Anne Caprile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne Caprile
Image dans Infobox.
Fonction
Directrice
Théâtre du Vieux-Colombier
-
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Anna Pauline CaprileVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Anne Caprile, de son vrai nom Anna Pauline Caprile[1] (née le à Nice et morte le à Saint-Cloud[2]) est une actrice, dramaturge, réalisatrice et metteuse en scène française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Nice de parents italiens (Pierre Bonifasse Caprile, né à Dolcedo, et Elvire Potenti, née à Sanremo) ayant fui l'Italie de Mussolini, c'est sous le pseudonyme de Anna Paglieri[3] qu'elle commença sa carrière au cinéma en 1946 ; puis, au théâtre, lors du premier Festival d'Avignon en 1947 en faisant partie de la première troupe de Jean Vilar[4],[5] alors composée, entre autres, par Jeanne Moreau, Silvia Monfort, Laurence Badie, Philippe Noiret et Jean Négroni[6].

Parallèlement à sa carrière théâtrale elle se fait connaitre à la radio en 1947 pour son rôle de La Esmeralda donnant la réplique à Michel Bouquet (jouant le rôle de Claude Frollo) dans les 64 épisodes de Notre-Dame de Paris ; lors de nombreuses pièces radiophoniques de la série Les Maîtres du mystère diffusée sur France Inter de 1952 à 1974 ; et, de 1966 à 1974, en étant la comparse de Pierre Dac, Paul Préboist, Roger Carel, Jean Piat, Maurice Biraud et Héléna Bossis lors des 740 épisodes du feuilleton radiophonique Bons baisers de partout de Pierre Dac et Louis Rognoni.

Au cinéma elle interpréta la fille de Louis de Funès en 1954 dans Escalier de service de Carlo Rim ; joua en 1960 avec Annie Girardot, Daniel Gélin et Christian Marquand dans La proie pour l'ombre d'Alexandre Astruc ; et, en 1964, partagera l'affiche des deux volets du diptyque La Vie conjugale d'André Cayatte (Jean-Marc ou la Vie conjugale et Françoise ou la Vie conjugale) avec Jacques Charrier, Marie-José Nat, Macha Méril et Giani Esposito.

De par ses origines, et sa facilité à prendre l’accent italien, elle fut pour certains films la doublure voix française d'Elsa Martinelli, de Monica Vitti, d'Anna Magnani, de Pier Angeli et de Sophia Loren.

Elle dirigea le Théâtre du Vieux-Colombier de 1971 à 1972, et fut également l'assistante et l'interprète du cinéaste Roberto Rossellini[7].

Vie privée et famille[modifier | modifier le code]

Anne Caprile était l'épouse de Claude Baks[8], décédé en 1986, résistant pendant l'Occupation[9], ami et bras droit de Jean Riboud[10],[11], intime de Jean-Pierre Rassam[12], producteur[13], associé d'Henri Langlois[14] et de Roberto Rossellini[15], et administrateur de Gaumont[16]. Elle avait une fille, Joan Paglieri, décédée en 1995[17], et pour petit-fils le photographe Benoît Eon[18],[19].

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Anne Caprile au conservatoire du Vieux-Colombier en 1946.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Post-synchronisation (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Télévision (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Radio (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Adaptation radiophonique en 58 épisodes "Les Mystères de Paris" diffusé sur la Radiodiffusion française :

Feuilleton radiophonique en 64 épisodes "Notre-Dame de Paris" diffusé sur France Inter :

Série de pièces radiophoniques "Les Maîtres du mystère" diffusée sur France Inter :


La Semaine Radiophonique - 22/05/1955.

Feuilleton radiophonique en 5 épisodes "Gil Blas de Santillane" diffusé sur France II-Régional :

Feuilleton radiophonique en 54 épisodes "Les Exploits de Nick Carter" diffusé sur France Inter :

Série de pièces radiophoniques "Hitchcock sélection" diffusée sur France Inter :

  • 1963 : De quoi mourir de rire, de Robert Arthur ; avec notamment Antoine Marin ; adapté par Philippe Hébert.

