Anne Nègre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anne Nègre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Formation
Activités
Autres informations
Directeur de thèse
Christian Chêne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinction

Anne Nègre, née Anne Bergheim en 1952[1], est une avocate française spécialisée en droit du travail dont le cabinet est à Versailles en France. Militante des droits humains, elle est en particulier connue pour sa défense de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les milieux de pouvoir.

Formation[modifier | modifier le code]

Anne Nègre effectue sa scolarité secondaire au lycée Molière puis au lycée Janson de Sailly à Paris. Elle poursuit ses études à l’Université Paris 2 jusqu’au master en droit civil et droit des affaires en 1974. Elle obtient un master 2 en droit de l’environnement à l’Université Paris 1 en 1980. Elle soutient ultérieurement sa thèse de doctorat[2]. Elle passe le Certificat d’aptitude à la profession d’avocat en 1980 et prête serment en février 1981. En 1993, elle obtient une spécialisation professionnelle en droit du travail, renouvelée régulièrement, puis suit une formation pour devenir médiatrice en 1996.

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle a travaillé dans une Agence de publicité Ecom, filiale d’Eurocom du groupe HAVAS, avant d’être chargée d’études et attachée de direction dans un syndicat professionnel affilié à l’Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie où elle réalisait des études en droit de l’environnement 1975 – 1979 et représentait son syndicat professionnel auprès des pouvoirs publics. Collaboratrice de Maitre François Ryziger, Avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de Cassation pendant ses études et en 1980, elle rejoint le Barreau, elle continuera à être formée pendant son stage d’Avocate dans la SCP Boré, Capron, Georges, Avocats au Conseil d’État et à la Cour de Cassation. Elle rejoindra un important cabinet de droit des affaires, l’association Leva, Espi et Associés à Paris où elle est chargée des dossiers en droit du travail. Associée, elle créera ultérieurement son cabinet spécialisé en droit du travail. Elle se forme aux techniques de médiation et devient médiatrice du Centre Yvelines Médiation dès sa création en 1996. Elle est sélectionnée en 2007 comme médiatrice de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Égalité, HALDE. Elle enseigne également à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où elle forme des étudiants faisant des études de droit international et de droit comparé[3]. Jusqu’en 2012, elle donnait des cours en master sur l’Histoire de droits des femmes à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

Engagement associatif[modifier | modifier le code]

Anne Nègre est impliquée dans la vie associative féministe en France, où elle rejoint l’Association française des femmes diplômées des universités, AFFDU, en 1990, association fondée en 1920. Elle sera administratrice, vice-présidente et présidente et désormais membre à vie du conseil d’administration de l'AFFDU. Elle est aussi fondatrice du concours les Olympes de la Parole désormais présent dans divers pays, France, Espagne, Liban, Canada, et Irlande sous une autre forme. Anne Nègre, mandatée par l’AFFDU, a participé aux actions de lobbying du réseau Demain la Parité[4] et Femmes et Hommes pour la Parité, afin d'obtenir la modification de la Constitution française pour un égal accès des femmes et des hommes aux mandats et fonctions électives. Ultérieurement, elle a été de celles qui ont obtenu la modification de la Constitution européenne en faisant mentionner l’égalité entre les femmes et les hommes comme une valeur fondamentale de l’Union Européenne et pas seulement un objectif à atteindre. Elle a fait partie de la task force de Vivian Reding sur la place des femmes dans les Conseils d’administration des entreprises privées en Europe et au delà. Elle agit continuellement pour cette égalité. Cette association tire sa force du fait qu’elle est la branche française d’une Organisation Internationale Non Gouvernementale , la Fédération Internationale des Femmes diplômées des universités, FIFDU, International Federation of University Women, IFUW. La FIFDU / IFUW est présente dans 120 pays avec des associations et fédérations dans près de 70 pays. Elle est accréditée auprès des Agences de l’ONU. Son regroupement européen, Groupe Européen des Femmes Diplômées des Universités, GEFDU, University Women of Europe UWE, est accrédité particulièrement auprès du Conseil de l'Europe et travaille avec les Institutions Européennes. Anne Nègre a été vice-présidente de la Fédération Internationale des Femmes Diplômées des Universités (8/2010 -8/2013) dont le siège est à Genève, en Suisse[5]. Anne Nègre a représenté cette OING à l’UNESCO. Des femmes d’exception ont été membres de cette OING, Marie Curie, Irène Joliot Curie, Mary Robinson, Barbare McClintock, Wangari Maathai, Barbara Prammer, Micheline Calmy-Rey, Hillary Clinton ou Lina Stern.

