Anticorps neutralisant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anticorps neutralisant
[[Fichier:Antibody.svg|frameless|upright=1.2]]
Présentation
Type
Groupe ou classe de protéines (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Un anticorps neutralisant (NAb) est un anticorps qui défend une cellule contre un agent pathogène ou une particule infectieuse en neutralisant ses effets biologiques. Grâce à la neutralisation, la particule n'est plus infectieuse ou pathogène[1] .Les anticorps neutralisants contribuent à la réponse humorale du système immunitaire adaptatif contre les virus, les bactéries intracellulaires et les toxines microbiennes . En se liant spécifiquement aux structures de surface (antigène) d'une particule infectieuse, les anticorps neutralisants empêchent la particule d'entrer en contact avec les cellules hôtes qu'elle pourrait infecter et détruire. L'immunité causée par les anticorps neutralisants est également connue sous le nom d' immunité stérilisante, car avant toute infection, le système immunitaire élimine la particule infectieuse[2].

Mécanisme[modifier | modifier le code]

Couvrir un antigène d'anticorps le rend moins infectieux et moins pathogène. Dans l'image de droite, l'entrée du virus dans la cellule est empêchée par les anticorps neutralisants se liant au virus.

Afin de réussir à s'introduire dans les cellules, les particules virales et les bactéries intracellulaires se servent des molécules qui se trouvent à leurs surfaces dans le but d'interagir avec les récepteurs de surface cellulaire de leur cellule cible. Cela leur permet d'entrer dans la cellule et d'entamer leur cycle de réplication[3] .Les anticorps neutralisants peuvent refréner la capacité d'infection en se liant à l'agent pathogène et en bloquant les molécules qui sont nécessaires pour entrer dans les cellules. Cela peut être causé par les anticorps interférant statiquement avec les agents pathogènes, ou bien par les toxines se fixant aux récepteurs des cellules hôtes. Lors d'une infection virale, les anticorps neutralisants peuvent se lier aux glycoprotéines de virus enveloppés ou aux protéines de capside de virus non enveloppés. De plus, les anticorps neutralisants empêchent les particules de subir des changements structurels qui sont souvent nécessaires pour que l'entrée cellulaire soit réussie. Par exemple, les anticorps neutralisants peuvent empêcher les changements conformationnels des protéines virales qui assurent la médiation de la fusion membranaire nécessaire à l'entrée dans la cellule hôte. Dans certains cas, le virus est incapable de causer une infection, même après la dissociation de l'anticorps. Le complexe pathogène-anticorps est finalement absorbé et dégradé par les macrophages [4].

Les anticorps neutralisants sont également importants pour la neutralisation des effets toxiques causés par les toxines bactériennes. Par exemple, l'antitoxine diphtérique est un anticorps neutralisant qui est capable de neutraliser les effets biologiques de la toxine diphtérique[5]. Les anticorps neutralisants ne sont pas efficaces contre les bactéries extracellulaires, car la liaison des anticorps n'empêche pas la reproduction des bactéries. Dans ce cas, le système immunitaire utilise d'autres fonctions des anticorps, comme l'opsonisation et l'activation du complément, afin de tuer les bactéries[6].

La différence entre les anticorps neutralisants et les anticorps de liaison[modifier | modifier le code]

Les anticorps qui se lient à une particule pathogène ne sont pas forcément neutralisants. Les anticorps non neutralisants, ou les anticorps de liaison, se lient spécifiquement à l'agent infectieux, mais ils n'interfèrent pas avec sa capacité d'infection. Cela pourrait s'expliquer par le fait qu'ils ne sont pas liés à la bonne région. Les anticorps non neutralisants peuvent être importants pour signaler aux cellules immunitaires que la particule a été ciblée. Après cela, la particule est traitée, et est par conséquent détruite par les cellules immunitaires recrutées[7]. D'autre part, les anticorps neutralisants peuvent neutraliser les effets biologiques de l'antigène sans avoir besoin de cellules immunitaires. Dans certains cas, des anticorps non neutralisants ou des quantités insuffisantes d'anticorps neutralisants se liant aux particules virales peuvent être utilisés par certaines espèces de virus pour faciliter l'absorption à l'intérieur de leurs cellules hôtes. Ce mécanisme est connu sous le nom d'amélioration dépendante des anticorps[8]. Il a été précédemment observé pour le virus de la dengue et le virus Zika[9].

Production[modifier | modifier le code]

Ce sont les cellules B qui produisent et sécrètent les anticorps. Lors de la production des cellules B dans la moelle osseuse, les gènes qui encodent les anticorps subissent une recombinaison génétique aléatoire ( recombinaison V (D) J ). Cela entraîne une production d'anticorps par chaque cellule B mature. Ces anticorps diffèrent par leur séquence d'acides aminés dans la région de liaison d'antigènes. Par conséquent, chaque cellule B produit des anticorps qui se lient spécifiquement à différents antigènes[10]. Le système immunitaire peut reconnaître une multitude d'agents pathogènes pouvant se présenter sous toutes formes et tailles différentes, lorsque le répertoire des anticorps présente une grande diversité. Lors d'une infection, seuls les anticorps qui sont liés avec une forte affinité à l'antigène pathogène sont produits. Ce processus est réalisé par la sélection clonale d'une cellule B: les cellules B sont récupérées sur le lieu de l'infection en détectant les interférons qui sont libérés par les cellules infectées dans le cadre de la réponse immunitaire innée. Les cellules B affichent des récepteurs de cellules B sur leur surface cellulaire, qui ne sont en réalité que l'anticorps ancré à la membrane cellulaire. Lorsque le récepteur des cellules B se lie à son antigène apparenté avec une forte affinité, cela déclenche une cascade de signalisation intracellulaire. En plus de leur liaison à un antigène, les cellules B doivent également être stimulées par des cytokines. Celles-ci sont produites par les cellules T auxiliaires dans le cadre de la réponse cellulaire du système immunitaire contre l'agent pathogène. Dès lors qu'une cellule B est complètement activée, elle prolifère rapidement et se différencie en plasmocytes. Ces plasmocytes sécrètent ensuite l'anticorps spécifique de l'antigène en grandes quantités[11]. Après avoir rencontré l'antigène une première fois lors d'une vaccination ou bien lors d'une infection naturelle, la mémoire immunologique permet une production plus rapide d'anticorps neutralisants lors de la prochaine exposition au virus.

Évasion virale des anticorps neutralisants[modifier | modifier le code]

Les virus utilisent divers mécanismes pour échapper aux anticorps neutralisants[12]. Les génomes viraux mutent à un taux élevé. Les mutations qui permettent aux virus d'échapper à un anticorps neutralisant seront sélectionnées et prendront donc le dessus. À l'inverse, les anticorps évoluent aussi simultanément par maturation d'affinité au cours d'une réponse immunitaire, améliorant ainsi la reconnaissance des particules virales. Les parties conservées des protéines virales qui jouent un rôle central dans la fonction virale sont moins susceptibles d'évoluer avec le temps et sont donc plus vulnérables à la liaison d'anticorps. Néanmoins, les virus ont développé certains mécanismes pour permettre l'accès stérique d'un anticorps dans ces régions, ce qui rend la liaison difficile. Il est plus difficile pour les anticorps de se fixer aux virus ayant une faible densité de protéines structurales de surface. Certaines glycoprotéines virales sont fortement glycosylées par les glycanes liés aux N et O, créant un prétendu bouclier de glycane, qui pourrait diminuer l'affinité de liaison aux anticorps et faciliter l'évasion des anticorps neutralisants. Le VIH-1,qui est à l'origine du SIDA humain, utilise ces deux mécanismes[13],[14].

Utilisations médicales des anticorps neutralisants[modifier | modifier le code]

Les anticorps neutralisants sont utilisés pour l'immunisation passive et peuvent être utilisés pour traiter des patients, même s'ils ne possèdent pas un système immunitaire sain. Au début du 20e siècle, on injectait aux patients infectés de l'antisérum: c'est le sérum sanguin d'un patient précédemment infecté et ayant été guéri, contenant des anticorps polyclonaux contre l'agent infectieux. Cela a permis de constater que les anticorps pouvaient être utilisés comme traitement efficace contre les infections virales et les toxines[15]. L'antisérum est une thérapie très brute, car les anticorps dans le plasma ne sont pas purifiés ou standardisés, et il est possible que le plasma sanguin soit rejeté par le donneur[16]. Étant donné qu'il repose sur le don de patients guéris, l'antisérum ne peut pas être facilement étendu. Cependant, la thérapie sérique est encore aujourd'hui utilisée comme première ligne de défense lors d'une épidémie car elle peut être obtenue dans un délai relativement court[17],[18]. Il a été démontré que la thérapie sérique avait permis de réduire la mortalité chez les patients pendant la pandémie de grippe porcine de 2009[19], mais aussi lors de l' épidémie de virus Ebola en Afrique de l' Ouest[20]. Elle est également testée comme potentiel traitement du COVID-19[21],[22]. Un traitement par immunoglobulines, qui utilise un mélange d'anticorps provenant de personnes en bonne santé, est administré aux patients immunodéprimés ou immunodéprimés afin de combattre les infections.

