texte en ligne
  • 1800 : Le Carrosse espagnol, ou Pourquoi faire ? comédie-vaudeville en 1 acte et en prose, avec Nicolas Gersin et Étienne de Jouy, Paris, théâtre du Vaudeville (4 janvier)
  • 1800 : Gilles ventriloque, parade mêlée de vaudevilles, en 1 acte, avec Nicolas Gersin et Pierre-Ange Vieillard, Paris, théâtre du Vaudeville (5 mars)Texte en ligne
  • 1800 : Une nuit d'été, ou Un peu d'aide fait grand bien, opéra-comique en 3 actes, avec Nicolas Gersin, musique d'Arthur Pougin, Paris, Opéra-Comique (7 juin)
  • 1800 : Le Premier Homme du monde, ou la Création du sommeil, folie-vaudeville en 1 acte, avec Pierre-Ange Vieillard, Paris, Opéra-Comique (30 décembre)
  • 1805 : Un tour de soubrette, comédie en 1 acte et en prose, avec Nicolas Gersin, Paris, Théâtre Louvois (21 février)
  • 1805 : Les Travestissements, comédie en 1 acte et en prose, avec Nicolas Gersin et Pierre-Ange Vieillard, Paris, théâtre Louvois (7 août)
  • 1805 : Une heure de caprice, comédie en 1 acte, mêlée de vaudevilles, avec Nicolas Gersin, Paris, théâtre du Vaudeville (1er octobre)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine-Vincent Arnault, Antoine Jay, Étienne de Jouy, Biographie nouvelle des contemporains, t. 1er, Librairie historique, Paris, p. 191-2.
  • Mémorial universel généalogique et biographique, Bureau général des Archives de la noblesse de France, Paris, 1851-1852[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de baptême (vue 15/101. Archives départementales de Seine-Maritime en ligne, état-civil d'Avremesnil, registres paroissiaux BMS 1770-1774.
  2. Fiche de décès n° 4/51. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil reconstitué du 10ème arrondissement (ancien).
  3. Etat nominatif des citoyens auxquels sera décernée la croix de Juillet. Album des décorés de Juillet, 1831, p. 23, disponible sur Gallica.
  4. Famille Année. Mémorial universel généalogique et biographique, 1851-1852, pp. 1-3, disponible sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]