Anticipation politique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’Anticipation politique est le nom donné à un outil d’aide à la prise de décisions. Basée sur une compréhension rationnelle du futur, elle est applicable à n’importe quel secteur, industrie ou marché. Cette méthode créée début 2006 s’intègre aux études sur le futur. Elle fait novation en comparaison avec certaines branches de la futurologie, telles que la prospective.

L’Anticipation politique se distingue des méthodes classiques (prospective, prédictions, etc.), en cherchant non à prévoir le futur par le prolongement les tendances existantes, mais à l’appréhender en anticipant l'influence de différents facteurs sur notre destin, grâce à une compréhension du futur et à une évaluation correcte des différents facteurs d'influence, ou encore par l’identification de points de rupture au sein des tendances actuelles. Elle fonctionne de façon systémique, c'est-à-dire en prenant en compte les perspectives politiques, économiques, sociales, financières, culturelles, techniques, etc.

L’Anticipation politique n’est pas seulement proactive, elle est aussi dynamique et se concentre sur les processus de changement. Si l'on considère que les changements font partie intégrante de la vie quotidienne, nous sommes contraint de les accompagner, et non de tenter d'y résister. La capacité d'anticipation constitue une des habiletés les plus indispensables à la gestion du changement, et cela plus que jamais si nous considérons l’environnement compétitif et instable dans lequel nous vivons.

La légitimité et le succès de cette méthode ont été démontrés par le Laboratoire européen d’anticipation politique (LEAP), au travers de des travaux d’anticipation sur la crise systémique globale publiés dans son bulletin mensuel. Franck Biancheri est le créateur de cette méthode. Grâce à sa vaste expérience (linguistique, culturelle, institutionnelle, historique, etc.) au sein de la complexité du système européen, il a pu conceptualiser le fait qu’aucune action politique (ou prise de décision) n’est possible sans anticipation au sein de systèmes complexes. Marie-Hélène Caillol a concrétisé la méthode dans un Manuel d’Anticipation Politique, publié par les éditions Anticipolis.

Historique[modifier | modifier le code]

En janvier 2006 est publié le premier numéro du Global Europe Anticipation Bulletin[1] par le LEAP[2] dans lequel le concept d’Anticipation Politique est utilisé pour la première fois. Le mois suivant, le LEAP annonce le déclenchement de la crise systémique globale, avec pour conséquence la chute d’une banque importante aux États-Unis. L’apparition de cette publication a suscité une certaine admiration de la part de certains prospectivistes qui ont considéré ces prises de positions courageuses, la prospective obligeant parfois ses utilisateurs à être plus frileux ou politiquement corrects. En 2009 est créée la maison d’éditions Anticipolis[3] qui, entre autres, a publié le Manuel d’Anticipation Politique[4], petit livre qui explique les caractéristiques principales de l’Anticipation Politique.

L’ouvrage Crise mondiale, en route pour le monde d’après[5] de Franck Biancheri, directeur d’études du LEAP et créateur de la méthode d’Anticipation politique, constitue son majeur exercice d’anticipation politique. Il y décrit l’évolution du monde de demain au cours de la décennie 2010-2020.

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2010, le LEAP donne un cours d’Anticipation Politique en collaboration avec l’[Université Paris Sorbonne]].

En mars 2012 est créée la Fondation pour l’Éducation et la Formation en Anticipation Politique[6] (FEPAP), qui offre des cours-débats sur l’Anticipation Politique en 4 langues et au travers de vidéo-conférences et forums en ligne. La méthode d’Anticipation Politique est placée sous la haute autorité de l’Internationaler Rat für Politische Antizipation (IRPA), dont le siège est à Hambourg et qui est chargé de superviser et d’actualiser la méthode.

Méthode[modifier | modifier le code]

La méthode d’Anticipation politique a pour objectif de mettre au point des actions qui permettent d’influer sur l’évolution d’événements futurs. Elle cherche à identifier les points de rupture à moyen et long-terme, à évaluer les éléments pouvant accélérer ou freiner ces tendances, et à anticiper les événements qui provoquent une rupture de ces dernières.

Une des caractéristiques techniques de la méthode réside dans la nécessité d’être précis en ce qui concerne les dates : que ce soit la date et le lieu où se réalisent l’Anticipation politique, ou la date à laquelle elle finira par se produire.

La plus grande objectivité est indispensable au cours de l’exercice d’Anticipation politique, que ce soit dans la recherche de sources d’information fiables, ou encore au travers de l’auto-critique des idées et préjugés des auteurs de l’anticipation. L’évaluation de la réussite d’une anticipation constitue l’un des points essentiels de la méthode et doit être réalisée juste la date prévue par l’anticipation. Cette analyse permet le développement de l’habileté à anticiper et améliore les futures anticipations.

Application[modifier | modifier le code]

Anticiper les événements est essentiel si l’on veut améliorer la prise de décision au sein de nos sociétés complexes.

« Lorsque vous pilotez un petit bateau, vous pouvez décider de changer de cap et le faire dans la foulée ; lorsque vous pilotez un pétrolier, vous devez: décider quand exactement vous changerez de cap, donc à un moment déterminé (anticipation), et commencer à effectuer la manœuvre (action politique). »

— Franck Biancheri

La méthode d’Anticipation politique est applicable aux processus de prise de décision de n’importe quel secteur ou discipline, que ce soit au niveau individuel, institutionnel, ou même corporatif. Elle peut s’appliquer: à des affaires patrimoniales, familiales ou encore aider les consultants, économistes, experts industriels qui veulent intégrer le futur à leurs analyses afin d’offrir des conseils stratégiques, ou enfin à des institutions qui travaillent dans le secteur de l’innovation.

La méthode a pour objectif de rompre le monopole et l’utilisation abusive par les grandes institutions de la ligne temporelle, et populariser l’exercice d’anticipation dans notre société.

Une autre de ses caractéristiques est la pluridisciplinarité, mais aussi la conviction que tous les éléments sont en relation les uns avec les autres, et que les anticipations mono-disciplinaires offrent une vision incomplète de la réalité.

Critiques[modifier | modifier le code]

Le nom même d’Anticipation politique, suggère l’idée que la méthode s’applique uniquement au champ politique. Cette critique est d'ailleurs renforcée par le fait que la principale application pratique de cette dernière est effectuée au travers des Bulletins GEAB qui s’intéressent principalement à la politique internationale. Malgré ces critiques, les auteurs de la méthode défendent l’utilisation universelle de cette dernière, et soutiennent que l’adjectif « politique » est utilisé dans le sens d’une influence sur le futur grâce au développement et à l’application de politiques concrètes.

Une autre critique est celle de la jeunesse de la méthode et donc du manque d’anticipations politiques concrètes, au-delà de celles réalisées par le LEAP, mais également dans des articles de revues scientifiques, ou encore au travers de publications sur un secteur déterminé.

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]