Anne Spoerry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne Spoerry
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
NairobiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
Domaine

Anne Spoerry (prononcé « Shpeuri » en alsacien) alias Mama daktariMadame docteur en swahili – née le à Cannes et morte le à Nairobi au Kenya, est une femme médecin française.

Elle était la sœur de l'architecte François Spoerry, créateur notamment de Port Grimaud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Henry Spoerry, industriel, et de Jeanne Schlumberger. Née en 1918 à Cannes, dans une famille d'industriels originaire de Fischenthal et Männedorf, dans le canton de Zurich en Suisse, mais d'un père alsacien[1], Anne Spoerry a très tôt éprouvé le désir de devenir médecin des populations déshéritées.

Elle entre dans la Résistance[2] avec son frère alors qu'elle est encore étudiante en quatrième année de médecine[3], mais de passage à l'hôpital, y trouve la Gestapo[3] et est jetée dans une traction avant. Elle rejoindra son frère, également arrêté, à la prison de Fresnes[3], où elle passera neuf mois. Elle est déportée à Ravensbrück[3] en janvier 1944, alors que son frère est envoyé à Dachau et Neue Bremm. Son attitude au camp est source de nombreuses interrogations à son retour[3]. Cependant de nombreux témoignages seront déclarés en sa faveur, dont celui d'Odette Fabius à qui elle sauva la vie en la cachant de janvier en avril 1945 avant l'arrivée des libérateurs[3].

La guerre terminée, interdite d'exercer la médecine en France[3] à la suite de plaintes exprimées par certaines de ses camarades rescapées de Ravensbrück, Anne Spoerry part en Afrique[3] sur les traces de Henry de Monfreid qui la fascine par ses récits[4]. Elle gagne la corne de l'Afrique, l'Éthiopie en particulier et la Somalie.

Mais l'Empereur Haïlé Sélassié Ier et son gouvernement ne voient pas d'un bon œil une femme seule installée comme médecin. Elle se base au Yémen et devient médecin des femmes de l'hôpital d'Aden. Là, elle prend soin des princesses dans les harems. Elle cherche à passer en Éthiopie, et donc accepte d'accompagner des bateaux de pèlerins somalis en route vers La Mecque qui traversent pour le Hajj. Mais, aventurière, elle se remet en route et rejoint le Kenya (alors sous protectorat Anglais) où elle s'installe finalement en 1950 comme médecin de campagne et fermière, car elle a acheté une grande ferme à Ol Kalou (en)[2], entre le lac Naivasha et Thomson's Falls.

Expropriée au moment de l'indépendance en 1964, elle décide de rester au Kenya et rachète une ferme (muringa farm) à Subukia (en)[5].

À 46 ans, elle apprend alors à piloter, achète un avion et rejoint l'organisation des « médecins volants » du Kenya AMREF Flying Doctors[2]'[5], une organisation non gouvernementale financée par des aides internationales qui vient alors d'être créée à Nairobi. Elle est la première femme médecin de l'équipe et crée l'AMREF-France[4].

Pendant plus de trente ans, aux commandes de son petit avion nommé Alpha Zoulou Tango[4], elle n'a cessé de parcourir le pays pour soigner et aider, porter secours et assister les populations démunies de la région où elle a choisi de vivre, en atterrissant parfois sur des pistes déplorables[3].
Elle s'est consacrée pendant plus de 60 ans à ses visites aux nomades Masaï au Kenya, afin de les soigner. Cette femme se définissait comme docteur, facteur, électricien, et dépanneur.

Responsable de nombreuses campagnes de vaccination[3], elle a dû travailler avec les guérisseurs[2] pour réussir à se faire accepter tout en luttant contre le poids des traditions[5].

Elle est morte le à Nairobi-Muthaiga (peu de temps après son frère François Spoerry décédé lui le 11 janvier), et est enterrée à Shela sur l'île de Lamu.

Formation[modifier | modifier le code]

Écoles à Londres, Mulhouse et Strasbourg, baccalauréat en 1937.

Études de médecine à la faculté de médecine de Paris (1937-1943) qu'elle acheva après la guerre à Paris en 1947.

Elle a étudié la médecine tropicale à l'université de Bâle (1947-1948), et passé son doctorat en 1950.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Spoerry et Claude Chebel, On m'appelle Mama Daktari, Paris, J. C. Lattès, (ISBN 978-2-709-60947-0)[4]
  • Heminway John, A Legendary Flying Doctor's Dark Secret, www.ft.com › Life&Arts › FT Magazine
  • Helm Sarah, Si c'est une Femme, Vie et mort à Ravensbrück, Calmann-Lévy ed., (ISBN 978-2-7021-5809-8)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jeanne SCHLUMBERGER - Arbre généalogique nguyenodile - Geneanet », sur gw.geneanet.org (consulté le 1er janvier 2017)
  2. a, b, c et d Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Mama Daktari », sur Ina.fr, (consulté le 1er janvier 2017)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « A legendary flying doctor’s dark secret », sur Financial Times (consulté le 1er janvier 2017)
  4. a, b, c et d « On m'appelle Mama Daktari », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  5. a, b et c Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Anne Spoerry médecin d'Afrique », sur Ina.fr, (consulté le 1er janvier 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]