Anne Dejean-Assémat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Anne Dejean-Assémat (née le ) est une biologiste moléculaire française membre de l'Académie des Sciences.

Ses recherches portent sur l'étude des mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans le développement des cancers humains. Directrice de recherche à l'Inserm et professeur à l'Institut Pasteur, elle dirige l'Unité "Organisation Nucléaire et Oncogenèse" [1] à l’Institut Pasteur [2] et l'Unité INSERM U993 "Biologie Moléculaire et Cellulaire des Tumeurs".

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne Dejean-Assémat, née à Cholet, obtient une maîtrise es Sciences à l' Université Pierre et Marie Curie en 1980, elle rejoint alors le laboratoire du Professeur Pierre Tiollais à l'Institut Pasteur, pour y préparer une thèse de 3e cycle qu'elle soutient en 1983 puis une thèse d'État sur le rôle des séquences intégrées du virus de l'hépatite B dans le carcinome hépatocellulaire, soutenue en 1988 [3]. Elle est directrice de recherche de classe exceptionnelle à l' Institut national de la santé et de la recherche médicale depuis 2009 et professeure à l' Institut Pasteur depuis 2010. Depuis 2003, elle y dirige l'Unité Organisation Nucléaire et Oncogénèse. Anne Dejean-Assémat a exercé de nombreuses fonctions au sein du Conseil Scientifique et comme présidente de la section Génétique, Développement et Cancer au sein de l'INSERM (2008-2012) ainsi qu'en tant que membre d'un comité de travail au sein du Ministère de la Recherche et de la Technologie. Membre de l'Académie des Sciences dans la section biologie humaine et science médicale depuis 2004 [4], elle est également lauréate du Prix L'Oréal-Unesco pour les femmes et la science en 2010, du Grand Prix Inserm en 2014 et du Prix Sjöberg en 2018.

Contributions scientifiques[modifier | modifier le code]

Les principaux travaux de Anne Dejean-Assémat et son équipe porte sur l'étude des mécanismes génétiques, épigénétiques et cellulaires responsables du développement des tumeurs malignes chez l'homme. Ses travaux ont, par ailleurs, permis d'ouvrir de nouvelles voies à des approches thérapeutiques ciblées dans le traitement du cancer. Parmi ses principales contributions, on peut citer la découverte de mutations dans les gènes codant les récepteurs de l'acide rétinoïque, la forme active de la vitamine A, dans le cancer du foie et certaines formes de leucémies ainsi que la compréhension des mécanisme responsables de leur rôle oncogénique et leur sensibilité aux traitements. Elle a ainsi découvert que le virus de l'hépatite B peut jouer un rôle direct dans le développement du cancer du foie par mutagénèse insertionnelle[5], identifié un gène codant un récepteur de l'acide rétinoïque au site d'intégration du virus de l'hépatite B[6], puis découvert l'oncoprotéine PML-RAR responsable de la leucémie aigüe promyélocytaire[7]. S'attachant alors aux défauts cellulaires, son équipe a découvert le rôle d'organites nucléaires, les Corps Nucléaires PML, dans ces formes particulières de leucémies[8] et a pu clarifier les mécanismes impliqués dans le traitement remarquablement efficace de celles-ci par l'acide rétinoïque et l'arsenic[7],[8],[9], lequel conduit à la guérison chez plus de 95 % des patients. Ses travaux ont ainsi permis de comprendre les bases moléculaires et cellulaires de ce type de leucémies[réf. nécessaire] ainsi que le mécanisme d'action de cette thérapie anti-tumorale ciblée sur le défaut génétique[réf. nécessaire]. Ses travaux les plus récents portent sur le rôle de la modification post-traductionnelle par la protéine SUMO dans la régulation épigénétique de l'expression des gènes[10].

Plusieurs cas de manipulations de données expérimentales ont été mis en évidence dans des articles de recherche publiés par l'équipe d'Anne Dejean-Assémat à l'Institut Pasteur[11],[12],[13].

