Anselme (évêque d'Aoste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anselme et Saint-Anselme.

Anselme (évêque d'Aoste)
Biographie
Naissance Xe siècle
Décès
Aoste
Évêque de l’Église catholique
évêque d'Aoste

Anselme d'Aoste (Anselmus, Anselmo[1]), mort le , est un ecclésiastique valdôtain, évêque d'Aoste de 994 à 1026.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

L'origine familiale d'Anselme est conjecturale. Marie-José de Belgique considère qu'il est le fils d'un « comte du Valais »[2]. Il serait le fils et homonyme du vir illustris Anselme abbé laïc de l'Abbaye territoriale de Saint-Maurice d'Agaune. Les historiens anciens le nomment « Anselme III » en lui attribuant deux prédécesseurs l'un douteux selon Aimé-Pierre Frutaz : Anselme Ier, « mort le  » selon l'obituaire de la collégiale de Saint-Ours[3] ; l'autre fictif, Anselme II vers 950[4].

Aimé-Pierre Frutaz indique enfin que le roi Conrad le Pacifique eut d'une concubine nommée Aaldui ou Aldiud un fils Burchard II, archevêque de Lyon (979-1030/1031)[5]. Aaldui s'unit ensuite légitimement avec un certain Anselme d'où trois fils : Anselme, futur évêque d'Aoste, Burchard, archevêque de Vienne (1001-1032) et un certain Ulric ou Udalric, marié à Giselda[5],[6]. Il aurait également pour sœur, Ancilie, qui serait devenue, selon certaines hypothèses, l'épouse du comte Humbert, à l'origine de la dynastie des Humbertiens[5],[7],[8].

Épiscopat[modifier | modifier le code]

Anselme est un membre de l'aristocratie du royaume de Bourgogne, sous le règne de Rodolphe III de Bourgogne. Il accède au siège d'Aoste en 994 dans des circonstances inconnues. Contrairement à ce qu'avance l'Abbé Henry il est improbable que l'évêque est aussi comte d'Aoste et que Humbert est initialement son « lieutenant et vicomte »[9]. L'acte de 923 attribué à Anselme Ier « episcopus Augustensis ecclesie et comes » est désormais reconnu comme un faux du milieu du XIe siècle[10]. L'abbé Henry précise qu'Anselme aurait mérité le titre de « Père de la Patrie » du fait de la qualité de son administration temporelle et qu'avec les évêques des diocèse voisins ils étaient appelés « princes du Royaume » en 1002[11].

En fait le comte Humbert actif dans la vallée d'Aoste de 1024 à 1040, semble avoir été l'époux d'Ancilie la sœur de l'évêque et il implante son autorité dans la vallée d'Aoste avec l'appui de son fils Burcard d'Aoste dans un premier temps en 1022 coadjuteur de son oncle maternel puis lui-même évêque d'Aoste jusqu'en 1033[12].

L'évêque Anselme participe à trois conciles tenus à Anse près de Lyon en 990,994 et 1025. Il est en outre présent dans plusieurs actes : le , lors de la cession d'un bien avec Burchard II de Lyon, archevêque de Lyon, qui est son frère utérin[5],[13]. Le , lors d'un échange de biens avec ce même Burchard. Le, il signe dans un diplôme délivré par le roi Rodolphe III[14]. Le dernier document le concernant est daté du , il semble qu'il meurt au début de l'année suivante le 16 janvier comme le relève le nécrologe de la Collégiale de Saint-Ours : « XVII Kal. Feb. Ob. Anselmus Episcopus Augustensis qui nostram contruxit ecclesiam »[1],[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (it) Aimé-Pierre Frutaz, Le fonti per la storia della Valle d'Aosta « Cronotassi dei vescovi », Rome, Ed. di Storia e Letteratura, (réimpr. 1997) (ISBN 8886523335, lire en ligne), p. 291-292.
  2. Marie-José de Belgique La Maison de Savoie. Les origines, Paris, Albin Michel, 1956, « Les Savoie » p. 36-37.
  3. Joseph-Marie Henry, Histoire populaire, religieuse et civile de la Vallée d'Aoste (1929), réédition en 1967, p. 65.
  4. Cf. la liste de l'Abbé Henry, op. cit, p. 534.
  5. a b c et d (en) Charles William Previté-Orton, The Early History of the House of Savoy: 1000-1233, Cambridge, Cambridge University Press (réimpr. 2013) (1re éd. 1912), 512 p. (lire en ligne), p. 68 et suivantes.
  6. Aimé-Pierre Frutaz, Fonti per la storia de la Valle d'Aosta, « Cronotassi dei vescovi », p. 291.
  7. Paul Guichonnet, Nouvelle histoire de la Savoie, Édition Privat, , 366 p. (ISBN 978-2-7089-8315-1), p. 121.
  8. (it) Alessandro Barbero Valle d'Aosta Medievale, Liguori Editore, Naples 2000, (ISBN 8820731622) p. 1-10.
  9. Abbé Henry , op. cit, p. 76
  10. (it) Alessandro Barbero, Valle d'Aosta medievale, Naples, Liguori Editore, 2000 (ISBN 8820731622) p. 1, 6 note no 13 & 85.
  11. Abbé Henry , op. cit, p. 66-67.
  12. (it) Alessandro Barbero, op. cit, p. 4-8.
  13. a et b (en) Charles William Previté-Orton, The Early History of the House of Savoy: 1000-1233, Cambridge, Cambridge University Press (réimpr. 2013) (1re éd. 1912), 512 p. (lire en ligne), p. 20.
  14. (it) Fedele Savio Gli antichi vescovi d'Italia dalle origini al 1300 descretti per regioni: Piemonte Fratelli Bocca Editore 1898 p. 87.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Alessandro Barbero, Valle d'Aosta medievale, Naples, Liguori Editore, 2000 (ISBN 8820731622).
  • (fr) Abbé Joseph-Marie Henry, Histoire populaire religieuse et civile de la Vallée d’Aoste, Aoste, Imprimerie Marguerettaz, 1929, réédition en 1967, chapitre 51, « L'évêque d'Aoste est Comte d'Aoste », p. 66-67.
  • (fr) Georges de Manteyer, « Les origines de la maison de Savoie en Bourgogne (910-1060) », in Mélanges d'archéologie et d'histoire, T. 19, 1899. p. 363-540.