Antignac (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antignac.
Antignac
Le village d'Antignac.
Le village d'Antignac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Arrondissement Saint-Gaudens
Canton Bagnères-de-Luchon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Luchon
Maire
Mandat
Sylvain Comet
2014-2020
Code postal 31110
Code commune 31010
Démographie
Gentilé Antignacois
Population
municipale
108 hab. (2012)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 49′ 34″ N 0° 36′ 00″ E / 42.826111, 0.642° 49′ 34″ Nord 0° 36′ 00″ Est / 42.826111, 0.6
Altitude Min. 589 m – Max. 1 846 m
Superficie 5,80 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Antignac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de Haute-Garonne
City locator 14.svg
Antignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Antignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Antignac

Antignac est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants sont appelés les Antignacois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Pique sert de limite entre Antignac et Salles-et-Pratviel.

La commune d'Antignac est située dans les Pyrénées centrales, dans le Comminges, à 4 km au nord de Bagnères-de-Luchon et 46 km au sud de Saint-Gaudens.

Le village d'Antignac est accessible par la route départementale 125c.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Antignac est limitrophe de six autres communes, dont Juzet-de-Luchon au sud-est, par un simple quadripoint.

Communes limitrophes d’Antignac
Saint-Paul-d'Oueil Cier-de-Luchon
Antignac Salles-et-Pratviel
Saccourvielle Moustajon Juzet-de-Luchon

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune tirerait son nom de l'anthroponyme gallo-romain « Antenius » associé au suffixe de possession « -acum ». Ce nom est à rapprocher de celui d'autres communes et hameaux du sud-ouest de la France, tel Antignac (Charente-Maritime)[1], construit sur le même modèle.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du nom du village et la présence d'une pierre gravée indiquent que le site est sans doute occupé à l'époque romaine.

Le seigneur Arnaud-Guilhem d'Antignac, écuyer du comte de Comminges, établit un obit avec office de la Croix, une messe mensuelle et une scolanie[Quoi ?] en 1320. Il s'agit d'un dernier écho de la civilisation courtoise. Un acte d'inféodation daté de 1487 et écrit en latin existait concernant cette famille.

La seigneurie passe ensuite aux Binos qui renoncent aux dîmes au profit du chapitre de Saint Bertrand.

Antignac paye l'albergue aux comtes de Comminges, puis ce droit de gîte est remplacé par une redevance de deux sous alors que Bagnères en doit quatre.

Guilhem de Labarthe, juge du Comminges, confirme en 1431 la charte de Bernard VIII pour la plus grande joie des pyrénéistes des montagnes de Saint-Paul, Mailh Trencat et Bacanère.

Plus tard, un Sacarrère laisse des revenus pour des messes, mais il n'est plus question d'école.

À la Révolution, malgré les quolibets des fidèles, le vicaire Saint-Martin jure et finit dans la peau d'un juge de paix à Bagnères en 1834[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 en cours Sylvain Comet    

Commune faisant partie de la huitième circonscription de la Haute-Garonne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 108 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
150 123 151 147 155 177 210 226 232
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
221 236 209 177 172 178 172 155 158
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
137 135 111 105 108 102 105 85 75
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
82 61 63 55 94 100 102 102 108
2012 - - - - - - - -
108 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Maison d'Espouy-Bourbon du XVe siècle. Cette maison, probablement une ancienne tour de guet pour sa partie la plus ancienne, est appelée le « château » en raison de sa situation géographique dominant le village et d'une salle médiévale remaniée à la Renaissance et prolongée d'une folie du XVIIIe siècle est-ouest.
    Une fenêtre Renaissance coiffant un mur important et le toit en redan équilibrent l'architecture. Outre cette fenêtre à meneaux, une meurtrière et un linteau à fleur de lis subsistent encore. Le linteau est le signe de la demeure d'un officier royal.
    L'ensemble n'a pas été buché[Quoi ?] pendant la Révolution. Protégé des vues du chemin par un mur d'enceinte, il est peut-être plâtré à cette époque[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Edmond Rostand : dans Cyrano de Bergerac, acte 4, scène VI, l'auteur s'est inspiré de la toponymie de la vallée de Luchon, entre autres, pour nommer ses cadets de Gascogne : on y trouve un « Chevalier d’Antignac-Juzet ».
  • Faustin Bentaberry (1869-1936), musicien, danseur et chorégraphe basque, est mort à Antignac et repose dans le cimetière de la commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie générale de la France, par Enrest Nègre, librairie Droz S.A., volume Ier, p.481
  2. source : Le patrimoine des communes de Haute-Garonne, Flohic éditions, 2000
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  5. a et b Sources : le dictionnaire des communes de la Haute Garonne, Flohic éditions 2000.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :