Anne Soupa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anne Soupa
Description de cette image, également commentée ci-après
Anne Soupa en 2009.
Naissance (73 ans)
Nationalité Drapeau de la France France
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français

Anne Soupa est une bibliste et théologienne [1], journaliste et écrivaine catholique de tendance progressiste française[2].

En 2008, elle cofonde avec Christine Pedotti le Comité de la jupe, qui promeut le féminisme au sein de l’Église catholique. En 2009, elle cofonde le mouvement réformateur catholique de la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones, qui promeut dans l'Église la responsabilité de tous les baptisés (et pas seulement des clercs) .

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne Soupa naît le à Paris ; son père est Henri Beaugé-Bérubé, compagnon de la Libération, commandeur de la Légion d'honneur, croix de guerre 1939-1945 avec palmes[3]. De 1947 à 1949, elle passe son enfance en Allemagne de l'Ouest, où son père est aide de camp du général Kœnig, gouverneur militaire de la zone d'occupation française en Allemagne. De 1950 à 1960, elle grandit au Maroc, lorsque son père est détaché auprès du gouvernement marocain pour l'administration provinciale. Elle vit ensuite à Beauvais puis passe son baccalauréat au lycée Victor-Duruy de Paris[4]. Elle entre alors dans l' Institut d'études politiques de Paris, section service public, dont elle sort diplômée en 1968[5],[6].

De 1971-1978, elle travaille au service de formation de la Compagnie bancaire. De 1978 à 1982, elle passe une maîtrise de Droit privé à l'Université Paris-Nanterre. De 1982 à 1986, elle se forme à l’Institut de pastorale et d’Études religieuses de Lyon, puis étudie à l'Université catholique de Lyon où elle obtient une licence puis une maîtrise de théologie. Son mémoire de maîtrise porte sur Angèle de Foligno, tertiaire franciscaine du XIIIe siècle[7]. En 1990-1991 elle obtient une habilitation doctorale en théologie à l’Institut catholique de Paris[4],[8]. Elle est mariée à Philippe Soupa et mère de quatre enfants [9].

Elle entre au Groupe Bayard, dans la presse catholique. Elle écrit d'abord jusqu'en 1997 dans la revue de jeunesse Grain de Soleil, puis rejoint l’équipe du Monde de la Bible. Elle travaille alors aux Éditions du Cerf. Elle est rédactrice en chef de la revue Fêtes & Saisons puis, toujours au service de l’éditeur dominicain, crée le périodique Biblia et en assure la rédaction en chef au long des 85 numéros qui commentent l’ensemble des livres de la Bible en associant commentaires exégétiques et dossiers iconographiques[6],[10].

En 2008, le cardinal archevêque de Paris André Vingt-Trois déclare sur une émission de la Radio chrétienne francophone « Le plus difficile, c'est d'avoir des femmes qui soient formées. Le tout n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête. ». Elle porte plainte contre cette déclaration sexiste à l'Officialité, le tribunal ecclésiastique[11]. Elle crée alors, avec Christine Pedotti, le Comité de la jupe pour lutter contre la discrimination à l’égard des femmes dans l’Église catholique [12],[13]. En 2009, toujours avec Christine Pedotti, elle crée la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones afin de promouvoir la responsabilité des baptisés [14]catholiques[15],[16],[17]: la devise de ce mouvement est "ni partir, ni se taire" [18].

Le , dans le contexte de l'élection du successeur du pape Benoît XVI, le Comité de la Jupe, dont elle est présidente, tient le premier Conclave féminin de l’histoire, à Paris pour faire sortir les femmes de l’invisibilité où les cantonne la structure institutionnelle actuelle, et pour montrer qu’elles pourraient tout à fait être intégrées dans le processus électif des chefs de l'Église catholique romaine : « Nous avons convié 72 femmes, au titre de leur foi, aussi bien des théologiennes que des religieuses de terrain, pour discuter de la feuille de route à suivre pour le futur pape. Il ne s'agit pas de singer Rome et de chercher la meilleure pointure pour le rôle, mais plutôt de se poser les questions importantes pour l'avenir. Quelle spiritualité pour demain ? Comment redonner confiance aux catholiques de la base ? Comment parler aux jeunes générations ? C'est une démarche moderne, d'inspiration démocratique, et conforme à ce que devrait être la vraie tradition de l'Église. »[19]. Le résultat des 72 contributions a été de demander un pape de la miséricorde plutôt que de la loi.

En 2010, elle publie avec Christine Pedotti Les pieds dans le bénitier [20], qui développe la question de la place des femmes dans l’Église catholique, particulièrement en France[21].

Pour approfondir la question, elle analyse ce qu'en disent les Écritures dans Dieu aime-t-il les femmes ? (Médiaspaul, 2012). Elle y souligne que dans le livre de la Genèse, la femme et l’homme ont été simultanément créés par Dieu , ce qui signifie leur égalité foncière dans l'ordre de la création [22].

Puis, dans Douze femmes dans la vie de Jésus (Salvator, 2014), elle dresse le tableau des relations entre Jésus et les femmes ; la conclusion de cette enquête à travers les quatre évangiles, est que Jésus considérait les femmes à l'égal des hommes, dans une logique plus fondamentale de refus de toute discrimination; selon sa formule, Jésus invente les droits de l’homme en inventant les droits de la femme ». Elle montre alors que, si les femmes n’étaient pas discriminées par le Christ, c’est une Église masculine qui au fil des siècles, particulièrement après la réforme grégorienne, des XIe et XIIe siècles, a conduit à la sujétion des femmes et a organisé leur effacement des responsabilités dans l’Église. Anne Soupa plaide pour que les femmes puissent enrichir l’Église par leur contribution effective aux ministères de l’Église et aux décisions de gouvernement. C’est l’acquisition d’une existence canonique, d’une vraie « citoyenneté » dans l’Église qui est pour elle le préalable à une expression plurielle des différences entre les hommes et les femmes [23].

Anne Soupa a salué l’arrivée du pape François avec la publication de François, la divine surprise (Médiaspaul, ). Puis, reprenant le fil de méditations théologiques entreprises avec Pâques, art du passage (Éditions du Cerf, ), autour du cœur de la foi chrétienne, le mystère pascal, elle publie L’Ange de la force, dialogue avec André Gouzes (Bayard 2016)[24].

En 2017, pour accompagner d’une voix catholique le 500e anniversaire de la Réforme, elle écrit : Le jour où Luther a dit non, (Salvator, ), roman historique centré sur la rupture irrémédiable entre Luther et Rome, en 1518, lors des trois entretiens d’Augsbourg entre Luther et le cardinal légat, Cajetan.

En , elle publie Judas, le coupable idéal, chez Albin Michel, une enquête biblique autour de la figure du "plus grand réprouvé de l’histoire occidentale", Judas [25].

Avec le Comité de la jupe et la Conférence catholique des baptisés francophones, elle poursuit son combat pour faire aux femmes une juste place dans le fonctionnement et la culture de l'Eglise catholique [26],[27],[28],[29], notamment en développant une critique intellectuelle des discours ecclésiastiques sur "la Femme" [30], qu'elle analyse comme à la fois idéalisant et concrètement discriminants, par exemple dans la "théologie du corps" de Jean-Paul II [31].

Le 21 mai 2020 elle fait savoir qu'elle propose sa candidature à la charge pastorale du diocèse de Lyon [32],[33],[34] en s'appuyant sur le souhait du Pape François de différencier les fonctions de gouvernance dans l'Eglise, qui pourraient être accessibles à tous, y compris aux femmes, et le ministère sacerdotal ou épiscopal : « Je vais envoyer (au Nonce à Paris) une profession de foi, un programme pour Lyon, une biographie et un communiqué de presse »[35]. Elle explique ainsi cette démarche: « Une fois traversé le cercle de feu de l'incompréhension, la démarche est très sérieuse. Il y a un vrai problème sur la question des femmes dans l'Église. Il y a une prise de conscience des femmes elles-mêmes qui n'est pas faite. Une bonne part de mon geste est de dire aux femmes catholiques : “et pourquoi pas moi ?”. Aujourd’hui, il y a quelque chose d'impossible à penser dans la place des femmes dans l’Église. L'autre partie du problème est le contexte lyonnais » ( marqué par des scandales de pédophilie) il s'agit de "mettre fin à un entre-soi propice aux abus": « Pourquoi candidater à Lyon ? interroge-t-elle. Parce qu’à Lyon, quatre archevêques successifs, Mgrs Decourtray, Billé, Balland, Barbarin, ont failli dans leur tâche première, celle de protéger leurs communautés. Les bergers ont laissé les loups entrer dans la bergerie et les prédateurs s’en sont pris aux petits. ». Et elle répond ainsi à l'objection selon laquelle elle ne pourrait remplir cette mission, puisqu'elle n'est pas prêtre: « Je suis une laïque au sens de la hiérarchie de l’Église. Mais je pense que l'on peut gouverner un diocèse, veiller à la rectitude doctrinale, protéger les plus petits, qui est la mission première de l'évêque, en étant laïque. Et je peux être un guide spirituel, sans être directement affectée à la question des sacrements. Pour moi ce sont deux choses différentes. Si un jour une femme devient archevêque de Lyon, les prêtres garderont leur mission des sacrements. Les sacrements ce n'est pas le tout de la vie chrétienne »[36],[37]. Elle développe ce double objectif - faire avancer la situation des femmes dans l'Eglise catholique, et servir le diocèse de Lyon - dans un long texte publié sur sa page Facebook[38].

Ce geste suscite de nombreuses réactions en sens divers[39],,[40], et un grand intérêt [41],[42],[43],[44]'[45]y compris dans la presse internationale [46],[47],[48],[49],[50]'[51]'[52]. Beaucoup comprennent qu'il a valeur symbolique, et vise avant tout mettre en évidence la relégation des femmes en position de subordination dans le fonctionnement de l'institution catholique. La frange conservatrice du monde catholique s'est indignée ou a tourné ce geste en dérision[53], et les réactions méprisantes[54] ou injurieuses[55] n'ont pas été rares [56]. Dans l'autre sens, de nombreuses approbations, des milliers de signatures d' un texte de soutien[57] et plus encore des réactions soulignant l'intérêt de la démarche [58],[59],[60], et aussi ses limites[61],[62],[63] se sont manifestées dans l'Eglise catholique[64],[65]' parfois de la part de figures de premier plan comme sœur Véronique Margron, présidente de la Conférence des religieux et religieuses en France. Cette initiative est aussi soutenue par d'autres groupes chrétiens, comme le Groupe Orsay, un collectif féministe protestant[66]comme le Groupe Orsay[67],, voire en dehors des milieux religieux[68],[69]'[70]'[71]'.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Moïse tiré des eaux, La Vie spirituelle n° 760, septembre 2005
  • Du Dieu qui vient à demeure : commentaire d'Exode 40, La Vie spirituelle n° 764, mai 2006
  • La merveille du psaume 139, La Vie spirituelle n° 777, juillet 2008
  • Femmes, soyez soumises ! : commentaire d'Éphésiens 5, La Vie spirituelle n° 788, mai 2010
  • Pouvoir et service dans l'Église, Esprit & Vie n° 237, juillet 2011
  • L’ordination des femmes est-elle une bonne cause ?, Revue italienne Esodo, octobre- [lire en ligne].
  • Pour une Église du débat, in Vox populi, vox Dei ? Médiaspaul, 2016
  • Y-a-t-il un catho dans la salle ?, p. 13-24 ; 32-36, contribution à un collectif, Bayard, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Rencontre avec Anne Soupa (entretiens télévisés) », sur dominicains.tv, (consulté le 3 juin 2020)
  2. Mouloud Achour, entretien avec A.S., « Le Gros Journal avec Anne Soupa, bibliste : « Catholiques : pas d’amalgames ! » », sur clique.tv, (consulté le 3 juin 2020)
  3. Carnet du Figaro, 17-18 janvier 2015; Article sur le site de la Conférence catholique des baptisé-e-s francophones
  4. a et b « Une femme candidate à l’archevêché de Lyon », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  5. « l'Association des Sciences-Po - Fiche profil », sur www.sciences-po.asso.fr (consulté le 25 juin 2019)
  6. a et b Catherine Coroller, « Jupe contre soutane », Libération, (consulté le 25 juin 2019)
  7. Biographie d'Anne Soupa sur le site de La Procure
  8. Anne Soupa, « Qui suis-je pour candidature », sur page Facebook, (consulté le 30 mai 2020)
  9. Anne Soupa, « Qui suis-je pour candidater ? », sur Facebook (consulté le 26 mai 2020)
  10. « André Vingt-Trois accusé de propos sexistes », sur lefigaro.fr, 5 décembre 2008
  11. « Anne Soupa : “Pourquoi je reste catholique” », La Vie, (consulté le 25 juin 2019)
  12. Catherine Coroller, « Jupe contre soutane », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 30 mai 2020)
  13. Anne Soupa, « Anne Soupa au sénat », sur comitedelajupe.fr, (consulté le 3 juin 2020)
  14. Entretien avec le P. Ph. Cochineaux, « Rencontre avec Anne Soupa: le baptême », sur Dominicains de Belgique, (consulté le 6 mai 2020)
  15. « Conférence des baptisés de France, fidèles rebelles », L'Express, 3 mars 2010
  16. Biographie d'Anne Soupa sur le site des Éditions du Cerf.
  17. Stéphanie Le Bars, « Naissance de la Conférence des baptisés de France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 25 juin 2019)
  18. Anne Soupa, « Pourquoi je reste catholique », La Vie, (consulté le 26 mai 2020)
  19. « Et pourquoi pas un Conclave de femmes ? », sur tempsreel.nouvelobs.com, 8 mars 2013
