Anne-Sophie Barthet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barthet.
Anne-Sophie Barthet Alpine skiing pictogram.svg
Anne-Sophie Barthet Semmering 2010.jpg

Anne-Sophie Barthet à Semmering en 2010
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active De 2005 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : France française
Naissance (28 ans)
Lieu de naissance Toulouse
Taille 1,7 m (5 7)
Poids de forme 70 kg (154 lb)
Club EMHM - C.S. Courchevel
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde 0 0 0
Coupe du monde (épreuves) 0 0 1
Championnat de France (épreuves) 2 2 6
* Dernière mise à jour : 26 mars 2016

Anne-Sophie Barthet, née le à Toulouse, est une skieuse alpine française, licenciée à Courchevel[1]. Elle a notamment participé aux Jeux olympiques d'hiver à Turin, Vancouver et Sotchi.

Carrière[modifier | modifier le code]

Anne-Sophie Barthet a grandi à Toulouse, mais c'est à Peyragudes qu'elle découvre le ski et s'y adonne intensivement de 5 à 15 ans. En 2003 (âgée de 15 ans), elle quitte la station pyrénéenne pour rejoindre le club de Courchevel[2].

Les débuts[modifier | modifier le code]

2003-2004[modifier | modifier le code]

Anne-Sophie Barthet prend son premier départ sur le circuit FIS lord du slalom géant FIS de Tignes le 19 novembre 2003 à l'âge de 15 ans et s'y classe 19e.
Lors de cette première saison elle participe à une vingtaine de courses FIS (toutes en France) dans toutes les disciplines (slalom, slalom géant, super-G et descente) et obtient son meilleur résultat lors du super-G de Val d'Isère le 2 mars 2004 avec une 9e place, son premier top-10.
En février elle prend part à ses premiers championnats de France Junior à Le Sauze et Pra-Loup : 21edu slalom, sortie de piste en seconde manche du slalom géant et 20e du super-G.
Malgré son jeune âge, elle est même invité à participer au championnat de France sénior en descente à Flaine où elle se classe 22e, soit seulement deux places moins bien que lors de la même épreuve aux championnats de France junior[1].

2004-2005[modifier | modifier le code]

Anne-Sophie Barthet commence la saison 2004-2005 par 3 top-10 en slalom géant FIS dont une 6e place à Tignes (26 novembre 2004) et une 10e place pour sa première compétition hors du territoire français, à Gosau en Autriche (le 8 décembre 2004). Elle intègre dans la foulée l'équipe de France de coupe d'Europe pour un premier départ sur le circuit européen lors du slalom géant de Schruns le 11 décembre 2004, sans réussir à se qualifier pour la seconde manche. Cette première course est suivie dans la saison de trois autres slaloms géants (aucune seconde manche) ainsi qu'un super G et deux descentes (du 11 au 15 janvier 2005 à Megève où elle termine respectivement 35e, 39e et 23e).
En parallèle elle poursuit sa saison FIS dans les 4 disciplines avec de bons résultats : deux 6e places en géant (Tignes et Les Menuires), des top 15 en slaloms et super-G et une 4e place lors de la descente préparatoire aux championnat de France à l'Alpe d'Huez.
Elle est également sélectionnée pour le super-G du Festival olympique de la jeunesse européenne de Monthey et y décroche une 6e place le 27 janvier 2015. Nationalement elle participe d'abord aux championnats de France Junior des Carroz (7e du géant, sortie en seconde manche du slalom) puis sénior à l'Alpes d'Huez et Val d'Isère ou elle obtient de bons résultats : 5e de la descente et du slalom (des résultats qui augurent de bonnes performance en combiné), 18e du slalom géant et 27e du super-G.