Article rétracté. Le 26 octobre 2020, le papier 2005 Mol Cell Biol. 2005 Feb; 25(3): 1013–1024 doi: 10.1128/MCB.25.3.1013-1024.2005, dont Anne Dejean était l'auteur correspondant a été rétracté. 2020 retraction notice. https://mcb.asm.org/content/40/22/e00482-20 "We hereby retract this article. We were recently made aware of the presence of irregularities associated with the Western blots shown in several figures. We have further investigated the matter and found that Fig. 2B, 2C, and 3C had been inappropriately assembled. We sincerely apologize to the scientific community for any inconvenience resulting from the publication and subsequent retraction of this article."

Sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. research pasteur fr-Institut Pasteur, « Organisation nucléaire et oncogénèse • Recherche », sur Recherche (consulté le 11 octobre 2019)
  2. research pasteur fr-Institut Pasteur, « Anne Dejean • Recherche », sur Recherche (consulté le 11 octobre 2019)
  3. « Thèse Anne Dejean » (consulté le 8 octobre 2018)
  4. « Académie des sciences »
  5. Dejean A., et al., « Hepatitis B virus DNA integration in a sequence homologous to v-erbA and steroid receptor genes in a hepatocellular carcinoma », Nature,‎ 1986, 322, p. 70-72
  6. Brand N, et al., « Identification of a second human retinoic acid receptor », Nature,‎ 1988 apr 28;332(6167), p. 850-3
  7. a et b de Thé H, et al., « The PML-RAR alpha fusion mRNA generated by the t(15;17) translocation in acute promyelocytic leukemia encodes a functionally altered RAR », Cell,‎ 1991 aug 23;66(4), p. 675-84
  8. a et b Weis, K., et al., « Retinoic acid regulates aberrant nuclear localization of PML-RARα in acute promyelocytic leukaemia cells », Cell,‎ 1994, 76, p. 345-356
  9. Müller S1, et al., « Conjugation with the ubiquitin-related modifier SUMO-1 regulates the partitioning of PML within the nucleus », EMBO J.,‎ 1998 jan 2;17(1), p. 61-70
  10. Decque A, et al., « Sumoylation coordinates the repression of inflammatory and anti-viral gene programs during innate sensing », Nat Immunol,‎ 2016, 17, p. 140-149
  11. (en) Amphidoma Languida, « Comments on "Spatial interplay between PIASy and FIP200 in the regulation of signal transduction and transcriptional activity" », sur pubpeer.com, (consulté le 21 novembre 2019)
  12. (en) Lymanopoda Caudalis et al., « Comments on "The E3 SUMO ligase PIASy is a regulator of cellular senescence and apoptosis" », sur pubpeer.com, (consulté le 21 novembre 2019)
  13. (en) Lymanopoda Caudalis et al., « Comments on "Human papillomavirus oncoprotein E7 targets the promyelocytic leukemia protein and circumvents cellular senescence via the Rb and p53 tumor suppressor pathways" », sur pubpeer.com, (consulté le 21 novembre 2019)
  14. « Anne Dejean-Assémat | Liste des membres de l'Académie des sciences / D | Listes par ordre alphabétique | Listes des membres | Membres | Nous connaître », sur www.academie-sciences.fr (consulté le 11 octobre 2019)
  15. « List all members by Section »
  16. « The European Academy of Cancer Sciences | European Academy of Cancer Sciences », sur www.europeancanceracademy.eu (consulté le 11 octobre 2019)
  17. « French foundation for cancer research - Donate Cancer research, cancer charity in france | Institut Curie Paris », sur institut-curie.org (consulté le 11 octobre 2019)
  18. « Term 1999-2000 award winners - Sheikh Hamdan Bin Rashid Al Maktoum Award for Medical Sciences - HMA », sur hmaward.org.ae (consulté le 11 octobre 2019)
  19. « Fondation ARC pour la recherche sur le cancer | Fondation ARC », sur www.fondation-arc.org (consulté le 11 octobre 2019)
  20. « Ligue contre le cancer | Association de lutte contre le Cancer », sur www.ligue-cancer.net (consulté le 11 octobre 2019)
  21. « Anne Dejean, Lauréate du Grand Prix INSERM 2014 », sur Inserm.fr (consulté le 11 octobre 2019)
  22. Décret du 13 juillet 2016 portant promotion et nomination
  23. « News Press - Prix Sjöberg 2018 : deux chercheurs français récompensés - Frédérique Vidal - Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation », sur www.newspress.fr,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]