Si un traitement plus spécifique et plus robuste est nécessaire, des anticorps polyclonaux ou monoclonaux purifiés (mAb) peuvent être utilisés. Les anticorps polyclonaux sont une collection d'anticorps qui ciblent le même pathogène mais qui se lient à différents épitopes. Les anticorps polyclonaux proviennent de donneurs humains ou d'animaux ayant été exposés à l'antigène. L'antigène qui est administré aux donneurs animaux peut être conçu de manière à produire de préférence des anticorps neutralisants[23]. Les anticorps polyclonaux ont été utilisés pour traiter le cytomégalovirus (CMV), le virus de l'hépatite B (VHB), le virus de la rage, le virus de la rougeole et le virus respiratoire syncytial (RSV)[16]. L'antitoxine diphtérique contient des anticorps polyclonaux qui luttent contre la toxine diphtérique[24]. Le fait d'utiliser un traitement avec des anticorps se liant à plusieurs épitopes n'altère pas son efficacité, même si le virus mute et que l'un des épitopes change de structure. Cependant, à cause de la nature de la production, le traitement à base d'anticorps polyclonaux souffre non seulement d'une variation de lot à lot, mais aussi de faibles titres d'anticorps. En revanche, les anticorps monoclonaux se lient tous spécifiquement au même épitope. Ils peuvent être produits grâce à la technologie Hybridoma, qui permet la production de mAbs en grandes quantités[15].Les mAbs luttant contre les infections cessent de fonctionner lorsque le virus entraîne la mutation de l'épitope qui est ciblé par les mAbs, ou encore lorsque plusieurs souches circulent. Parmi les exemples de médicaments qui utilisent des anticorps monoclonaux, on retrouve le ZMapp contre Ebola [25] et le Palivizumab contre le RSV[26]. De nombreux monoclonaux purifiés pouvant lutter contre d'autres infections sont en cours d'essais cliniques.

Les anticorps neutralisants contribuent aussi à l'immunisation active par vaccination. En tenant compte des sites de liaison et de la structure des anticorps neutralisants dans une réponse immunitaire naturelle, un vaccin peut être rationnellement conçu de telle sorte qu'il stimule le système immunitaire à produire des anticorps neutralisants et non des anticorps de liaison[27],[28]. Le fait d'introduire la forme affaiblie d'un virus lors de la vaccination permet aux cellules B de produire des anticorps neutralisants. Ainsi, après une seconde exposition au virus, la réponse des anticorps neutralisants est plus rapide grâce à l'existence des cellules B mémoire qui produisent des anticorps adaptés au virus. Un vaccin efficace incite la production d'anticorps capables de neutraliser la majorité des variantes d'un virus, bien qu'une mutation virale entraînant une évasion d'anticorps puisse nécessiter une mise à jour des vaccins en réponse[29]. Certains virus évoluent plus vite que d'autres, et cela peut nécessiter la mise à jour des vaccins en réponse. Le vaccin contre le virus de la grippe est un exemple bien connu : il doit être mis à jour tous les ans pour tenir compte des récentes souches en circulation du virus[12].

Les anticorps neutralisants peuvent aussi jouer un rôle dans le traitement de la sclérose en plaques[30]. Bien que ce type d'anticorps ait la capacité de combattre les infections rétrovirales, il arrive que dans certains cas, il attaque les produits pharmaceutiques administrés au corps qui, autrement, traiteraient la sclérose en plaques . Les médicaments à base de protéines recombinantes, et en particulier ceux dérivés d'animaux, sont généralement ciblés par des anticorps neutralisants. Le Rebif, le Betaseron et l'Avonex en sont quelques exemples.

