Anne d'Egmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne d'Egmont
Image dans Infobox.
Anne d'Egmont.
Titre de noblesse
Comtesse (Buren)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Mère
Françoise de Lannoy (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Philippe-Guillaume d’Orange
Marie d'Orange-Nassau (en)
Marie d’Orange-Nassau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Anne d'Egmont (mars 1533, Grave - , Bréda), mieux connue sous le nom d'Anna van Buren (ou Anna van Bueren)[1],[2],[3], comtesse de Buren et dame d'Egmont, est la première épouse de Guillaume Ier d'Orange-Nassau, dit Guillaume le Taciturne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne d'Egmont est née en à Grave, aux Pays-Bas. Elle est la fille unique du comte Maximilien d'Egmont et de Françoise de Lannoy.

Sa mère et son père étaient de haute noblesse.

Anna d'Egmont dans le Recueil d'Arras
Anne d'Egmont avec son époux Guillaume le Taciturne et leurs enfants Marie d'Orange-Nassau et Philippe-Guillaume d'Orange-Nassau
Portrait d'une jeune femme noble, 41,3 × 31,2 cm, signé et daté de 1554, collection privée

Les principales activités de son père Maximilien étaient celles du commandant de l'armée de Charles V, d'abord dans une dispute avec Gelre, plus tard dans une campagne dans les régions allemandes contre la Ligue de Schmalkalden.
Il a également joué important, à la fois en tant que capitaine général et stadholder de Frise, Groningue et Overijssel, et dans ses vastes possessions autour de Buren et en Zélande.
Il était souvent à la cour de Bruxelles de Charles Quint (1500-1558) et surtout de Marie de Hongrie, sa sœur et gouverneur des Pays-Bas.
Compte tenu de sa position élevée, le père Maximiliaan était en bons termes avec Charles Quint (1500-1558), alors empereur du Saint-Empire romain germanique, roi d'Espagne et propriétaire des Pays-Bas des Habsbourg, et son sœur Marie de Hongrie (1505-1558), gouverneur des Habsbourg aux Pays-Bas.
Son père meurt de façon tout à fait inattendue au tribunal de Bruxelles en 1548, apparemment vêtu d'une armure complète et entouré de ses confidents, mais en l'absence de sa femme et de sa fille. Sur son lit de mort, Maximiliaan a arrangé le mariage de Guillaume Ier d'Orange-Nassau, Prince d'Orange, l'un des jeunes nobles les plus éminents de l'époque et du même âge que sa fille. Anna succède alors à Maximiliaan en tant que comtesse van Buren. Elle n'avait que quinze ans et était l'un des partis les plus désirable pour un mariage de haute lignée. Charles Quint et Marie de Hongrie ont soutenu ce mariage[4].

Anna et sa mère séjournaient généralement au château familial de Buren[4].

Unique héritière, elle porte le titre de comtesse de Buren et dame d'Egmont, mais aussi de comtesse de Lingen et de Leerdam, et de dame d'IJsselstein, de Borssele, de Grave, de Cranendonck, de Jaarsveld, de Kortgene, de Sint-Maartensdijk, et d'Odijk.

Anna a grandi dans un entourage noble, dont le centre était la cour du gouverneur à Bruxelles.
Elle parlait le français, et apprit en plus le néerlandais, mais c'est en français qu'elle correspondra plus tard avec Guillaume d'Orange[5], mieux connu plus tard comme Guillaume le Taciturne.
Elle épouse le Guillaume Ier d'Orange-Nassau dans l'Église Saint-Lambert de Buren (Sint- Lambertuskerk).
Le prince d'Orange par ce mariage devient comte de Buren et seigneur d'Egmont.

Trois enfants sont nés de cette union :

Il épousera en 1606 Éléonore de Bourbon-Condé (1587-1619), fille du prince Henri Ier de Bourbon-Condé.

En 1595, Marie d'Orange -Nassau épousera le comte Philippe de Hohenlohe-Neuenstein (†1606).

Anna Van Buren meurt le à l'âge de 25 ans à Bréda et est inhumée dans l'église Notre-Dame (Grote kerk ou Onze-Lieve-Vrouwekerk) de Bréda.

La ville de Buren s'appelle Buren Oranjestad pour marquer le fait que le prince d'Orange a épousé à Buren Anne d'Egmont, dame de Buren. Plusieurs écoles aux Pays-Bas portent le nom d'Anne d'Egmont.

Les portraits d'Anne d'Egmont[modifier | modifier le code]

Le seul tableau représentant Anne d'Egmont, dans les collections royales de Hollande, pourrait en fait être la copie d'un tableau perdu.

Un portrait d'une jeune femme, peint par Pieter Pourbus, exposé pour la première fois en 2017 au Musée Groeningen de Bruges [6],[7], puis au musée de Gouda [8], pourrait être le portrait d'Anne d'Egmont.
Peu de temps après l'ouverture de l'exposition au Musée Gouda, un historien d'art, Marc Couwenberg, a publié un article détaillé [9] qui attire l'attention sur de nombreuses similitudes entre ce portrait et le portrait d'Anne d'Egmont appartenant à la collection royale de La Haye.
Dans un autre article, il décrit ce tableau comme la "Mona Lisa" de Pourbus [10].

