Antoine-Joseph Jobert de Lamballe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jobert.
Antoine-Joseph Jobert de Lamballe
Portrait de Antoine-Joseph Jobert de Lamballe

légende de l'image

Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à MatignonVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata
à PassyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Médecin, chirurgien (en), professeur des universités et gynécologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Leopoldina, Académie des sciences, Académie nationale de médecine et Académie nationale de médecine (à partir du )Voir et modifier les données sur Wikidata

Antoine-Joseph Jobert, né le à Matignon en Bretagne et mort le à Passy, est professeur d'anatomie et gynécologue français.Il est le chirurgien personnel de Louis-Philippe et de Napoléon III. Il est l'un des pionniers de l'anesthésie générale en France en utilisant l'éther.

Biographie[modifier | modifier le code]

Antoine-Joseph Jobert (dit "de Lamballe") étudie la médecine à Paris. Il est interne des Hôpitaux de Paris en 1821, élève de Richerand et de Jules Cloquet. Il est prosecteur et devient chirurgien des Hôpitaux en 1829, chirurgien à l'Hôpital Saint-Louis en 1830, puis professeur agrégé d’anatomie en 1831.

Il est connu pour son utilisation magistrale de l'autoplastie, la réparation des parties malades par les tissus sains avoisinants, et surtout pour l'opération qu'il appelait élitroplastie corrigeant la fistule vésico-vaginale. Il a donné une impulsion à la thérapeutique des affections de l'utérus et de ses annexes. Il fut le premier à pratiquer la cystoplastie par glissement pour guérir la fistule vésico-vaginale. Il décrit des procédés de cure chirurgicale de diverses fistules et le rétablissement des fonctions des organes urinaires qui ont subi des opérations autoplastiques.

Il a été élu à l'Académie de médecine en 1840 et à l'Académie des Sciences en 1856.

Il meurt dans la clinique du docteur Blanche à Passy, où il était en traitement pour désordre mental[1].

Éponymie[modifier | modifier le code]

Son nom est attaché à trois éléments chirurgicaux:

  • Fosse de Jobert: fosse située dans la région poplitée délimitée au-dessus du muscle grand adducteur et en dessous du muscle gracile et du sartorius.
  • Opération de Jobert: fermeture autoplastique de la fistule vésico-vaginale.
  • Suture de Jobert: suture entrecoupée de diverses sortes pour un intestin divisé, l'extrémité supérieure étant invaginé dans la partie inférieure.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Mémoire sur les plaies du canal intestinal, Villeret, Paris, 1826, disponible sur Gallica.
  • Traité théorique et pratique des maladies chirurgicales du canal intestinal, 1829.
  • Plaies d'armes à feu, mémoire sur la cautérisation et description d'un speculum à bascule, Béchet, Paris, 1833, disponible sur Gallica.
  • Études sur le système nerveux, A. Devénois, Paris, 1838:
  1. Tome premier, disponible sur Gallica.
  2. Tome second, disponible sur Gallica.
  • Traité de chirurgie plastique, Paris, J.-B. Baillière, 1849:
  1. Tome premier, Texte intégral.
  2. Tome second, Texte intégral.
  3. Atlas, Texte intégral.
  • Traité des fistules vésico-utérines, vésico-utero-vaginales, entéro-vaginales, recto-vaginales, J.-B. Baillière, Paris, 1852, disponible sur Gallica
  • De la réunion en chirurgie, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1864, disponible sur Gallica.
En collaboration

Il a cosigné avec le chirurgien et gynécologue Jacques Lisfranc (1790-1847), un Précis de Médecine opératoire (1845-1848, 3 volumes in-8).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Guivarc'h
    • « Antoine-Joseph Jobert de Lamballe 1799-1867 ou l'essor de la chirurgie moderne », Histoire des sciences médicales, t. 34, n° 3, 2000,intégral.
    • « Histoire des sutures intestinales », Histoire des sciences médicales, 2001, 35 (1), pp. 71-84, Texte intégral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]