Les tournants[modifier | modifier le code]

2005-2006[modifier | modifier le code]

La saison 2005-2006 est une saison olympique pour le ski alpin, et elle commence de très bonne manière pour Anne-Sophie Barthet qui intègre l'équipe de France A "technique", c'est-à-dire le groupe des slalomeuses et géantistes.
Il s'ensuit un premier départ en coupe du monde le 22 octobre 2005 lors du slalom géant de Sölden. Elle se classe 35e de la première manche, à moins d'une demie seconde d'un accès en seconde manche[3].
Le mois suivant elle découvre le circuit nord-américain, en préparation à la manche de coupe du monde d'Aspen. Elle termine cette préparation par une 6e place lors du slalom géant de Winter Park (le 2 décembre 2005). Elle prend ensuite le départ du slalom géant dont elle termine 42e mais encore à moins d'une demie seconde de la 30e place qualificative pour la seconde manche[4]. Le lendemain (11 novembre 2005) elle prend son premier départ de slalom de coupe du monde (toujours à Aspen). Elle termine 28e de la première manche et se qualifie donc pour sa première seconde manche de coupe du monde. Une seconde manche dont elle signe le 12e temps, ce qui lui permet de remonter à la 26e place de la course et de décrocher ainsi ses cinq premiers points de coupe du monde ; et d'intégrer le classement mondial pour la première fois à la 26e place de la spécialité (puisqu'il s'agissait du premier slalom de la saison)[5].
Après ce succès Anne-Sophie Barthet prend le départ de tous les slaloms et slaloms géants de coupe du monde jusqu'à Cortina d'Ampezzo fin janvier. Elle ne participe pas à la manche d'Ofterschwang mais est sélectionnée pour ses premiers jeux olympiques à Turin. À 17 ans elle est une des plus jeune compétitrice de l'équipe de France[6],[N 1]. Elle concourt d'abord pour le combiné, mais fait une faute lors de la première manche (le slalom) et est éliminée sans pouvoir participer à la descente. Elle est néanmoins alignée au départ du slalom ou elle obtient la 37e place de la première manche puis la 33e place de la seconde pour un classement final à la 34e place. Après les jeux elle participe à ses premiers championnats du monde junior au Québec (Le Massif et Mont Sainte-Anne). Elle se classe 28e du slalom, 26e du slalom géant, 20e du super-G et 8e de la descente.
Suivent les championnats de France, à Courchevel et Villard-de-Lans où elle participe aux quatre épreuves mais ne se classe qu'en descente et slalom géant : 6e et 4e.
Elle finit sa saison par quelques courses FIS et y décroche son premier podium avec une deuxième place lors du slalom de Le Sauze le 8 avril 2006.
Cette saison marque un premier tournant dans sa carrière, avec à la fois son entrée durable en équipe de France A (onze départs en coupe du monde, quatre fois dans les points), une première expérience olympique, et un premier podium en FIS. Ses classements finaux de coupe du monde sont 36e en slalom (19 points), 35e en combiné (7 points) et 92e au classement général (26 points)[7].

2006-2007[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2006-2007 Anne-Sophie conserve une place de titulaire en équipe de France A pour le slalom (huit départs) mais n'est plus retenue en slalom géant. Parallèlement en coupe d'Europe elle privilégie les épreuves de vitesse jusqu'à obtenir son premier dans la catégorie en descente : 2e à Saint-Moritz le 18 janvier 2007.
Elle se voit donc sélectionnée aux championnats du monde d'Åre pour les épreuves du slalom, du super-G et du combiné. Si elle sort du tracé du super G, signe le 22e temps de la descente du combiné puis le 23e de la manche de slalom pour décrocher la 22e place de l'épreuve[8]. Lors du slalom elle réalise les 25e et 19e temps des deux manches et s'adjuge la 19e place finale[9].
Fin mars lors des championnats de France de Val d'Isère elle s'engage sur les quatre disciplines pour une 4e place en slalom et surtout ces deux premiers podiums nationaux : 3e du slalom géant et de la descente (les 25 et 28 mars 2007). Le bilan européen de cette saison la voit intégrer le top 30 dans les trois disciplines où elle était engagée : 26e du classement du super-G avec 56 points, 10e du classement du combiné avec 45 points et surtout 4e du classement européen de descente avec 149 points, pour un bilan global de 250 points qui la classent 30e du classement général de la coupe d'Europe 2007[10] alors qu'elle n'avait jusque-là pas fait mieux que 56e d'un classement européen (le super-G lors de la saison 2005-2006).
Quant-aux classements en coupe du monde elle intègre son premier top 30 avec une 23e place au classement du combiné (28 points)[7]. À noter que ce classement et total de point pour la descente en coupe d'Europe (4e avec 149 points) est son record (dans cette catégorie et discipline) à ce jour[N 2], et que ceux du combiné en coupe du monde l'ont été jusqu'à la saison 2015-2016.

2007-2008[modifier | modifier le code]

Anne-Sophie Barthet démarre la saison 2007-2008 en tant que titulaire en équipe de France pour les épreuves de slalom, de slalom-géant (après une saison sans sélection) et de descente. Elle se consacre alors à la coupe du monde en ne participant à aucune autre épreuve. Après une 16e place lors du slalom inaugural de Sölden elle peine à se rapprocher des trente meilleures (avec des résultats oscillants entre la 38e et la 45e place).
Lors de la descente d'Aspen le 8 décembre 2007, la deuxième de la saison, Anne-Sophie Barthet chute lourdement dans un virage, après s'être écartée de la ligne idéale sur le tracé.
En cause les conditions météo (80 cm en 48 heures entre jeudi et samedi et du brouillard[11]) et probablement une erreur[12] des organisateurs qui ont quand même décidé, à la suite de la violente chute de l'Autrichienne Alexandra Meissnitzer et d'Anne-Sophie d'arrêter la course même s'il restait encore 19 concurrentes au départ[13].
Anne-Sophie Barthet, dans sa chute, peut-être due à une accumulation de neige, a eu le genou droit retourné. Elle souffre d'une pentade [N 3],[14]. ce qui a eu pour conséquence de l'éloigner de longs mois des pistes.
Elle effectue sa rééducation au CERS de Capbreton[15], ou elle côtoie des sportifs d'autres disciplines comme Vincent Clerc[16],[17].
Pendant sa convalescence elle a donné le coup d'envoi du match Stade Français/Biarritz en février 2008[16] avant de reprendre l'entrainement de ski en juillet 2008[17].

Le retour de blessure[modifier | modifier le code]

2008-2009[modifier | modifier le code]

Onze mois après son accident, Anne-Sophie Barthet reprend la compétition à Amnéville le 5 novembre 2008 par deux atypiques épreuves de indoor au Snow hall d'Amnéville, l'une contant pour la coupe d'Europe (15e) et l'autre comme simple course FIS (5e).
Elle réintègre ensuite le groupe technique de l'équipe de France A et prend le départ des quatre premiers slaloms de la catégorie (tous ceux de 2008) sans jamais se qualifier pour une seconde manche. Ces contre-performance l'obligent a repasser par les catégories inférieurs : coupes d'Europe et nord-américaine ainsi que le circuits FIS où elle signe quelques podiums en slalom et slalom géants. En février 2009 elle participe pour la première fois à une universiade en Chine. Elle se classe 2e de l'épreuve de slalom géant mais est disqualifiée en seconde manche du slalom. À la suite de ce résultat encourageant elle réintègre l'équipe de France A pour le slalom d'Ofterschwang mais son 48e temps de la première manche[18] ne lui permet pas de s'y imposer. Après des championnats de France décevant (seulement 5e du slalom et 8e du slalom géant) elle conclut sa saison sur une bonne note avec une 3e place lors du slalom FIS de Risoul (le 1er avril 2009).
Au-delà des résultats comptables décevants (aucun points en coupe du monde[7], 87 en coupe d'Europe ne lui permettant d'intégrer le top 30 ni en slalom ni en slalom géant[10]) cette saison de reprise marque un tournant dans sa gestion de carrière : à part pour les championnats de France, Anne-Sophie Barthet n'a pris que des départs d'épreuves techniques. À la suite de sa grosse chute et de sa lourde blessure en descente, la skieuse polyvalente devient une spécialiste.