  20. Bruno Lombard, « Les Pieds dans le bénitier ( recension) », sur monde-diplomatique.fr, Le monde diplomatique, juin 2011, p. 29 (consulté le 30 mai 2020)
  21. Préface de « Masculin-Féminin. Où en sommes-nous? Décryptage d’une encyclique », par Michèle Jeunet, BoD-Books on Demand, Paris, 2016, (ISBN 978-2-322-07727-4))
  22. Anne Soupa, entretien avec Eric Aeschimann, « Non, la Bible n’est pas sexiste », sur Nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, (consulté le 30 mai 2020)
  23. Anne Soupa, « Le recul de la cause des femmes sous le pontificat de Jean-Paul II », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 30 mai 2020)
  24. Guillaume Petit, « interview: Anne Soupa candidate au poste d'archevêque de Lyon pour faire de la place aux femmes dans l'Eglise », sur fr.euronews.com, Euronews, (consulté le 30 mai 2020)
  25. Sophie Delhalle, « Judas, coupable idéal? », sur cathobel.be, (consulté le 30 mai 2020)
  26. Propos recueillis par Marjorie Charpentier, « ÉGLISE CATHOLIQUE Féminisme : «Ces dix dernières années ont vu le triomphe de la masculinité» », sur Lemondedesreligions.fr, Le Monde des religions, (consulté le 30 mai 2020)
  27. Cyril Becquart, « Anne Soupa : Le nouveau combat des femmes, la visibilité », sur Cathobel.be, (consulté le 30 mai 2020)
  28. Anne Soupa, « D’une manière générale, c’est toute la question de la sexualité que l’Eglise peine à appréhender », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 30 mai 2020)
  29. Charlotte Bienaimé, « Ainsi soient-elles. Féminisme et religions ( émission radio) », sur arteradio.com, Arte, (consulté le 30 mai 2020)
  30. Anne Soupa, « Femmes selon le synode: Tota mulier in utero », sur comitedelajupe.fr, xi.2015 (consulté le 5 juin 2020)
  31. Anne Soupa et Christine Pedotti, « Nous demandons la décanonisation de Jean Paul II », sur émonde.fr, Le Monde, (consulté le 30 mai 2020)
  32. Anne Soupa, « Pourquoi je suis candidate à être archevêque de Lyon », sur comitédelajupe.fr, (consulté le 30 mai 2020)
  33. Cécile Chambraud, « Une femme candidate pour succéder au cardinal Barbarin comme évêque de Lyon », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  34. « Anne Soupa, la théologienne qui veut révolutionner l'Église catholique ( reportage télévisé) », sur francetvinfo.fr, France 2, (consulté le 3 juin 2020)
  35. « Anne Soupa, candidate à l'archevêché de Lyon pour alerter sur l'invisibilité des femmes dans l'Eglise », (consulté le 25 mai 2020)
  36. « Une femme candidate pour succéder au cardinal Barbarin comme évêque de Lyon », Le Monde, (consulté le 26 mai 2020)
  37. « Anne Soupa, une femme archevêque de Lyon ? “Et pourquoi pas moi !” », Lyon Capitale, (consulté le 25 mai 2020)
  38. « Anne Soupa », sur Facebook (consulté le 26 mai 2020)
  39. Marie-Lucile Kubacki, « “Candidate” à l’archevêché de Lyon, Anne Soupa veut secouer l’institution », La Vie, (consulté le 26 mai 2020)
  40. Véronique Lévy, « Lettre ouverte de Véronique Lévy à Anne Soupa, « candidate » à l’archevêché de Lyon », sur famillechrétienne.fr, Famille chrétienne, (consulté le 29 mai 2020)
  41. « Entretien télévisé: Anne Soupa : "Plus il y aura de femmes en responsabilité dans l’Église, moins il y aura d’abus" », sur france24, (consulté le 30 mai 2020)
  42. « 2014 : Anne Soupa défendait déjà la place des femmes au sein de l'Église ( interview télévisée, archive) », sur ina.fr, (consulté le 30 mai 2020)
  43. Marion COCQUET, « Anne Soupa, candidate à l'archevêché de Lyon : « En tant que femme, je n'ai pas d'autre choix » », sur le point.fr, Le Point, (consulté le 3 juin 2020)
  44. « Anne Soupa « candidate » à l’archevêché de Lyon pour alerter sur l’invisibilité des femmes dans l’Eglise », sur nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, (consulté le 4 mai 2020)
