Anne Berman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne Berman
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Pays de nationalité FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Profession Psychanalyste, pharmacien et traducteur (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions Prix Maurice Bouvet (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Anne Berman, née le , morte le , est pharmacienne et psychanalyste. Proche de Marie Bonaparte, elle traduit des ouvrages de Freud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle soutient en 1926 une thèse de pharmacie intitulée Recherches sur la structure anatomique du fruit des borraginacées[1] à l'université de Paris, puis travaille à l'hôpital Sainte-Anne dans le service d'Édouard Toulouse jusqu'en 1924, avant de s'installer pour plusieurs années comme pharmacienne 54 rue de Miromesnil à Paris. Elle devient notamment déléguée pharmacien à la chambre syndicale et membre du club féministe Soroptimist le .

Elle réalise une analyse avec Marie Bonaparte dont elle devient la secrétaire. Elle devient psychanalyste à temps plein, est cooptée comme première membre adhérente de la toute jeune Société psychanalytique de Paris le [2] et s'occupe du secrétariat de l'Institut de psychanalyse à sa création en 1934. Sa correspondance avec Marie Bonaparte apporte des informations sur la vie de la Société de psychanalyse, notamment elle prend parti dans le procès visant René Laforgue, dans l'immédiat après-guerre, alors que celui-ci est mis en cause pour ses relations avec les autorités nazies, accusations dont il est finalement relaxé[3] et Serge Lebovici souligne au moment de sa mort que ses traductions ont assuré une large diffusion de l’œuvre de Freud en France, notamment par la biographie d'Ernest Jones qu'elle a traduite, mais aussi d'Anna Freud[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thèse doctorale en pharmacie, notice Sudoc, consultée en ligne le 29.10.15.
  2. Jean-Pierre Bourgeron, « Berman, Anne », p. 195.
  3. Alain de Mijolla, La France et Freud, t.1 1946-1953, p. 10-11, Paris, PUF, 2012.
  4. Serge Lebovici, « Anne Berman », cf. bibliographie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Bourgeron
    • Document utilisé pour la rédaction de l’article « Berman, Anne », p. 195-196, in Alain de Mijolla (dir.), Dictionnaire international de la psychanalyse 1. A/L. Calmann-Lévy, 2002, (ISBN 2-7021-2530-1).
    • Marie Bonaparte et la psychanalyse à travers ses lettres à René Laforgue et les images de son temps, Éd.: Slatkine, 1993, (ISBN 2852037084)
  • Serge Lebovici, « Anne Berman », Revue française de psychanalyse, t. 53, 3, p. 476 1979.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Sigmund Freud
    • Anna O : études sur l'hystérie, avec Breuer, Paris : Hatier, 2003 (ISBN 9782218742262).
    • La technique psychanalytique, Paris, Puf, 2002 (ISBN 9782130444664).
    • La naissance de la psychanalyse : lettres à Wilhelm Fliess, notes et plans (1887-1902), Paris, Puf, 2009 (ISBN 9782130578123) (traduction partielle).
  • Anna Freud
    • Le moi et les mécanismes de défense, Paris, Presses universitaires de France, (ISBN 2-130-51834-6) (3e partie).
  • Ernest Jones: La vie et l'œuvre de Sigmund Freud (deux premiers tomes) PUF-Quadridge rééd. 2006 (T 1 : (ISBN 2130556922); T2: (ISBN 2130556930))

Articles connexes[modifier | modifier le code]