2009-2010[modifier | modifier le code]

La saison 2009-2010 commence avec des incertitudes quant-à sa place en équipe de France. Non alignée pour le slalom géant d'ouverture de Sölden elle prend par contre le départ du premier départ de slalom à Levi (dont elle prend la 36e place en tant que 4e française [19]. Elle est ensuite alignée sur les deux épreuves de slalom géant de et slalom à Aspen les 28 et 29 novembre 2009. C'est à ce jour[N 2] son w-end le plus prolifique puisqu'elle se classe 11e et meilleure française du slalom géant [20] puis 6e du slalom (et à nouveau meilleure française). Il s'agit de son meilleur résultat en géant, qu'elle ne battra qu'en 2013, et pour le slalom - son premier top 10 - de son meilleur résultat de coupe du monde toute discipline confondue. Il l'est d'ailleurs toujours en slalom[N 2], seulement égalé en 2013 en géant et enfin battu en combiné en 2016.
Avec ces résultats elle s'assure une place de titulaire en équipe de France A et prend part à tous les slaloms et slaloms géants de coupe du monde restant, hors finale pour lesquelles elle ne se qualifie pas (soit un total de sept slaloms sur sept et cinq slaloms géants sur six). En effet les points marqués à Aspen sont ses derniers de la saison. Elle n'atteint la seconde manche qu'au slalom d'Åre mais ne termine pas celle-ci.
Parallèlement à la coupe du monde Anne-Sophie Barthet s'engage sur des courses FIS et quelques coupe d'Europe. Et le 5 janvier 2010 elle remporte sa première victoire lors du slalom d'Innerkrems. Deux mois plus tard elle récidive lors du slalom géant FIS de Courchevel (le 18 mars 2010).
Le point d'orgue de la saison de ski 2009-2010 est bien sûr la tenue des jeux olympiques de Vancouver. Anne-Sophie Barthet est sélectionnée pour l'épreuve du slalom dont elle se classe 26e.
Aux championnats de France elle échoue au pied du podium en slalom et slalom géant pour conclure une saison faite de hauts et de bas. Elle termine 31e du classement du slalom avec les 40 points gagnés à Aspen et 34e du classement de slalom géant avec les 24 points d'Aspen, pour un total de 64 points et une 75e place mondiale au classement général. Ces résultats bruts sont les meilleurs de sa carrière mais le fait que tous ces points n'ai été acquis qu'en deux courses laisse une place aux regrets de n'avoir pas su rééditer les performances de début de saison.

2010-2011[modifier | modifier le code]

Lors de l'intersaison 2009-2010, elle signe un contrat de partenariat avec le club de foot de sa ville de naissance le TFC[21], au travers de son président Olivier Sadran, voulant démontrer qu'il n'y a pas de sport supérieur et pour faire partager l'argent qu'il y a dans le football, pour des sports moins rentables. Elle portera les couleurs de ce club, durant les prochaines saisons de ski.
Pour la première fois de sa carrière Anne-Sophie Barthet prend l'intégralité des slaloms et slaloms géants de coupe du monde (hors finale) : huit slaloms et six slaloms géants.
Dans le détail si elle ne marque que 3 points en slalom géant (à Semmering), elle marque par contre des points dans quatre des huit slaloms dont son deuxième top 10 de coupe du monde : 9e lors du slalom de Flachau (le 28 janvier 2011).
Elle est également qualifiée pour les championnats du monde de Garmish-Partenkirchen dans les deux épreuves techniques. Elle se classe 19e du slalom géant et 14e du slalom.
Enfin lors des championnats de France (à Tignes et au Mont Dore) où elle participe aux cinq épreuves elle rate son slalom (10e) mais monte sur la 3e marche du podium en slalom géant et surtout remporte son premier titre national lors de l'épreuve du super combiné.
Ses classements finaux de coupe du monde sont une 45e place en slalom géant (3 points), une 28e place en slalom avec 61 points (son meilleur classement jusque-là, aux portes d'une accession aux finales) et comme lors de la saison précédente un total de 64 points qui la hisse au 71e rang mondial[7]. En coupe d'Europe, sans résultat éclatant elle parvient quand même à franchir la barre des 100 points en slalom pour la première fois (105 points, 24e)[10].

