Anne Larue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anne Larue
Anne Larue en 2018.jpg
Anne Larue en 2018 avec sa chienne Maki
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
Nationalité
Activité

Anne Larue, née le 2 septembre 1958, est une universitaire française, professeur de lettres. Elle est également une historienne de l’art française. Elle a aussi publié deux romans de science-fiction, La Vestale du calix et La fille geek.

Un de ces livres-phare, Libère-toi cyborg. Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, aborde la thématique de la cyborg. Reprenant la liste d'auteurs et d’autrices de science-fiction féministe citées à la fin du Manifeste cyborg de Donna Haraway (comme Octavia Butler), Anne Larue redéfinit cette figure fondatrice dans la pensée de la philosophe. « La cyborg est l'hybride suprême, hybride entre une femme réelle et un personnage de roman qui se superpose à elle pour la doter de mille nouvelles possibilités dont celle, fondamentale, de faire éclater capitalisme, famille et patriarcat. »

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Après avoir enseigné à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, elle travaille à l'université Paris 13[1] où elle devient responsable du master 2 pro Métiers du texte et de l'image (Médiation et promotion de la culture)[2].

Par ailleurs, elle a aussi assuré pendant 5 ans la présidence de l'association Modernités médiévales[3].

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen et Emmanuel Macron, elle est co-signataire de la pétition « Nous avons voté Mélenchon au 1er tour, nous voterons Macron contre Le Pen »[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Délire et Tragédie, Éditions interuniversitaires, 1995.
  • Le Dictionnaire des beaux-arts de Delacroix : reconstitution et édition critique, Éditions Hermann, 1996.
  • Romantisme et Mélancolie. Le Journal de Delacroix, Éditions Honoré Champion, 1998.
  • Delacroix maître d’œuvre : anthologie esthétique du Romantisme, Éditions universitaires du Sud, 1999.
  • À la guerre comme au théâtre, Éditions du Temps, 2000.
  • L’Autre Mélancolie : acedia, ou les chambres de l’esprit, Éditions Hermann, 2001.
  • Le Masochisme, ou comment ne pas devenir un suicidé de la société, Éditions Talus d’approche, 2002.
  • Le Surréalisme de Duchamp à Deleuze, Éditions Talus d’approche, 2003.
  • Une vie de Démocrite, Belgique, Éditions Talus d’approche, 2004.
  • Poètes de l’amour, Éditions du Temps, 2004.
  • La femme est-elle soluble dans l’eau de vaisselle ?, Éditions Chiflet and Coe, 2008.
  • Fiction, féminisme et post-modernité : les voies subversives du roman contemporain à grand succès, Éditions Garnier, 2010 (ISBN 978-2-8124-0122-0) (censuré par l'éditeur pour des raisons idéologiques et retiré de la vente le 26 mai 2010, il a été remis en vente en juillet 2010[5]).
  • Dis Papa, c'était quoi le patriarcat ? iXe éds, 2013
  • Histoire de l’Art d’un nouveau genre, avec la participation de Magali Nachtergael, Max Milo Éditions, 2014. (ISBN 978-2315006076)
  • Papillons et Phalènes au début du XXe siècle. Marie-Louise Bouctot-Vagniez et la SFACA, éditions du CAPP, 2017.
  • Libère-toi cyborg. Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, Éditions Cambourakis, collection Sorcières, 2018

Censure[modifier | modifier le code]

Anne Larue a été censurée par son éditeur : le livre Fiction, féminisme et post-modernité : les voies subversives du roman contemporain à grand succès, Éditions Garnier, 2010 (ISBN 978-2-8124-0122-0) a été retiré de la vente le 26 mai 2010. En tant qu'universitaire elle a basé son essai sur l'antichristianisme, sur le féminisme et la défense de mai 1968. Lorsqu'elle entame le chapitre concernant la philosophie de Wicca, elle écrit : « Yes, Wiccanes! »

À la suite du retrait du livre d'Anne Larue par les éditions Garnier, des universitaires ont lancé une pétition visant à relancer la distribution de l'ouvrage[6]. Le livre d'Anne Larue a été remis en vente en juillet 2010[7],[8].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :