Antoine Albeau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Albeau Pix.gif
Digue Goisil 2013.JPG

Antoine Albeau (gauche) et Lionel Quillet (droite), le maire de Loix et président de la Communauté de communes de l'Île de Ré, à l'inauguration de la digue du Goisil, en 2013.
Contexte général
Sport Voile (funboard)
Site officiel http://www.antoinealbeau.com
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance (44 ans)
Lieu de naissance La Rochelle
Taille 185 cm[1]
Surnom
Tonio
T1000[1]
Club SR Rochelaises[1]
Wind Club Couardais[2]
Équipe Équipe de France de funboard
Palmarès
Or Arg. Bro.
Championnats du monde 23 4
Championnats d'Europe 4
Championnats de France 12
* Dernière mise à jour : 29 novembre 2015

Antoine Albeau, né le à La Rochelle, est un véliplanchiste français.

Sacré Marin de l'année par la Fédération française de voile en 2010, il possède l'un des plus grands palmarès de la voile : depuis 1994, il a notamment été 23 fois champion du monde dans différentes disciplines de la planche à voile, et détient plusieurs records de vitesse. Il est ainsi le premier véliplanchiste à avoir dépassé les 100 km/h. Il est le sportif français le plus titré de l'histoire[3].

Ayant pour numéro de voile FRA-192, Antoine Albeau est capitaine de l'Équipe de France de funboard, dont il a instigué la création.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Antoine Albeau remettant à Florent Renard, champion de France de funboard, le Trophée sportif rétais 2008.

Antoine Albeau commence la planche à voile à l'âge de cinq ans. Il s'exerce dans le club de plage de ses parents, situé sur la côte sud de la Couarde-sur-Mer, sur l'île de Ré[4].

Après de nombreux succès dans les compétitions locales puis nationales, il remporte son premier titre de champion de France moins de 14 ans en 1986, de champion de France moins de 18 ans en 1990[4], puis devient véliplanchiste professionnel en 1992. C'est en 1994 qu'il rejoint le circuit mondial[4].

Antoine Albeau est également l'oncle de Julien Bouyer, multiple champion du monde de SUP, né en 1994[5],[6]. Tous deux appartiennent au Wind Club Couardais géré par les parents d'Albeau[2].

Le temps des records[modifier | modifier le code]

Antoine Albeau en 2009, lors d'une étape de la Coupe du monde à Sylt.

Le , il bat le record du monde de vitesse à la voile, précédemment détenu par Finian Maynard sur planche à voile, avec une planche de funboard. Sur le canal des Saintes-Maries-de-la-Mer, il atteint une vitesse moyenne sur 500 mètres de 49,09 nœuds (soit 90,91 km/h)[7].

Quatre ans plus tard, le , sur le spot de Lüderitz, en Namibie, le sportif améliore son temps avec une vitesse moyenne sur 500 mètres de 52,05 nœuds (soit 96,396 6 km/h)[8],[9]. En vitesse instantanée, il atteint jusqu'à 54,14 nœuds (soit 100,26 km/h), ce qui fait de lui le premier véliplanchiste à dépasser les 100 km/h. En tandem avec Cédric Bordes, il atteint également 38,12 nœuds sur le canal de Lüderitz. S'il rehausse le record des planches à voile, Albeau ne parvient cependant pas à battre les kitesurfs, qui détiennent le record général depuis 2010. Lors de cette compétition de vitesse, le record général est amené par le prao Vestas Sailrocket 2, le , à 59,38 nœuds puis le à 65,45 nœuds.

Albeau détient d'autre part les records des traversées entre la Guadeloupe et la Martinique, en 6 h30, et de la Manche en 5 h58, entre Cherbourg et Poole[4],[10].

Création d'une Équipe de France[modifier | modifier le code]

« C’est important de lancer l’idée et d’aider des jeunes derrière, les motiver et leur montrer qu’ils ne sont pas tous seuls. »

— Antoine Albeau[11]

Au contraire de la planche à voile olympique, le funboard n'est pas une discipline présente aux Jeux olympiques, aussi Albeau ne peut-il pas être sélectionné dans une délégation française. Sa réputation et son palmarès vont cependant permettre au funboard d'être doté d'une véritable sélection nationale. L'idée émerge au milieu des années 2000 mais progresse réellement en 2010, lorsqu'à sa sixième nomination, Albeau reçoit le titre de Marin de l'année face à des marins tels qu'Armel Le Cléac'h et Franck Cammas. « Je pense qu’avec ce résultat, j’ai encore appuyé l’image du funboard au sein de la fédération. C’est une reconnaissance qui va certainement permettre de voir la naissance d’une équipe de France de funboard dans les jours qui viennent. Je pense que le monde de la voile a vu que je ne ramenais sans doute pas de médaille d’or des JO mais des titres mondiaux à la France et ça a été pris en considération cette fois[11]… » témoigne-t-il alors.