Méthodes de détection et de quantification des anticorps neutralisants[modifier | modifier le code]

Les tests de neutralisation peuvent être réalisés et mesurés de plusieurs manières différentes, y compris avec l'utilisation de techniques telles que la réduction des plaques (qui consiste à comparer le nombre de plaques virales dans les puits témoins avec le nombre présent dans les puits des cultures inoculées), la microneutralisation (qui est effectuée dans des plaques de microtitrage remplies de sérums en petites quantités) et les dosages colorimétriques (qui dépendent de biomarqueurs indiquant une inhibition métabolique du virus)[31].

Anticorps largement neutralisants[modifier | modifier le code]

La plupart des anticorps neutralisants produits par le système immunitaire sont propres à une seule souche virale. Cela s'explique par la maturation d'affinité des cellules B[11]. Certains agents pathogènes ayant un taux de variabilité génétique élevé, comme par exemple le VIH, modifient constamment leur structure de surface afin que les anticorps neutralisants fortement spécifiques à l'ancienne souche, ne puissent plus se lier à la nouvelle souche virale. Cette stratégie d'évasion immunitaire empêche le système immunitaire de développer une mémoire immunologique contre le pathogène[32]. D'autre part, les anticorps largement neutralisants (bNAb) ont la capacité spéciale de se lier et de neutraliser plusieurs souches d'une espèce virale[33].

Des anticorps largement neutralisants ont été initialement trouvés chez des patients porteurs du VIH[34]. Ils sont cependant assez rares. En effet, une étude de dépistage in situ a révélé que parmi tous les patients, seulement 1% d'entre eux développent des bNAb luttant contre le VIH[35]. Les bNAb peuvent neutraliser une grande variété de souches virales en se liant à des régions conservées des protéines de surface du virus qui sont incapables de muter car elles sont fonctionnellement essentielles pour la réplication du virus. La plupart des sites de liaison des anticorps largement neutralisants contre le VIH se trouvent sur l'antigène de surface exposé du VIH, la protéine d'enveloppe (Env) (un trimère composé de sous-unités gp120 et gp41). Ces sites incluent le site de liaison CD4 ou l'interface gp41-gp120[36]. Les bases de données sur le VIH du Los Alamos National Laboratory sont une ressource complète contenant une mine d'informations sur les séquences du VIH, les bNAbs, etc[37]

De plus, des bNAb ont été trouvés pour d'autres virus, notamment la grippe[38], l'hépatite C[39], la dengue[40] et le virus du Nil occidental[41].

Recherches[modifier | modifier le code]

Des recherches préliminaires sont menées afin d'identifier et de tester les bNAb contre le VIH-1[42]. Les anticorps largement neutralisants sont utilisés dans la recherche pour concevoir de façon rationnelle des vaccins permettant de stimuler la production de bNAb, ainsi que l'immunité contre les virus. Aucun antigène ayant la capacité de déclencher la production de bNAb chez les modèles animaux ou les humains n'est connu[33].

