Anne Claude Louise d'Arpajon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noailles et Arpajon (homonymie).
Comtesse de Noailles
Description de cette image, également commentée ci-après
La comtesse de Noailles (1746),
estampe de Pierre Louis de Surugue
d’après Charles Antoine Coypel
Nom de naissance Anne Claude Louise d'Arpajon
Alias
Madame l'Étiquette
Naissance
Arpajon
Décès (65 ans)
Paris
Nationalité Française
Pays de résidence Royaume de France
Activité principale
Ascendants
Louis de Sévérac (père)
Anne Charlotte Bas de Montargis (mère)
Conjoint
Descendants
Louise Henriette Charlotte Philippine de Noailles
Charles Adrien de Noailles
Louis Philippe de Noailles
Daniel François Marie de Noailles
Philippe Louis Marc Antoine de Noailles
Louis Marc Antoine de Noailles
Famille

Anne Claude Louise d'Arpajon, par mariage comtesse de Noailles (1741) princesse de Poix (1729), duchesse de Mouchy (1747), dite aussi maréchale de Poix ou maréchale de Mouchy (1775)[1], née le à Arpajon[2] et guillotinée le à Paris, à la barrière du Trône[3], est une aristocrate française.

Elle est première dame d'honneur de la reine de France Marie Leszczynska et de Marie-Antoinette d’Autriche, dauphine du royaume de France, à son arrivée dans le pays.

Famille[modifier | modifier le code]

Issue d'une des plus illustres familles rouergates, les Arpajon, Anne-Claude-Louise en est la dernière représentante. Son père, Louis de Sévérac, marquis d'Arpajon (1667-1736), achète en 1720 le marquisat de Saint-Germain-lès-Châtres. Il obtient du régent Philippe d'Orléans le privilège de donner son nom à la ville principale, qui devient Arpajon[4]. Sa mère, Anne-Charlotte Le Bas de Montargis (1697-1767), est dame de compagnie de la duchesse de Berry, la fille du régent.

Anne-Claude-Louise d'Arpajon est la descendante en ligne directe de l'architecte Jules Hardouin-Mansart par sa fille Catherine (1673-1748), épouse de Claude Lebas de Montargis, et la petite-cousine germaine de Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne, petit-fils d'Hardouin-Mansart.

Le 27 novembre 1741 eut lieu à Versailles le mariage d'Anne-Claude-Louise d'Arpajon avec Philippe de Noailles (1715-1794), comte de Noailles[1],[2], prince de Poix et futur duc de Mouchy, gouverneur de la ville de Versailles et des châteaux de Versailles et de Marly, et capitaine des chasses des parcs dépendants de ces lieux[5],[6].

Première dame d'honneur[modifier | modifier le code]

En 1770, elle est nommée dame de compagnie de Marie-Antoinette et part à sa rencontre à la frontière avec l'ensemble de l'entourage français à l'arrivée de la dauphine en France le 7 mai[7]. Elle a la responsabilité de veiller à ce que la dauphine à Versailles respecte bien les us et coutumes de la cour de Versailles. Marie-Antoinette ne lui accorde pas sa faveur[8], ayant le sentiment de ne pouvoir faire tout ce qu'elle aurait aimé, et lui donne le surnom de « Madame l'Étiquette »[réf. nécessaire]. Quand, en 1774, Marie Antoinette devient reine de France, elle renvoie la comtesse de Noailles, qui finit par rejoindre le parti d'opposition noble à la reine, avec Mesdames, les filles de Louis XV[8].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Son plus jeune fils embrasse les idées généreuses du début de la révolution mais doit émigrer. La comtesse de Noailles et son mari sont guillotinés le 27 juin 1794, comme nombre de leurs parents. Ils sont enterrés au cimetière Picpus, qui est également la dernière demeure du marquis de Lafayette et de son épouse, née Marie Adrienne Françoise de Noailles[9].

Descendance[modifier | modifier le code]

De l'union d'Anne-Claude-Louise et de Philippe de Noailles (1715 † 1794), duc de Mouchy, naissent six enfants, dont trois meurent en bas âge :

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le rôle de la comtesse de Noailles est interprété par :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice relative à Anne-Claude-Louise d’Aprajon, comtesse de Noailles dans la base biographique du Centre de Recherche du château de Versailles. Lire en ligne.
  2. a et b Jean-Charles Poncelin de La Roche-Tilhac: État des cours de l'Europe et des provinces de France pour l'année 1785, Paris, 1785, p. 27. Lire en ligne.
  3. Généalogie de Carné
  4. Arpajon Site Officiel
  5. Vincent Maroteaux : Une curiosité institutionnelle : l’administration du domaine de Versailles sous l’Ancien Régime, Bibliothèque de l’école des Chartes, année 1985, volume 143, numéro 2, p. 282 Lire en ligne.
  6. Versailles : Histoire, Dictionnaire et Anthologie, publié sous la direction de Mahieu Da Vinha et de Raphaël Masson, collection Bouquins, Robert Laffont, Paris, 2015. Lire en ligne.
  7. Michel de Decker, Marie-Antoinette, les dangereuses liaisons de la reine, France Loisirs, 2005
  8. a et b Stefan Zweig : Marie Antoinette, Förlag Forum, Juva, Finlande 1992, Erland Rådberg. (ISBN 91-37-10298-2).
  9. Ryan's Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]