L'équipe est finalement mise en place en 2012 et compte alors cinq membres : aux côtés d'Antoine Albeau, désigné capitaine, figurent Valérie Arrighetti-Ghibaudo, Delphine Cousin, Cyril Moussilmani et Julien Quentel. Ils sont rejoints par Pierre Mortefon, en 2014 par Pascal Toselli, puis en 2015 par les spécialistes de la discipline « Vagues » Alice Arutkin et Thomas Traversa[12].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Albeau au harnais sur une planche à voile en 2006.

Longtemps coureur officiel sur les planches AHD, il passe sur Starboard en 2006, puis signe en 2009 chez JP Australia ; en 2012, il signe chez RRD. Pour ses voiles, et ses gréements, il est resté fidèle à NeilPryde. En 2015, Albeau a pour sponsors les sociétés NeilPryde, RRD, Quiksilver, FORD Autovital, Orange, Eiffage Énergie, et MMA Mader[1].

Albeau concourt dans les catégories « Formula », « Vagues », et « Vitesse »[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Antoine Albeau a un palmarès exceptionnel. Il détient ainsi notamment[13] :

  • le record de vitesse en planche à voile avec 53,27 nœuds (soit 98,66 km/h), obtenu à Lüderitz (en Namibie) en 2015.
  • 23 titres de champion du monde (PWA) en :
    • Slalom PWA en 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2012, 2013, 2014 et 2015 ;
    • Slalom IFCA en 1994 ;
    • Formula Windsurfing en 1994, 2001, 2002, 2007 et 2010 ;
    • Overall IFCA en 1994 ;
    • Freestyle en 2001 ;
    • Super X en 2004 et 2006 ;
    • Vitesse en 2006, 2007 et 2008.
  • des titres de champion de France en 1986, 1988, 1990, 1991, 1995, 1996, 1997, 1999, 2000 et 2001.

Outre ses nombreux sacres nationaux et internationaux, Antoine Albeau a remporté plusieurs courses longue distance, à l'image de ses trois victoires au Défi Wind de Gruissan en 2005, 2006 et 2007.

À titre civil, le véliplanchiste est médaillé par l'Académie des sports en 2014 pour ses performances de 2013[14] et il est nommé chevalier de l'Ordre national du mérite en 2015[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Équipe de France de funboard — Antoine Albeau », sur Fédération française de voile (consulté le 21 mai 2015).
  2. a et b « Équipe de France de Funboard — Antoine Albeau », sur Fédération française de voile (consulté le 22 mai 2015).
  3. « A la rencontre du roi du Funboard », sur www.francetvsport.fr, (consulté le 30 août 2015).
  4. a, b, c, d et e (en) « International Team — Antoine Albeau », sur NeilPryde (consulté le 21 mai 2015).
  5. « Sur les traces d'Antoine Albeau », Windsurf Journal, (consulté le 21 mai 2015).
  6. « L'histoire de la couv' de Julien Bouyer », SUP magazine, (consulté le 21 mai 2015).
  7. 5 mars 2008 record de vitesse battu sur sport.fr
  8. Le Phare de Ré, mercredi 21 novembre 2012
  9. « Planche à voile : nouveau record », Le Figaro, .
  10. « Traversée de la Manche : l'interview d'Antoine Albeau », Windmag, (consulté le 22 mai 2015).
  11. a et b « Antoine Albeau, Marin de l'Année 2010 ! », Windsurf Journal, (consulté le 21 mai 2015).
  12. « Équipe de France de Funboard — présentation », sur Fédération française de voile (consulté le 22 mai 2015).
  13. (en) Profil d'Antoine Albeau sur le site de la PWA
  14. « Antoine Albeau et François Gabart récompensés par l'Académie des Sports », sur Fédération française de voile (consulté le 22 mai 2015).
  15. « Antoine Albeau promu chevalier de l'Ordre national du mérite », sur Fédération française de voile, (consulté le 21 mai 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]