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Neutralising antibody », Biology-Online, (consulté le 4 juillet 2009)
  2. Dutta, Huang, Lin et Chen, « Sterilizing immunity to influenza virus infection requires local antigen-specific T cell response in the lungs. », Scientific Reports, vol. 6,‎ , p. 32973 (PMID 27596047, PMCID 5011745, DOI 10.1038/srep32973, Bibcode 2016NatSR...632973D)
  3. Principles of Virology, Volume 1: Molecular Biology, 4th, (ISBN 978-1555819330), p. 31
  4. Principles of Virology, Volume 2: Pathogenesis and Control, 4th, (ISBN 978-1-555-81951-4), p. 125
  5. Treffers, « Neutralizing antibody », AccessScience, McGraw-Hill,‎ (DOI 10.1036/1097-8542.450600, lire en ligne)
  6. Janeway's immunobiology, 8th, (ISBN 978-0-8153-4243-4), p. 388
  7. Schmaljohn, « Protective antiviral antibodies that lack neutralizing activity: precedents and evolution of concepts. », Current HIV Research, vol. 11, no 5,‎ , p. 345–53 (PMID 24191933, DOI 10.2174/1570162x113116660057)
  8. Tirado et Yoon, « Antibody-dependent enhancement of virus infection and disease. », Viral Immunology, vol. 16, no 1,‎ , p. 69–86 (PMID 12725690, DOI 10.1089/088282403763635465)
  9. Dejnirattisai, Supasa, Wongwiwat et Rouvinski, « Dengue virus sero-cross-reactivity drives antibody-dependent enhancement of infection with zika virus », Nature Immunology, vol. 17, no 9,‎ , p. 1102–1108 (PMID 27339099, PMCID 4994874, DOI 10.1038/ni.3515)
  10. Jung et Alt, « Unraveling V(D)J Recombination », Cell, vol. 116, no 2,‎ , p. 299–311 (PMID 14744439, DOI 10.1016/S0092-8674(04)00039-X)
  11. a et b Janeway's immunobiology, 8th, , 389–404 p. (ISBN 978-0-8153-4243-4)
  12. a et b (en) VanBlargan, Goo et Pierson, « Deconstructing the Antiviral Neutralizing-Antibody Response: Implications for Vaccine Development and Immunity », Microbiology and Molecular Biology Reviews, vol. 80, no 4,‎ , p. 989–1010 (ISSN 1092-2172, PMID 27784796, PMCID 5116878, DOI 10.1128/MMBR.00024-15)
  13. (en) Crispin, Ward et Wilson, « Structure and Immune Recognition of the HIV Glycan Shield », Annual Review of Biophysics, vol. 47, no 1,‎ , p. 499–523 (ISSN 1936-122X, PMID 29595997, PMCID 6163090, DOI 10.1146/annurev-biophys-060414-034156)
  14. (en) Guha et Ayyavoo, « Innate Immune Evasion Strategies by Human Immunodeficiency Virus Type 1 », Isrn Aids, vol. 2013,‎ , p. 954806 (ISSN 2090-939X, PMID 24052891, PMCID 3767209, DOI 10.1155/2013/954806)
  15. a et b Salazar, Zhang, Fu et An, « Antibody therapies for the prevention and treatment of viral infections », NPJ Vaccines, vol. 2, no 1,‎ , p. 19 (PMID 29263875, PMCID 5627241, DOI 10.1038/s41541-017-0019-3)
  16. a et b Casadevall, Dadachova et Pirofski, « Passive antibody therapy for infectious diseases. », Nature Reviews. Microbiology, vol. 2, no 9,‎ , p. 695–703 (PMID 15372080, DOI 10.1038/nrmicro974)
  17. Kreil, « Treatment of Ebola Virus Infection with Antibodies from Reconvalescent Donors », Emerging Infectious Diseases, vol. 21, no 3,‎ , p. 521–523 (PMID 25695274, DOI 10.3201/eid2103.141838)
  18. Schmidt, Beltzig, Sawatsky et Dolnik, « Generation of therapeutic antisera for emerging viral infections », NPJ Vaccines, vol. 3, no 1,‎ (PMID 30323953, DOI 10.1038/s41541-018-0082-4)
  19. Hung, To, Lee et Lee, « Convalescent Plasma Treatment Reduced Mortality in Patients With Severe Pandemic Influenza A (H1N1) 2009 Virus Infection », Clinical Infectious Diseases, vol. 52, no 4,‎ , p. 447–456 (PMID 21248066, DOI 10.1093/cid/ciq106)
  20. World Health Organization, « WHO | Use of convalescent whole blood or plasma collected from patients recovered from Ebola virus disease », WHO (consulté le 5 avril 2020)
  21. Shen, Wang, Zhao et Yang, « Treatment of 5 Critically Ill Patients With COVID-19 With Convalescent Plasma », JAMA, vol. 323, no 16,‎ , p. 1582 (PMID 32219428, PMCID 7101507, DOI 10.1001/jama.2020.4783)
  22. Casadevall et Pirofski, « The convalescent sera option for containing COVID-19 », Journal of Clinical Investigation, vol. 130, no 4,‎ , p. 1545–1548 (PMID 32167489, DOI 10.1172/JCI138003)
