Anticorps antinucléaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les anticorps antinucléaires (AAN) ou facteurs antinucléaires (FAN) sont des auto-anticorps non spécifiques d'organes, dirigés contre différents éléments du noyau de leurs propres cellules : constituants du noyau cellulaire mais aussi éléments nucléo-protéiques cytoplasmiques issus du noyau. Ils sont présents dans certaines maladies autoimmunes et ont un intérêt dans le diagnostic et le suivi de ces affections[1].

Utilisation médicale[modifier | modifier le code]

On les retrouve dans des maladies telles que le lupus érythémateux disséminé ou le lupus médicamenteux, le syndrome de Goujerot-Sjögren, la sclérodermie systémique, la polymyosite ou le syndrome de Sharp[2], ou lors de la prise de certains médicaments (hydralazine, procaïnamide[3]). Ils sont également présent chez les personnes normales, mais à de faibles concentrations[4].

Dans le diagnostic du lupus, la recherche d'anticorps antinucléaire est un test avec une bonne sensibilité mais avec une spécificité modérée[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Ils ont été découverts en 1943 par l’hématologiste Malcolm Hargraves qui remarqua dans la moelle sternale d'un malade certaines cellules qui avaient phagocyté le noyau d'autres cellules[6].

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Anticorps antinoyaux
  • Anticorps antinucléaire
  • Facteur antinucléaire
  • Facteur lupique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ariel Cohen, Nadia Belmatoug, Cœur et médecine interne, Estem, (ISBN 2843711096, lire en ligne)
  2. Anticorps antinucléaire sur http://www.chu-rouen.fr
  3. Binder A, When to order an antinuclear antibody test, BMJ, 2013;347:f5060
  4. Tan EM, Feltkamp TE, Smolen JS, Butcher B et al. Range of antinuclear antibodies in “healthy” individuals, Arthritis Rheum, 1997;40:1601-11
  5. Clegg DO, Williams HJ, Singer JZ et al. Early undifferentiated connective tissue disease. II. The frequency of circulating antinuclear antibodies in patients with early rheumatic diseases, J Rheumatol, 1991;18:1340-3
  6. (fr) René Louis Humbel, « Histoire des anticorps antinucléaires », sur http://geai-lesautoanticorps.ifrance.com,‎ (consulté le 19 juin 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]