Anne Emery-Torracinta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant suisse
Cet article est une ébauche concernant une personnalité suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Anne Emery-Torracinta
Portrait d'Anne Emery-Torracinta
Portrait d'Anne Emery-Torracinta
Fonctions
Conseillère d'État du canton de Genève
En fonction depuis le
Élection
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Genève
Parti politique Parti socialiste suisse
Profession Enseignante

Anne Emery-Torracinta, né le 17 octobre 1958 à Genève, est une enseignante d’histoire et une personnalité politique suisse membre du Parti socialiste suisse conseillère d’État chargée du département de l'instruction publique, de la culture et du sport.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne Emery-Torracinta est la fille ainée de Claude Torracinta, journaliste suisse (notamment créateur de l’émission Temps Présent), et de Claire Torracinta-Pache, ancienne députée au parlement genevois et auteure d’un essai sur les femmes en politiques[1].

Elle fait la majorité de sa scolarité à Genève, sauf entre 1966 et 1969 lorsque son père est correspondant pour la Tribune de Genève à Paris[2],[3]. Elle se trouve donc à Paris en mai 68[4],[5].

Elle étudie l’histoire économique et sociale à l’Université de Genève puis devient, en 1978, enseignante d’histoire dans un collège et une école de commerce[2],[4],[6]. En parallèle, elle obtient en 2005 un certificat universitaire en management des institutions sociales[4].

Mariée depuis 1981, elle est mère de trois enfants[4]. Sa fille ainée, autiste, va pousser Anne Emery-Torracinta à s’engager dans la défense des personnes mentalement handicapées[2],[4],[7]. Ainsi, elle est depuis 2002 présidente d’Insieme-Genève, l’Association genevoise de parents et amis de personnes mentalement handicapées[4].

Membre du Parti Socialiste genevois depuis 1984[4], elle en est la vice-présidente entre 2010 et 2012. Elle siège depuis 2005 comme députée au Grand Conseil du canton de Genève, occupe le poste de chef de groupe entre 2008 et 2010 et préside en 2013 la Commission des finances[4]. Par ailleurs, elle siège à la commission des affaires sociales, dont elle est la vice-présidente.

En 2009, elle se porte candidate à la candidature du Parti Socialiste genevois pour le Conseil d'État du canton de Genève, mais les membres du parti désignent Véronique Pürro, qui échoue lors de l’élection[8],[7],[4],[6].

En 2009, Anne Emery-Torracinta est l’instigatrice de l’initiative populaire « Pour des allocations familiales dignes de ce nom ! » qui, après avoir récolté le nombre de signatures nécessaires, est adoptée par le parlement en juin 2011[4],[2],[3],[5],[6]. C’est d’ailleurs la première fois depuis 17 ans qu’une initiative populaire législative est acceptée par le Grand Conseil du canton de Genève[9].

En 2012, à la suite de la démission de Mark Muller du Conseil d'État, l’assemblée du Parti socialiste décide de la présenter à l’élection partielle. Malgré un soutien de toute la gauche genevoise, elle échoue avec 28 % des voix face à Pierre Maudet, alors maire de la ville de Genève qui obtient 39.4%[10].

Son parti la désigne à nouveau en 2013 pour l’élection au Conseil d'État[11]. Obtenant le meilleur score socialiste au premier tour, elle est confirmée pour le second et élue conseillère d'État le 10 novembre 2013.

Le 27 novembre 2013 , elle est nommée Conseillère d’État chargée du département de l'instruction publique, de la culture et du sport [12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le pouvoir est pour demain: les femmes dans la politique suisse Le Pouvoir est pour demain: les femmes dans la politique suisse, Claire Torracinta-Pache, Éditions de l'Aire, 1984.
  2. a, b, c et d « L’anti-Stauffer » est aussi sûre d’elle que de lui, par Stéphanie Germanier, Le Matin Dimanche, 1er avril 2012.
  3. a et b Anne Emery-Torracinta: "Une femme gagne parce qu'elle est compétente!", par Chantal Savioz, Les Quotidiennes, 10 avril 2012
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Anne Emery-Torracinta, l'obsession du social, par Sophie Roselli, La Tribune de Genève, 22 mai 2012.
  5. a et b Une exécutive woman au cœur rose, par Clément Bürge, l'Hebdo, 30 mai 2012
  6. a, b et c Élection complémentaire au Conseil d'État genevois: portrait d'Anne Emery-Torracinta, par Jennifer Covo, Télévision Suisse Romande, 30 mai 2012.
  7. a et b La carte maîtresse de la gauche genevoise, par Yelmarc Roulet, Le Temps, 2 juin 2012.
  8. "La population attend des réponses": Anne Emery-Torracinta, PS, par Philippe Bach, Le Courrier, 1er juin 2012.
  9. Allocations familiales plus généreuses, 20 minutes, 24 juin 2011.
  10. Résultats définitifs de l'élection au Conseil d'État du 17 juin 2012
  11. Le PS genevois lance quatre candidats dans la course au Conseil d'État, RTS Info, 9 mars 2013.
  12. Communiqué de presse du Conseil d'État élu, 27 novembre 2013, ge.ch

Liens externes[modifier | modifier le code]