Anne de Gaulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne de Gaulle
Anne de Gaulle et son père en 1933.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Tombe du Général de Gaulle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Père
Mère
Fratrie
Vue de la sépulture.

Anne de Gaulle, née le à Trèves dans la province de Rhénanie (Allemagne) et morte le à Colombey-les-Deux-Églises (France), est la fille benjamine du général français Charles de Gaulle et de son épouse Yvonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne de Gaulle est mise au monde le jour de l'an 1928 par le médecin capitaine Max Party, à Trèves où son père est en garnison.

À l'occasion de la naissance de ce dernier enfant, le général de Gaulle émet un curieux présage en annonçant la nouvelle à son ami Lucien Nachin[1] :

« Nous l'appellerons Anne. Elle verra peut-être l'an 2000 et la grande peur qui se déchaînera sans doute dans le monde à ce moment-là. Elle verra les nouveaux riches devenir pauvres et les anciens riches recouvrer leurs fortunes à la faveur des bouleversements. Elle verra les socialistes passer doucement à l'état de réactionnaires. Elle verra la France victorieuse une fois de plus manquer la rive gauche du Rhin et, peut-être, son petit-fils tiendra-t-il garnison dans Trèves. »

Parce que l'enfant est porteuse d'une trisomie 21 associée à une déficience intellectuelle[2], les époux de Gaulle ne se sont jamais séparés d'elle jusqu'à sa mort. Les membres de la famille de Gaulle et leurs proches ont témoigné que le général de Gaulle, réputé pour avoir un amour retenu envers sa famille, se montrait plus chaleureux et extraverti avec Anne. André Frossard la qualifie de « douce, proche et lointaine »[3].

En , Yvonne de Gaulle-Vendroux achète le château de Vert-Cœur à Milon-la-Chapelle (Yvelines), où elle installe une maison de santé pour jeunes filles handicapées démunies : la fondation Anne-de-Gaulle.

Anne meurt en , à 20 ans d'une broncho-pneumonie, dans les bras du général, à Colombey, au sein de la propriété familiale de La Boisserie que le couple avait acquise en 1934 afin qu'Anne bénéficie du grand air de la campagne champenoise. Le jour de sa mort, le général prend le bras de sa femme et murmure « Maintenant, elle est comme les autres[4] ». Elle est inhumée le au cimetière de Colombey-les-Deux-Églises.

Le , Charles de Gaulle est victime d'un attentat raté au Petit-Clamart. Il raconte qu'une balle avait été arrêtée par le cadre de la photo d'Anne que son épouse avait toujours avec elle dans une mallette, placée ce jour-là sur la plage arrière de la voiture[5],[6].

En , le Général est enterré dans le cimetière de Colombey auprès de sa fille. Neuf ans plus tard, son épouse Yvonne est également inhumée à leurs côtés.

Du 3 au , dans le cadre de la journée internationale des personnes handicapées, l'aéroport Paris-Charles de Gaulle est temporairement rebaptisé « Paris-Anne de Gaulle » pour sensibiliser à l'insertion des personnes en situation de handicap[7],[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julian Jackson, De Gaulle, Éditions du Seuil, (ISBN 978-2-02-139632-4, lire en ligne), chap. 3.
  2. (en) Jonathan Fenby « The little girl who conquered de Gaulle », sur thetimes.co.uk, 15 juin 2010.
  3. Adrien Le Bihan, Le Général et son double : de Gaulle écrivain, Paris, Flammarion, , 282 p. (ISBN 978-2-08-067341-1, BNF 35857844), p. 231.
  4. Pierre de Boisdeffre, De Gaulle malgré lui, Albin Michel, , p. 39.
  5. Histoire rapportée par le fils du général, Philippe de Gaulle, dans Michel Tauriac, « Philippe de Gaulle : la mort de mon père », Le Point, no 948,‎ , p. 58.
  6. Dominique Lormier, De Gaulle intime et méconnu, éditions Alisio, juin 2020.
  7. « Evènement : l’aéroport Paris-Charles de Gaulle rebaptisé “Paris-Anne de Gaulle” pendant une semaine », sur Franceinfo, (consulté le )
  8. Inès Gacemi, « Pourquoi Roissy va-t-il être rebaptisé «Aéroport Anne-de-Gaulle» pendant une semaine ? », sur Libération (consulté le )
  9. « L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle rebaptisé « Anne De Gaulle » à l'occasion de la journée internationale du handicap » (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]