Le retour au haut niveau[modifier | modifier le code]

2011-2012[modifier | modifier le code]

Pour la deuxième saison consécutive Anne-Sophie Barthet prend l'intégralité des slaloms et slaloms géants de la "saison régulière" de coupe du monde (c'est-à-dire sans tenir compte ni des finales ni de l'épreuve urbaine de slalom parallèle de Munich dont les critères de sélection diffère des épreuves classiques) à savoir neuf slaloms et huit slaloms géants.
En bonne forme dès le début de saison, elle marque des points lors des cinq premières épreuves (deux géants puis trois slaloms avec comme meilleur résultat une 12e place lors du slalom de Courchevel le 20 décembre 2011) avant un passage à vide d'un mois. C'est finalement à Kranjska Gora qu'elle retrouve le top 30 lors du slalom (17e le 22 janvier 2012). Elle participe dans la foulée à son premier super combiné en coupe du monde à Saint-Moritz et obtient la 14e place, faisant honneur à son passé (pré-accident) de skieuse polyvalente.
À l'issue de la saison "régulière" Anne-Sophie Barthet est 22e du classement de coupe du monde de slalom avec 101 points[22], ce qui la fait entrer pour la première fois dans les critères de qualification à une finale de coupe du monde. Celle-ci à lieu à Schladming le 17 mars 2012, et Anne-Sophie Barthet s'en classe 17e, insuffisant pour marquer des points puuisqu'en finale seules les quinze premières sont récompensées.
Cette petite déception ne l'empêche pas de remporter un slalom géant FIS à La Clusaz quatre jours plus tard puis le slalom géant des championnats nationaux suisses (sans être bien sûr titrée championne de Suisse).
Les championnats de France de L'Alpe d'Huez sont eux aussi réussis malgré deux disqualifications lors de la seconde manche du slalom et la descente du combiné : trois podiums sur les autres épreuves, 3e du slalom géant, 2e du super-G et de la descente.
Elle clôture sa saison dans les Pyrénées par une victoire lors d'un slalom géant FIS à Grandvalira.
Cette saison est alors sa plus régulière à ce niveau et elle y a établi quelques records personnels qui tiendrons jusqu'en 2016 : le plus grand nombre de courses terminées dans les points (onze, battu en 2016), le plus grand nombre de top 15 (quatre, battu en 2016), le plus grand nombre de podiums nationaux (trois, record toujours d'actualité[N 2]). C'est aussi la saison de son record de points en slalom et dans une discipline (mais pas au classement général) avec 101 points et la 22e place[7] (record lui aussi battu en 2016), ainsi que la saison de sa première participation aux finales (en slalom).
Néanmoins le ratio nombre de points sur nombre de courses dans les points n'est pas très élevé : treize points par courses. Ce chiffre, comme le fait qu'elle ait terminé cinq fois (en contant la finale) à la dix-septième place, illustre un palier à franchir pour passer d'une bonne skieuse régulière, souvent classée entre les quinzième et trentième places (qui rapportent peu de points et de manière linéaire) et une skieuse capable de venir régulièrement marquer de "gros" points en rentrant régulièrement dans les top 10, voire top 5. Le barème des points de coupe du monde - presque exponentiel - privilégie les coups d'éclat à la régularité "moyenne" (si des résultats réguliers dans les trente meilleures mondiales peuvent être considérés comme moyens).
Le total de 150 points la classe 48e au classement général, son record (égalé l'année suivante avec un total de points supérieur) est essentiellement assuré par les points du slalom (101), auxquels s'ajoutent 31 points en géant (36e) et 18 en combiné (23e).

2012-2013[modifier | modifier le code]