Série de pièces radiophoniques "Théâtre de l'étrange" diffusée sur France Inter :

Série radiophonique de 131 épisodes "Les Mystères de Londres" de Paul Féval diffusée sur France Inter :

Feuilleton radiophonique de 740 épisodes "Bons baisers de partout" de Pierre Dac et Louis Rognoni diffusé sur France Inter :

Autres :

Réalisation[modifier | modifier le code]

Anne Caprile à la caméra, en 1990, lors du tournage du documentaire "Bronislaw".
  • 1976 : Les contes de la petite vache ; court métrage d'animation.
  • 1986 : Abel ; moyen métrage documentaire.
  • 1989 : Mendigots Blues ; court métrage.
  • 1990 : Bronislaw ; moyen métrage documentaire.
  • 1990 : Le jeu du renard  ; long métrage.
  • 1993 : L'Opéra ; court métrage.
  • 1995 : Le mystère de la création ; moyen métrage documentaire.
  • 1998 : Le voyage de la souris ; court métrage d'animation.

Disques (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Poèmes retrouvés, Éditions Caractères, Anne Caprile, 1971 (OCLC 77224510).
  • Le Son franchit l'espace et le compose, Éditions Caractères, Anne Caprile, 1976 (OCLC 3071251).
  • Les Guss : comédie dramatique à deux personnages en trois actes et quatre tableaux, Éditions Galilée, Anne Caprile, 1982 (OCLC 11411858).
  • Le jugement : comédie dramatique en quatre actes, Éditions Galilée, Anne Caprile, 1986 (OCLC 490928146).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Vilar à Rossellini : l'album d'Anne Caprile, 2009, Éditions Plumes-cerfs-volants, Aldric-Gury (ISBN 978-2952223171).
  • Armand Robin et Anne Caprile : une amitié d'artistes ; suivi de vingt-deux lettres inédites d'Armand Robin à Anne Caprile, 2016, Éditions Non-lieu, Christian Gury (ISBN 978-2352702252).

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Anne Caprile, le parcours d’une disciple d’Henri Langlois ; Fondation Jean-François & Marie-Laure de Clermont-Tonnerre ; 2014[24].
  • Ma vie est un rêve ; documentaire de Marie Cipriani et José Albertini sur la vie d'Anne Caprile ; 2014.

À son sujet[modifier | modifier le code]

  • Recueil sur divers marionnettistes, 1968-1976. (OCLC 762791485).
  • French Twentieth Bibliography : Critical and Bibliographical references for the study of French literature since 1885, de Peter C. Hoy, 1992.
  • Recueil. Théâtre du Vieux-Colombier, Paris. 1952-1993 (OCLC 866830333).

[25] Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André SISCOT, « LES GENS DU CINEMA © », sur www.lesgensducinema.com (consulté le 20 mai 2017)
  2. notice BnF no FRBNF12594818
  3. « Les Archives du Spectacle - Anne Caprile », (consulté le 25 avril 2021)
  4. « Archives du Spectacle », (consulté le 25 avril 2021)
  5. « Sudoc - De Vilar à Rossellini », (consulté le 25 avril 2021)
  6. « Les Archives du Spectacle », (consulté le 25 avril 2021)
  7. « Bibliothèque Nationale de France », (consulté le 25 avril 2021)
  8. « Histoire secrète du cinéma français », (consulté le 26 avril 2021)
  9. « Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943 », (consulté le 26 avril 2021)
  10. « Claude Baks fut chez Schlumberger " l'oreille " de Jean Riboud », (consulté le 26 avril 2021)
  11. « Claude Baks est devenu l'ami intime de Jean Riboud », (consulté le 26 avril 2021)
  12. « Rassam le magnifique », (consulté le 26 avril 2021)
  13. « Claude Baks sur Unifrance », (consulté le 26 avril 2021)
  14. « Prix Henri Langlois - Hommage à Anne Caprile », (consulté le 26 avril 2021)
  15. « Claude Baks sur IMDb », (consulté le 26 avril 2021)
  16. « Rassam le Magnifique - Claude Baks / Gaumont », (consulté le 26 avril 2021)
  17. « Entretien avec Anne Caprile », (consulté le 26 avril 2021)
  18. « Benoit Eon sur IMDb », (consulté le 26 avril 2021)
  19. « Benoit Eon sur TMDb », (consulté le 26 avril 2021)
  20. « Bibliothèque Nationale de France », (consulté le 21 avril 2021)
  21. « Association de la Régie Théâtrale », (consulté le 28 avril 2021)
  22. « BnF Gallica - Lourdes 1858-1958 », (consulté le 26 avril 2021)
  23. « BnF Gallica - Cris dans la nuit », (consulté le 26 avril 2021)
  24. « Prix Henri Langlois », (consulté le 26 avril 2021)
  25. « Anne Caprile », sur The Movie Database (consulté le 2 mars 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]