Anne-Charles Lebrun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Anne Charles Lebrun)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lebrun.
Anne Charles Lebrun
Charles François Paul Le Brun de Plaisance
Portrait de Charles Lebrun
Portrait de Charles Lebrun

Naissance
Paris
Décès (à 83 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1798-1848
Commandement 3e hussards
1re et 3e divisions de réserve à la Grande-armée
Conflits Guerres napoléoniennes
Distinctions Comte de l'Empire
Grand-croix de la Légion d'honneur)
Médaille militaire
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 31e colonne.
Famille Lebrun de Plaisance
Fils aîné de Charles-François Lebrun

Anne Charles Lebrun, duc de Plaisance, né à Paris le et mort le , est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Fils du troisième consul Charles-François Lebrun, il a 25 ans quand il entre dans la carrière des armes, après le 18 brumaire. Sous-lieutenant au 5e dragons en 1798, il fait partie, en 1799 et 1800, de l'armée de réserve, il est attaché au général Desaix en qualité d'aide de camp ; il le reçoit dans ses bras lorsqu'il est frappé à mort dans les champs de Marengo. Capitaine le , chef d'escadron le 31 octobre suivant, il est envoyé en 1802, dans le département de la Gironde, et en 1803, au camp de Montreuil, où il reste jusqu'au départ de la Grande Armée. Promu colonel du 3e hussards le et fait à la tête de ce régiment la campagne d'Autriche en 1805, pendant laquelle il est chargé par l'Empereur d'apporter à Paris la nouvelle de la victoire d'Austerlitz.

« Mort du général Desaix dans les bras du fils du consul Lebrun à la bataille de Marengo, 14 juin 1800 » par Jean-Baptiste Regnault

Revenu à l'armée pour la campagne de Prusse en 1806, il assiste à Iéna, où il sabre, à la tête de ses hussards, plusieurs bataillons d'infanterie saxonne et s'empare de ses drapeaux. Général de brigade le , inspecteur général de cavalerie le 6 octobre suivant, aide de camp de l'Empereur, il prend encore part aux campagnes de Pologne en 1807 et d'Allemagne en 1809, et charge l'infanterie russe à Eylau, et l'artillerie autrichienne à Wagram.

À la fin de 1809, il doit pourvoir à la défense d'Anvers et à l'approvisionnement de Bréda, Berg-op-Zoom, et autres places.

Il obtient le grade de général de division le , avant le départ pour la campagne de Russie ; il est créé en outre comte de l'Empire, grand-croix de l'ordre de la Réunion le ) et grand officier de la Légion d'honneur le 3 novembre suivant, il est appelé au commandement des 1re et 3e divisions de réserve à la Grande Armée, puis devient gouverneur d'Anvers le , qu'il a à préserver de l'invasion de l'ennemi ; mais dans les premiers mois de 1814, Napoléon Ier confie ce commandement à Carnot), et, lors de la campagne de France en 1814, reprend auprès de Napoléon Ier ses fonctions d'aide de camp le 25 janvier.

Lebrun adhère au rétablissement des Bourbons, est fait chevalier de Saint-Louis et envoyé dans la 14e division militaire en qualité de commissaire du roi, et le 14 juillet suivant, inspecteur général des hussards.

Au retour de Napoléon, le duc de Plaisance, père du général, ayant repris sa position d'architrésorier, et ayant de plus été appelé au ministère de l'instruction publique, le général Lebrun est dès le 27 mars, chargé par Napoléon d'aller prendre en Champagne le commandement provisoire du 3e corps à l'armée d'observation que vient de quitter le maréchal duc de Bellune. Il redevient aide de camp de l'empereur, et est élu[1] le , représentant à la Chambre des Cent-Jours, par le collège de département de Seine-et-Marne la veille 9 mai, il a échoué[2] dans l'arrondissement de Melun contre M. Guyardin.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Anne Charles Lebrun
Anne-Charles Lebrun (1755-1859), duc de Plaisance, grand chancelier de l'ordre impérial de la Légion d'Honneur, Marie Clotilde Palluy, vers 1860, Musée de Normandie (Caen)
Anne-Charles Lebrun (1755-1859), duc de Plaisance, grand chancelier de l'ordre impérial de la Légion d'Honneur, Marie Clotilde Palluy, vers 1860, Musée de Normandie (Caen)
Fonctions
Représentant de la Seine-et-Marne
(Cent-Jours)
Membre de la Chambre des pairs à titre héréditaire
()
Sénateur du Second Empire
( - )
Gouvernement Drapeau de l'Empire français pendant les Cent-Jours Empire français (Cent-Jours)
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de l'Empire français Empire français
Biographie

À la seconde Restauration, le général Lebrun est mis en disponibilité, puis replacé dans le cadre de la disponibilité le .

À la mort de son père en 1824, il lui succède dans son titre de duc de Plaisance, et est admis à siéger à la Chambre des pairs le , par droit héréditaire.

Le gouvernement de Louis-Philippe Ier le maintient en disponibilité, lui confére la grand-croix de la Légion d'honneur le ), et le place dans la réserve le .

Admis d'office à la retraite, comme général de division le , par le gouvernement provisoire, il est appelé au Sénat du Second Empire le , et à la dignité de grand chancelier de la Légion d'honneur le , fonction qu'il occupe au palais de Salm à Paris, jusqu'à sa mort en 1859. C'est lui qui crée la médaille de Sainte-Hélène en 1857, qui récompense tous les anciens soldats du Premier Empire encore vivants à cette date.

Le duc de Plaisance a épousé le 29 novembre 1802, à Paris (Seine), Sophie de Marbois ( - Philadelphie (USA) † - Athènes (Grèce)), fille de François Barbé-Marbois, qui est dame du palais de l'impératrice Marie-Louise (1810-1814). Ils ont une fille (Eliza : 1804-1837). Le titre de duc de Plaisance passe alors à son neveu.

Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Ouest, 31e et 32e colonnes.

Il figure sous le nom de Lebrun sur l'arc de triomphe de l'Étoile, côté Ouest.

Titres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. >Avec 42 voix (79 votants).
  2. Avec 16 voix contre 42 à l'élu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]