  23. Bregenholt, Jensen, Lantto et Hyldig, « Recombinant human polyclonal antibodies: A new class of therapeutic antibodies against viral infections. », Current Pharmaceutical Design, vol. 12, no 16,‎ , p. 2007–15 (PMID 16787244, DOI 10.2174/138161206777442173)
  24. « Our Formulary » [archive du ], Infectious Diseases Laboratories, Centers for Disease Control and Prevention (consulté le 9 décembre 2016)
  25. « A Randomized, Controlled Trial of ZMapp for Ebola Virus Infection », New England Journal of Medicine, vol. 375, no 15,‎ , p. 1448–1456 (PMID 27732819, PMCID 5086427, DOI 10.1056/NEJMoa1604330)
  26. « Label - Palivizumab (Synagis), Medimmune, Incorporated » (consulté le 4 février 2020)
  27. VanBlargan, Goo et Pierson, « Deconstructing the Antiviral Neutralizing-Antibody Response: Implications for Vaccine Development and Immunity », Microbiology and Molecular Biology Reviews, vol. 80, no 4,‎ , p. 989–1010 (PMID 27784796, DOI 10.1128/MMBR.00024-15)
  28. Kwong, Mascola et Nabel, « Rational Design of Vaccines to Elicit Broadly Neutralizing Antibodies to HIV-1 », Cold Spring Harbor Perspectives in Medicine, vol. 1, no 1,‎ , a007278 (PMID 22229123, DOI 10.1101/cshperspect.a007278)
  29. (en) Burton, « Antibodies, viruses and vaccines », Nature Reviews Immunology, vol. 2, no 9,‎ , p. 706–713 (ISSN 1474-1733, PMID 12209139, DOI 10.1038/nri891)
  30. Stachowiak, « Neutralizing Antibodies and Disease-Modifying Therapies for Multiple Sclerosis », About.com, (consulté le 13 juin 2009)
  31. Viral Infections of Humans: Epidemiology and Control, Springer, (ISBN 9781489974488, lire en ligne), p. 56
  32. Santoro et Perno, « HIV-1 Genetic Variability and Clinical Implications. », ISRN Microbiology, vol. 2013,‎ , p. 481314 (PMID 23844315, PMCID 3703378, DOI 10.1155/2013/481314)
  33. a et b Kumar, Qureshi, Deshpande et Bhattacharya, « Broadly neutralizing antibodies in HIV-1 treatment and prevention. », Therapeutic Advances in Vaccines and Immunotherapy, vol. 6, no 4,‎ , p. 61–68 (PMID 30345419, PMCID 6187420, DOI 10.1177/2515135518800689)
  34. Cohen, « Bound for Glory », Science, vol. 341, no 6151,‎ , p. 1168–1171 (PMID 24030996, DOI 10.1126/science.341.6151.1168, Bibcode 2013Sci...341.1168C)
  35. Simek, Rida, Priddy et Pung, « Human immunodeficiency virus type 1 elite neutralizers: individuals with broad and potent neutralizing activity identified by using a high-throughput neutralization assay together with an analytical selection algorithm. », Journal of Virology, vol. 83, no 14,‎ , p. 7337–48 (PMID 19439467, PMCID 2704778, DOI 10.1128/JVI.00110-09)
  36. Haynes, Burton et Mascola, « Multiple roles for HIV broadly neutralizing antibodies », Science Translational Medicine, vol. 11, no 516,‎ , eaaz2686 (PMID 31666399, PMCID 7171597, DOI 10.1126/scitranslmed.aaz2686)
  37. « HIV Databases », Los Alamos National Laboratory
  38. Corti, Cameroni, Guarino et Kallewaard, « Tackling influenza with broadly neutralizing antibodies. », Current Opinion in Virology, vol. 24,‎ , p. 60–69 (PMID 28527859, PMCID 7102826, DOI 10.1016/j.coviro.2017.03.002)
  39. Colbert, Flyak, Ogega et Kinchen, « Broadly Neutralizing Antibodies Targeting New Sites of Vulnerability in Hepatitis C Virus E1E2. », Journal of Virology, vol. 93, no 14,‎ (PMID 31068427, PMCID 6600205, DOI 10.1128/JVI.02070-18)
  40. Durham, Agrawal, Waltari et Croote, « Broadly neutralizing human antibodies against dengue virus identified by single B cell transcriptomics. », eLife, vol. 8,‎ (PMID 31820734, PMCID 6927745, DOI 10.7554/eLife.52384)
  41. Goo, Debbink, Kose et Sapparapu, « A protective human monoclonal antibody targeting the West Nile virus E protein preferentially recognizes mature virions. », Nature Microbiology, vol. 4, no 1,‎ , p. 71–77 (PMID 30455471, PMCID 6435290, DOI 10.1038/s41564-018-0283-7)
  42. Bhiman et Lynch, « Broadly neutralizing antibodies as treatment: effects on virus and immune system », Current HIV/AIDS Reports, vol. 14, no 2,‎ , p. 54–62 (ISSN 1548-3568, PMID 28349376, PMCID 5401706, DOI 10.1007/s11904-017-0352-1)