Les copies d'après un portrait probable d'Antonio Mor[modifier | modifier le code]

Guillaume d'Orange en armure (1555) par Antonio Mor, 115 × 82 cm, Museumslandschaft Hessen Kassel

Bien que ces portraits aient tous des tailles différentes et montrent des détails différents ou changeants dans la robe (une ropa de style espagnol), ils semblent tous copier le même visage, la même écharpe et la position de celle-ci. La coiffe est aussi toujours un arcelet, et semble être le même représenté sur les quatre exemplaires, bien qu'avec des détails changeants et/ou des bijoux ajoutés ou modifiés d'une copie à l'autre.

  • Portrait 1[11], qui peut être vu au Palais ducal de Mantoue (Italie), est le plus grand. Représentant la jeune femme en demi-longueur, c'est le seul à montrer ses mains. Le peintre a ajouté à sa main droite un éventail d'or finement ciselé, portant des plumes d'autruche de couleur jaune, rouge et verte. Il convient de noter que sa main gauche ne montre aucun anneau. L'original de ce portrait est un possible pendant à un portrait original de William par Antonis Mor, selon Luttervelt[12].
  • Portrait 2. était dans la collection privée de William Hall Walker (en) (1er baron Wavertree), Liverpool (Angleterre), et légué par lui en 1933 à la Walker Art Gallery, Liverpool (Angleterre)[13],[14],[15]
  • Portrait 3., maintenant au Musée de la Chartreuse de Douai [16], à Douai (France), montre une inscription, dessous sur le cadre: CONT / A DI BUREN [17]
  • Portrait 4. montre en haut à gauche les armoiries de Lichtervelde[18].

Une version du même portrait, issue de la collection du comte d'Andlau au château de Voré, Remalard (Orne, en France), montre encore d'autres variations dans la robe et les bijoux. Ici, la princesse porte de grands paréis ovales dans ses oreilles. Cette fois, la légende est: "Prin = d, Orange"[12].

Deux autres portraits possibles ont été identifiés et cités dans l'article intitulé "Le portrait de Klabin" [19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (nl) Historiek, « Anna van Buren (1533-1558) – Vrouw van Willem van Oranje », sur historiek.net, (consulté le 28 septembre 2020).
  2. ANNA van EGMONT, vooral bekend als Anna gravin van Buren...: https://resources.huygens.knaw.nl/vrouwenlexicon/lemmata/data/AnnavanBuren
  3. (...) Anna van Egmont kennen we vooral als Anna van Bueren, of als prinses van Oranje: https://marccouwenbergh.nl/anna-van-bueren-versus-de-mona-lisa-van-pieter-pourbus-meester-schilder-uit-gouda/
  4. a et b http://resources.huygens.knaw.nl/vrouwenlexicon/lemmata/data/AnnavanBuren
  5. http://resources.huygens.knaw.nl/wvo/app/brieven?start=0&order=br_dat1
  6. (nl) Anne Van Oosterwijk, Maarten Bassens, Till-Holger Borchert, Heidi Deneweth, Brecht Dewilde (et al.), Vergeten Meesters, Pieter Pourbus en de Brugse schilderkunst van 1525 tot 1625, éd. : SNOECK GENT. Catalogue of the exposition at the Groeningemuseum, Bruges Oct.13, 2017 - Jan.21, 2018. 336 pages.
  7. (en) Anne Van Oosterwijk, et al. The forgotten masters. Pieter Pourbus and Bruges painting from 1525 to 1625. [Ghent]: Snoeck, [2017]. (ISBN 9789461614155). Catalogue of the exhibition at the Groeningemuseum, Bruges, Oct. 13, 2017 – Jan. 21, 2018. 336 pages
  8. (en) (nl) Marc de Beyer and Josephina de Fauw, Pieter Pourbus: meester-schilder uit Gouda = Pieter Pourbus: Master painter of Gouda. Gouda: Museum Gouda, 2018. (ISBN 9789072660121). Catalogue of the exhibition in Museum Gouda, Feb. 17 – June 17, 2108. 86 pages
  9. (nl) « Anna van Bueren versus de Mona Lisa van Pieter Pourbus meesterschilder uit Gouda | Marc Couwenbergh / cti », sur creative texts and images / cti - journalistieke producties over kunst, cultuur en historie, (consulté le 17 avril 2020)
  10. (nl) « De Mona Lisa van Pieter Pourbus meester-schilder uit Gouda | Marc Couwenbergh / cti », sur creative texts and images / cti - journalistieke producties over kunst, cultuur en historie, (consulté le 17 avril 2020)
  11. Institut néerlandais d'histoire de l'art, 266697.
  12. a et b R. van Luttervelt, 'Een schilderij van Anna van Buren en andere portretten uit haar omgeving', Oud Holland - Journal for Art of the Low Countries, volume 74 (1959), pp. 183-202. For Van Luttervelt, see: K.G. Boon, 'In Memoriam Dr. Remmet Van Luttervelt', in: Nederlands Kunsthistorisch Jaarboek (NKJ) / Netherlands Yearbook for History of Art, volume 14 (1963), pp. 27-29
  13. (en) « Walker Art Gallery », sur National Museums Liverpool (consulté le 28 septembre 2020).
  14. Walker Art Gallery, Liverpool (Angleterre), inv./cat.nr WAG 827
  15. Institut néerlandais d'histoire de l'art, 263455.
  16. http://www.museedelachartreuse.fr
  17. Institut néerlandais d'histoire de l'art, 263456.
  18. Institut néerlandais d'histoire de l'art, 130526.
  19. (en) « The Tudors ~ Temporary Conclusions », sur The Tudors (consulté le 28 septembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Thera Coppens, De vrouwen van Willem van Oranje.

Lien externe[modifier | modifier le code]