Annik Beauchamps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la télévision en France image illustrant une actrice image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la télévision en France et une actrice française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Annik Beauchamps
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
MeudonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Annik Beauchamps[1], née Annick de Rauglaudre, est une comédienne et animatrice de télévision et de radio française, née le à Bordeaux et décédée d'un cancer le dans le 5e arrondissement de Paris[2],[3].

Elle épouse en premières noces le haut fonctionnaire Xavier Gouyou-Beauchamps dont elle adopte professionnellement une partie du patronyme et avec lequel elle a deux fils.

Après des débuts de comédienne au théâtre, elle entre en 1960 à la télévision française. De 1962 à 1965, elle présente à la radio l'émission Salut les copains aux côtés de Daniel Filipacchi sur Europe no 1, puis anime les après-midis de France Inter sous le nom de Madame Inter[4].

Elle passe, lors de la création de TF1 en 1975, à la présentation de magazines destinés aux femmes (Une minute pour les femmes, À la bonne heure) et du jeu Réponse à tout aux côtés de Louis Bozon. Elle prête également sa voix à plusieurs livres-disques Adès.

Dans les années 1980, elle présentera brièvement le journal de la nuit, TF1 Dernière, et diverses émissions avant de quitter la télévision en 1990.

Elle est apparue également dans Elle court, elle court la banlieue (1973) de Gérard Pirès.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Parfois orthographié Annick.
  2. Filiation sur Wikifrat (fraternelle.org) Fraternelle : l’encyclopédie biographique de l’Homo erectus
  3. Selon le Who's Who, selon sa tombe à Meudon ou le 12 décembre 1995 à Meudon selon d'autres sources.
  4. Madame Inter [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]