  45. Isabelle Soler, « Anne Soupa, la théologienne qui défie le clergé français », sur information.tv5monde.com, (consulté le 5 juin 2020)
  46. Guillaume Petit, « Anne Soupa candidate au poste d'archevêque de Lyon pour faire de la place aux femmes dans l'Eglise (interview télévisée) », sur fr.euronews.com, (consulté le 30 mai 2020)
  47. « Une femme candidate à l'archevêché de Lyon: interview d’Anne Soupa », sur rts.ch, Radio télévision suisse, (consulté le 30 mai 2020)
  48. Kaja Tyzenhauz, « Anne Soupa kandydatką na biskupę Lyonu. "Dlaczego biskupem może być tylko starszy mężczyzna ubrany na czarno?" », sur wyzokieobcasy.pl, (consulté le 30 mai 2020)
  49. Eva Canton, « ¿Una arzobispa en Lyon? », sur elperiodico.com, El Periodico, (consulté le 30 mai 2020)
  50. Gino Hoel, « Anne Soupa relance le débat sur la place des femmes dans l'Église », sur Slate.fr, Slate, (consulté le 2 juin 2020)
  51. Sabrina Di Matteo et Jocelyn GIrard, « Anne Soupa: oser l'inédit », sur Présence-info.ca (Canada), (consulté le 5 juin 2020)
  52. Quentin Warlop, « La place des femmes dans l'Eglise ? Peut-être une révolution pour les catholiques », sur rtbf.be ( Radio-télévision belge francophone (consulté le 5 juin 2020)
  53. R.P. Danziec, « Bigard et Hanouna présidents de la République, Anne Soupa archevêque : embouteillage sur l’autoroute du loufoque », sur Valeursactuelles.fr, (consulté le 3 juin 2020)
  54. Père Jorge González Guadalix, « La candidate », sur benoît-et-moi.fr, (consulté le 30 mai 2020)
  55. « Anne Soupa évêque laïque ? Une vaste fumisterie ! », sur Boulevard Voltaire, (consulté le 28 mai 2020)
  56. Etienne Defay, « Anne Soupa, primate des Gaules ? », sur Présent.fr, Présent, (consulté le 30 mai 2020)
  57. « Campagne de soutien à la démarche d'Anne Soupa candidate comme archévêque de Lyon », sur pourannesoupa.fr (consulté le 30 mai 2020)
  58. Charles Delhez sj, « Ordination des femmes, une évolution possible », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 1er juin 2020)
  59. Hervé Legrand, entretien avec Claire Bernole, « Archevêché de Lyon: “La candidate? Elle sait qu’elle ne sera pas élue” », sur reforme.net, (consulté le 3 juin 2020)
  60. « Qui est Anne Soupa, candidate à l'archevêché de Lyon ? », sur radionotredame.net, (consulté le 4 juin 2020)
  61. Agnès Chareton et Christophe Chaland, « Une femme peut-elle devenir évêque ? », sur lepélerin.com, Le Pèlerin (consulté le 30 mai 2020)
  62. René Poujol, « Anne Soupa : provocation, appel au débat ou constat de rupture… », sur renépoujol.fr, Cath'lib. Le blog de René Poujol, (consulté le 30 mai 2020)
  63. Méneldil, « La papesse Jeanne », sur meneldil-palantir-talmayar.blogspot.com/, Chroniques ardoriennes, (consulté le 30 mai 2020)
  64. Catherine Jongen, « Une réalité qui ne peut qu'advenir », sur cathobel.be, (consulté le 3 juin 2020)
  65. Guillaume de Stexhe, « Le cas d'Anne Soupa: en quoi la féminité priverait-elle quelqu'un des capacités pastorales ? », sur lalibre.be, La Libre Belgique, (consulté le 4 juin 2020)
  66. Claire Bernole, « La lettre de soutien des féministes protestantes à Anne Soupa », sur reforme.net, (consulté le 3 juin 2020)
  67. « Le Groupe Orsay envoie une lettre de soutien à Anne Soupa », sur legroupeorsay.fr, (consulté le 3 juin 2020)
  68. Luc Chatel, « Des femmes catholiques solidaires du combat d’Anne Soupa », sur Le monde.fr, Le monde, (consulté le 29 mai 2020)
  69. Marie Dis, « Une femme, archevêque à Lyon ? Anne Soupa aspire au poste de Barbarin », sur journaldesfemmes.fe, (consulté le 3 juin 2020)
  70. Arnaud Bdevilacqua, « Qui soutient l'initiative d'Anne Soupa, candidate à l'archevêché de Lyon ? », sur La-croix.com, (consulté le 5 juin 2020)
  71. Céline Peschard, « Une théologienne "candidate" au poste d'archevêque à Lyon », sur Auféminin.com, (consulté le 8 mai 2020)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]