Cette OING regroupe des femmes de tous horizons, de tous pays, de toutes disciplines, indépendante de tous partis politiques ou de toutes confessions, avec un niveau de 3 ans de l’enseignement supérieur. Son but est de permettre que les filles et les femmes bénéficient de tous les droits humains, l’éducation étant le moyen d’y parvenir. Anne Nègre est invitée à s’exprimer dans des colloques, des symposiums internationaux, dans des institutions internationales[6],[7]. Elle a été pendant plus de 10 ans chargée de l'égalité dans un parti politique, a été élue territoriale, elle a été tête de liste "Féministes pour une Europe solidaire" pour la région Sud Ouest dans le cadre des élections européennes en 2014[8],[9]. Depuis janvier 2015, elle est élue Experte Egalité entre les Femmes et les Hommes de la Conférence des Organisations Internationales du Conseil de l'Europe, un des quatre piliers du Conseil de l'Europe. Anne Nègre est réélue en janvier 2018 au nouveau poste de vice-présidente chargée de l'égalité. Elle participe aux travaux sur l'égalité au sein de la Conférence des OING mais aussi au sein du Conseil de l'Europe lui même, en participant à des groupes de rédaction sur des recommandations, d'outils de bonnes pratiques, sur la stratégie de l'égalité 2018-2023. Elle a fait voter une Résolution en janvier 2018 pour que l'expression droits humains soit utilisés en français aux lieu et place de droits de l'homme, avoir des rapporteurs à l'égalité dans les groupes de travail, créer une task force sur l'égalité, mettre l'égalité au centre des réflexions et des actions. Elle a organisé des side events avec les présidentes de la commission égalité de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe et d'éminentes personnalités sur des questions de violences faites aux femmes, des mouvements féministes en Europe, sur les droits des femmes dans les religions, sur les droits des LGBTI.

Le 23 juin 2018, Anne Nègre est élue présidente du Groupe Européen des Femmes Diplômées des Universités, GEFDU, University Women of Europe, UWE pour trois ans. En 2015, Anne Nègre a proposé à UWE de lancer des réclamations collectives pour violations de la Charte sociale Européenne contre les 15 pays qui les acceptent. Les deux griefs sont le non respect du salaire égal pour un travail égal entre les femmes et les hommes ainsi que la sous-représentation des femmes dans les entreprises privées. Ces réclamations ont été déclarées recevables le 4 juillet 2017, les décisions finales sont attendues. Elles sont consultables sur le site du Conseil de l'Europe.

European Trade Union, 45 millions de salariés, Niels Muznieck, Commissaire aux droits de l'hommes du Conseil de l'Europe le 22 décembre 2017, le Réseau Equinet des Ombudsmen et des Défenseurs des droits, personnalités indépendantes des Etats et l'Union Européenne par la voix de sa Commission sont venus au soutien des réclamations collectives. C'est la première fois que 15 réclamations sur un même sujet sont déposées, c'est la première fois que de tels griefs sont soulevés, c'est la première fois qu'il y a une forte conjonction de soutiens. Et en plus, Jean-Michel Belorgey et Luis Jimena Quesada, deux anciens présidents du Comité Européen des Droits Sociaux, instance qui examine ces recours, sont eux aussi en faveur de ces réclamations collectives ainsi qu'ils l'expriment sur Youtube.

Ses voyages la conduisent dans divers pays toujours pour informer des travaux du Conseil de l'Europe sur l'égalité, favoriser des politiques d’égalité entre les femmes et les hommes, à la rencontre des femmes et des hommes d’ici et d’ailleurs. Elle a écrit de nombreux articles sur ces thématiques et a participé à des ouvrages collectifs.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Phénomène religieux en Europe, ouvrage collectif, éditions Jacques Flament, 2015.
  • Suffragette, la genèse d'une militante de Emmeline Pankhurs, rédaction de la préface, Éditions Ampelos, 2015.
  • Dictionnaire des mondialisations, ouvrage collectif, Armand Colin, 2006.
  • Dictionnaire critique de la mondialisation, ouvrage collectif, Armand Colin, 2011.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ortiez 2017, p. 1042.
  2. « Anne Nègre - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 31 août 2017)
  3. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Marc-Olivier Lagadic, « Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne: Séminaire "Réussir son entrée dans la vie professionnelle" », sur www.univ-paris1.fr (consulté le 31 août 2017)
  4. « http://placeauxfemmes.midiblogs.com/media/01/00/3316753870.pdf »
  5. « «Donner plus de visibilité aux femmes dans les instances de décision et de gouvernance» », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  6. Sylvie Chaperon et Christine Bard, Dictionnaire des féministes. France - XVIIIe-XXIe siècle, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130787228, lire en ligne)
  7. « Égalité en avoir ou pas ? », AgoraVox,‎ (lire en ligne)
  8. « Des listes féministes aux Européennes », La Parisienne,‎ 2014-05-05cest19:46:55+02:00 (lire en ligne)
  9. « Olympe de Gouges, symbole de la liste des féministes », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne)
  10. Marc Champenois, « Ordre de la Légion d'honneur - Nominations, promotions et élévations du 30-01-2008 », sur www.france-phaleristique.com (consulté le 2 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]