Antoine (Bloom) de Souroge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoine et Bloom.

Antoine Bloom (ou en anglais Anthony de Sourozh), né le 6 juin 1914 à Lausanne et mort à Londres le 4 août 2003[1] , était le métropolite orthodoxe de Souroge (ou Sourozh). Il est une figure importante de l'Orthodoxie contemporaine. Il était chargé du diocèse orthodoxe de Grande-Bretagne rattaché au patriarcat de Moscou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Lausanne, en Suisse. Son père étant membre du Corps Diplomatique Impérial Russe, sa mère était la sœur du compositeur Alexandre Scriabine[2]. Le futur Métropolite passe sa petite enfance en Russie et en Perse, mais au cours de la révolution bolchevique, sa famille doit quitter la Perse, et elle s'installe à Paris en 1923. Antoine y fait ses études, obtenant des diplômes en physique, chimie, biologie, et un doctorat en médecine à l'Université de Paris[2].

En 1939, avant de partir pour le front en tant que chirurgien dans l'armée française, il fait secrètement ses vœux monastiques dans l'Église orthodoxe russe[2]. Il est reçu et tonsuré sous le nom d'Antoine en 1943. Pendant l'occupation de la France par les Allemands, il travaille en tant que médecin et participe à la Résistance française. Après la guerre, il a continué à pratiquer la médecine jusqu'en 1948, date à laquelle il fut ordonné prêtre et envoyé en Angleterre pour servir d'aumônier orthodoxe à la Fellowship of St. Alban and Saint-Sergius. Il fut nommé vicaire de la paroisse patriarcale russe à Londres en 1950, puis consacré évêque en 1957 et archevêque en 1962[2], chargé de l'Église orthodoxe russe en Grande-Bretagne et en Irlande (le diocèse de Souroge). En 1963, il fut nommé Exarque du Patriarcat de Moscou en Europe occidentale, et en 1966 il est élevé au rang de Métropolite. À sa propre demande, il a été libéré en 1974 de la fonction d'Exarque, afin de se consacrer pleinement aux besoins pastoraux du nombre grandissant de fidèles de son diocèse et de tous ceux qui venaient à lui en quête de conseils et d'aide. Il participait également régulièrement à des émissions de radio et télévision religieuses de la BBC en langue russe, destinées à l'Union Soviétique, à l'époque où la religion était persécutée par le régime communiste[1].

Le Metropolite Antoine a reçu des doctorats honorifiques de l'Université d'Aberdeen ("pour la prédication de la Parole de Dieu et renouvellement de la vie spirituelle de ce pays") ; de l'Académie théologique de Moscou et du Séminaire théologique de Moscou pour son travail théologique, pastoral, et sa prédication ; de l'Université de Cambridge et de l'Académie théologique de Kiev. Ses premiers livres sur la prière et la vie spirituelle (Prière Vivante, Méditations sur un thème, et Dieu et l'homme) ont été publiés en Angleterre, et ses textes sont maintenant largement publiés en Russie, aussi bien d'autres de ses livres et de ses articles.

Il est décédé à Londres le 4 août 2003[1].

Beaucoup de chrétiens orthodoxes en Grande-Bretagne et à travers le monde considèrent le Métropolite Antoine comme un saint.

Œuvres (en français)[modifier | modifier le code]

  • L'école de la prière, Seuil, 1972.
  • Prière vivante, Cerf, 1972.
  • Certitude de la foi, Cerf, 1974.
  • Voyage spirituel : Méditations sur un thème, Seuil, 1974.
  • Le sacrement de la guérison, Cerf, 2002.
  • Rencontre avec le Dieu vivant - Lecture spirituelle de l'évangile selon saint Marc, Cerf, 2004.
  • Entretiens sur la foi et l’Église, Cerf, 2011.
  • La vie, la maladie, la mort, Cerf, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]