Annemie Turtelboom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Annemie Turtelboom
Annemie Turtelboom en 2013.
Annemie Turtelboom en 2013.
Fonctions
Vice-ministre-présidente flamande
Ministre du Budget, des Finances et de l'Énergie

(1 an, 9 mois et 4 jours)
Ministre-président Geert Bourgeois
Gouvernement Bourgeois
Prédécesseur Philippe Muyters
(budget et finances)
Freya Van den Bossche
(énergie)
Successeur Bart Tommelein
Ministre fédérale de la Justice et des Cultes

(2 ans, 7 mois et 19 jours)
Monarque Albert II
Philippe
Premier ministre Elio Di Rupo
Gouvernement Di Rupo
Prédécesseur Stefaan De Clerck
Successeur Maggie De Block
Ministre fédérale de l'Intérieur

(2 ans, 4 mois et 19 jours)
Monarque Albert II
Premier ministre Yves Leterme
Herman Van Rompuy
Gouvernement Leterme II
Van Rompuy
Prédécesseur Guido De Padt
Successeur Joëlle Milquet
Ministre fédérale de la Politique de migration et d'asile

(1 an, 3 mois et 27 jours)
Monarque Albert II
Premier ministre Herman Van Rompuy
Yves Leterme
Gouvernement Van Rompuy
Leterme I
Prédécesseur néant
Successeur Melchior Wathelet
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Torhout (Belgique)
Nationalité Belge
Parti politique Open Vld
Profession Avocate
Résidence Anvers

Annemie Turtelboom
Membre du gouvernement flamand

Annemie Turtelboom, née à Ninove, le , est une femme politique belge flamande membre de l'OpenVLD.

Elle a occupé plusieurs fonctions au niveau fédéral : tout d'abord comme ministre de la Politique de Migration et d'Asile dans les gouvernements Leterme I et Van Rompuy, puis comme ministre de l'Intérieur des gouvernements Van Rompuy[1] et Leterme II et enfin comme ministre de la Justice dans le gouvernement Di Rupo jusqu'au 25 juillet 2014, date à laquelle elle entre dans le gouvernement flamand de Geert Bourgois, en tant que ministre des Finances, du Budget et de l'Energie. Elle démissionne le 29 avril 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Annemie Turtelboom a grandi à Zandbergen, une localité de la commune de Grammont. Elle est membre du conseil communal de Puurs, localité de la banlieue anversoise depuis 2006[2]. Elle est mariée et mère de deux enfants.

Turtelboom a étudié l'économie, d’abord à Bruxelles, puis à la Katholieke Universiteit Leuven (KULeuven) à Louvain, formations à la suite desquelles elle a obtenu respectivement un régendat et une licence en sciences économiques.

À la KULeuven, elle était présidente des étudiants démocrates chrétiens. Par conséquent, elle a commencé sa carrière politique au Christelijke Volkspartij (CVP). En 2001, elle a formé avec Johan Van Hecke, Karel Pinxten une branche dissidente du CVP, le Nieuwe Christen-Democraten (parti des néo-démocrates chrétiens, NCD). Le CVP deviendra le CD&V tandis que l'éphémère NCD rejoindra le VLD. Jusqu'en 2003, elle était responsable de la formation en mercatique à la Katholieke Hogeschool Leuven. De 2003 à 2007, elle est élue sur les listes de l'Open VLD au Parlement fédéral, où elle s'est intéressée aux Affaires sociales, à l'Emploi et aux Pensions. Dans la formation du gouvernement Leterme Ier en 2008 et du Gouvernement Van Rompuy en 2009, elle a été nommée Ministre de la Politique de Migration et d'Asile. Elle a dû batailler ferme avec la problématique des sans-papiers et a été vivement critiquée en raison de son attitude rigide envers Marie Arena (PS), son ancienne collègue de Cabinet et Ministre de l'Intégration sociale[3].

Lors du remaniement du Gouvernement Van Rompuy, le 17 juillet 2009, Turtelboom a pris la direction du Ministère de l'Intérieur à son collègue de parti Guido De Padt[4]. Elle devient ainsi la première femme à occuper ce poste en Belgique. Le 4 mars 2011, elle a obtenu de son parti le prix « saumon bleu », un prix par lequel les femmes de l'Open VLD entendent récompenser celles qui « nagent contre le courant » et jouent un rôle de premier plan dans la vie politique, économique ou sociale[5].

Elle devient ensuite ministre de la Justice au sein du gouvernement Di Rupo.

En 2014, malgré son élection à la Chambre des Représentants, le 25 mai, elle choisit de siéger au sein du gouvernement flamand avec le titre de vice-ministre-présidente et quitte le gouvernement fédéral, en affaire courante, le 25 juillet. Elle est remplacée par Maggie De Block.

Le 29 avril 2016, elle démissionne de son poste de vice-première et ministre du Budget du gouvernement flamand, mise en cause par la Turteltaks, taxe énergétique qu'elle a instaurée.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]