Ïan Larue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Anne Larue)
Ïan Larue
Image dans Infobox.
Ïan Larue en 2018 avec sa chienne Maki
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (63 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Œuvres principales
Libère-toi cyborg ! (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ïan Larue, née le , est une essayiste, autrice de SF et peintre. Elle a notamment publié deux romans de science-fiction, La Vestale du calix et La fille geek. Certains de ses ouvrages sont signés Anne Larue.

Un de ses livres-phare, Libère-toi cyborg. Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, aborde la thématique de la cyborg. Reprenant la liste d'auteurs et d’autrices de science-fiction féministe citées à la fin du Manifeste cyborg de Donna Haraway (comme Octavia Butler), Ïan Larue redéfinit cette figure fondatrice dans la pensée de la philosophe. Selon l'auteure, « La cyborg est l'hybride suprême, hybride entre une femme réelle et un personnage de roman qui se superpose à elle pour la doter de mille nouvelles possibilités dont celle, fondamentale, de faire éclater capitalisme, famille et patriarcat. » En 2019 elle est lauréate du Grand prix de l'Imaginaire, catégorie « Essais », pour cet ouvrage.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Après avoir enseigné à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Ïan Larue travaille à l'université Paris 13[1] où elle devient responsable du master 2 pro Métiers du texte et de l'image (Médiation et promotion de la culture).

Par ailleurs, elle a aussi assuré pendant cinq ans la présidence de l'association Modernités médiévales[2].

Libère-toi cyborg[modifier | modifier le code]

Son ouvrage Libère-toi cyborg, le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe publié en 2018 la place dans les personnalités francophones de la science-fiction féministe[3]. Elle y commente abondamment le Manifeste cyborg de Donna Harraway, republiant en annexe la « liste H » de Harraway des ouvrages de romancières de science-fiction à lire absolument selon elle pour construire un monde futur utopique débarrassé de racisme et de sexisme, voire emprunt d'une hybridation entre nature et technologie[4]. Parmi ceux-ci figurent Octavia Butler (Dawn), Joanna Russ (L’autre moitié de l’homme), Monique Wittig (Les Guérillères) et James Tiptree, Jr (Par-delà les murs du monde (en) ). Dans ces mondes, la cyborg transgresse les genres et les normes, tout en intégrant souvent des aspects d'écoféminisme et de figures féministes de la sorcellerie, dessinant une voie d'émancipation et de libération joyeuse[4].

Tableaux
Tableaux

Peinture[modifier | modifier le code]

Ïan Larue est la petite-fille du peintre et décorateur-ensemblier de cinéma Charles Mérangel. Elle peint depuis l'âge de onze ans en autodidacte. Elle a présenté une dizaine d'expositions dans les années 2000[5]. En 2020 elle a participé à l'exposition collective Even the rocks reach out to kiss you, au Centre d'art contemporain Transpalette de Bourges[6] et à l'exposition Rêver l'obscur, à la Galerie d'art brut Christian Berst de Paris[7]. La curatrice des deux expositions est Julie Crenn, curatrice d'exposition, historienne de l'art et spécialiste d'art écoféministe. Son travail est coté sur Art Price.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Larue, Anne (1958-....) — notice d'autorité de la BNF », sur catalogue.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France (consulté le ).
  2. « Modernités médiévales — Réception du Moyen Âge dans la littérature et les arts », sur modmed.hypotheses.org (consulté le ).
  3. « SF : une littérature de genres ? », sur franceculture.fr, France Culture (consulté le ).
  4. a et b Antoine Bal, « La cyborg, héroïne féministe », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  5. Ïan Larue, « ïan Larue. At brut, all flower, abstraction lyrique » Accès libre, (consulté le )
  6. Julie Crenn, « Even the rocks », sur antrepeaux.net, (consulté le )
  7. Julie Crenn, « Rêver l'obscur, commissaire Julie Crenn » [vidéo], sur youtube.com, (consulté le )
  8. Marc Escola, « A. Larue, Une histoire de l'art d'un nouveau genre », sur https://www.fabula.org (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]