Anne-Sophie Barthet entame en octobre 2012 sa troisième saison en tant que titulaire de l'équipe de France technique.
Elle fait preuve de la même régularité : six fois dans les points en huit slaloms mais jamais dans le top 20, une fois dans les points en deux combinés (avec une 13e place, un record personnel battu en 2016) et quatre fois dans les points en huit slalom géant. Mais contrairement à sa saison de slalom, sa saison de slalom géant montre une réelle progression : aucun point lors des trois premiers, puis 24e, 19e, un échec à Semmering, 11e et enfin 6e à Ofterschwang. En février 2013 elle participe aux mondiaux de Schladming où elle est sélectionnée pour trois épreuves : le slalom où elle se classe 24e, le slalom géant qu'elle termine à la 20e place et le super combiné dont elle se classe 16e.
Après ces championnats du monde, Anne Sophie Barthet semble finir la saison de très belle manière : Une deuxième place en FIS (aux Ménuires), puis le dernier week-end de coupe du monde à Ofterswhang où un bon résultat en slalom peut la qualifier pour les finales, les éventuelles finales et pour finir les championnat de France chez-elles, à Peyragudes, objectif déclaré de sa saison[23].
Le week-end allemand démarre par une très belle sixième place lors du slalom géant, son meilleur résultat dans la discipline. Une performance équivalente en slalom serait synonyme d'une seconde participation aux finales de coupe du monde. Qualifiée avec un 22e place en première manche, elle chute lourdement en fin de parcours de la seconde[24] entrainant une fracture au bras[25] qui la prive des championnats de France. La saison s'achève donc avec une 48e place au classement général, comme la saison précédente, mais avec 157 points, un nouveau record pour elle. 30e du classement de slalom avec 54 points, 26e du classement du slalom géant avec 83 points (son meilleur résultat[N 2]) et 21e du classement du combiné avec 20 points[7].

Des résultats en replis[modifier | modifier le code]

2013-2014[modifier | modifier le code]

En cette saison olympique, Anne-Sophie Barthet est de nouveau titulaire en équipe de France pour les épreuves techniques, et elle prend l'intégralité des huit départs de slalom et sept des huit départs de géant, ne manquant que le slalom de Courchevel mi-décembre 2013.
Elle débute sa saison par une prometteuse 15e place lors du slalom géant d'ouverture de Sölden, mais passe ensuite deux mois sans réintégrer un top 30 de coupe du monde, soit cinq courses sans points. Néanmoins dans cet intervalle elle signe de très beaux résultat aux niveaux inférieurs : Deux victoires en slalom à Val Thorens le 6 décembre 2013 (ses première victoires en slalom) puis une première victoire en coupe d'Europe le 6 décembre 2013 lors du slalom géant d'Andalo Paganella et enfin deux podiums dont une victoire lors du super combiné FOS de Tignes (le 23 décembre 2013, sa première victoire en combiné).
Le 15 décembre 2013 elle chute lors de la première manche du slalom géant de Saint-Moritz qui la contraint à déclarer forfait pour la course suivante : le slalom de Courchevel[26]. Ainsi quelques mois après la blessure qui l'a privé des championnats de France dans la station où elle a appris à skier, une nouvelle blessure la prive d'une manche de coupe du monde dans la station où elle est licenciée : Deux occasions de courir "à domicile" qui s'envolent.
Le 29 décembre 2013 à Lienz elle se classe 10e du slalom, sa meilleure performance lors d'un slalom de coupe du monde depuis Flachau en janvier 2011 et le quatrième top 10 de sa carrière en coupe du monde.
Début 2014, en période pré-olympique, en plus des courses de coupe du monde elle signe deux podiums en slalom géant de coupe d'Europe dont une victoire à Zinal.
Sélectionnée à Sotchi pour ses troisièmes jeux olympiques elle participe pour la première fois à l'épreuve de slalom géant en plus du slalom. Elle se classe 14e du slalom géant et 18e du slalom, ces meilleures performances olympiques.
Non sélectionnée pour les finales de la coupe du monde, elle conclut sa saison par une 3e place au championnat de France en slalom géant et pour sa première participation par une 3e place aux jeux mondiaux militaires de Levi, également en slalom géant.
Avec 25 points pour une 36e place au classement de coupe du monde de slalom géant et 37 points pour une 32e place au classement de coupe du monde de slalom (soit un total de 62 points la classant au 70e rang mondial)[7], les résultats de sa saison apparaissent comme équilibrés mais en net replis. Par contre ses bons résultats en coupe d'Europe la classent 4e du classement européen de slalom géant avec 362 points, et 10e du classement général avec un total de 457 points, de loin ses meilleurs résultats dans cette catégorie[10].

2014-2015[modifier | modifier le code]

Anne-Sophie Barthet entame en 2014 une quatrième saison consécutive en tant que titulaire en équipe de France pour les épreuves techniques. Son début de saison est difficile puisqu'elle rate la qualification pour la seconde manche lors des cinq première courses, dont deux sorties de piste en trois géants. Petite frustration supplémentaire, l'épreuve de Couchevel est annulé faute de neige, la privant une nouvelle fois d'une course à domicile. C'est pourtant lors de l'épreuve de remplacement à Åre qu'elle marque ses premiers point de la saison (20e du slalom après avoir échoué lors du slalom géant). Lors de l'étape suivante, à Kühtai, elle n'est alignée qu'en slalom mais pas en slalom géant (ce sera le seul départ de la saison dont elle sera "privée") ; le week-end n'est néanmoins pas mauvais puisqu'elle marque à nouveau des points en se classant 21e du slalom.
Non sélectionnée pour les championnats du monde (alors qu'elle l'avait été lors des quatre éditions précédentes) son calendrier mondial ne comporte qu'une course (le slalom de Flachau mi-janvier) entre le slalom de Zagreb (le 4 janvier 2015) et les épreuves de Maribor (les 21 et 22 février 2015). Elle participe donc dans ce laps de temps à des courses de niveau moindre, remportant sa première victoire dans un slalom de coupe d'Europe (le 9 janvier 2015 à Melchsee-Frutt), une deuxième place au slalom géant de San Candido (le 4 février 2015) ainsi que trois podiums FIS dont une victoire à San Candido (le 5 février 2015).
Le retour à la coupe du monde se passe bien : 23e puis 18e au slalom géant et slalom de Maribor puis 20e lors de l'unique combiné de la saison à Bansko (où elle participe aussi au super G qu'elle termine à une anonyme 43e place). Bansko qui est le dernier résultat de sa saison : elle ne marque pas de point lors de la dernière étape de coupe du monde, n'est pas qualifiée pour les finales et fatiguée renonce aux championnats du monde militaires et aux championnats de France de Serre Chevalier après la première manche du géant[27].
Du point de vue comptable cette saison ressemble à la précédente : 34 points en slalom (33e, 8 points en slalom géant (43e et 11 points en combiné (20e) pour un total de 53 points et une 72e place mondiale[7]. En coupe d'Europe marque en tout 424 points (13e place) acquis en slalom (12e avec 205 points), slalom géant (15e avec 147 points) et super G (15e avec 72 points)[10].

Le premier podium[modifier | modifier le code]

2015-2016[modifier | modifier le code]

Anne-Sophie Barthet commence cette nouvelle saison en annonçant se concentre sur le slalom (au détriment du slalom géant)[28]. C'est pourtant par deux bons géants qu'elle démarre sa saison (17e et 25e qui contraste avec un échec en slalom à Aspen 32e le 19 novembre 2015). Échec effacé dès le lendemain avec une 10e place lors du deuxième slalom du week-end américain[29]. Après quelques résultats corrects, elle signe un second top-10 lors du slalom de Santa Caterina di Valfurva le 5 janvier 2016. C'est la première fois de sa carrière qu'elle réalise deux top-10 dans la même saison.
Le 12 février 2016 elle réalise le 37e temps du super-G de Soldeu même si c'est son meilleur résultat en super-G en coupe du monde il pourrait être anecdotique. Mais l'objectif était de préparer le combiné du lendemain, sur la même piste. En raison des conditions météorologiques, le départ de la première manche (un super-G) est reporté et surtout son tracé raccourci, ce qui avantage les slalomeuses dont Anne-Sophie fait partie[30]. Elle part avec le dossard 3 et réalise le 27e temps de la manche avec un écart raisonnable (1 s 36) par rapport à la première Lindsey Vonn. Ce résultat lui prendre le départ de la seconde manche en quatrième position. Elle signe le meilleur temps de la manche, rapidement délogée par Wendy Holdener. Au fils des passages seule Marie-Michèle Gagnon arrive à faire mieux. La canadienne remporte le combiné et Anne-Sophie Brthet signe en ce 28 février 2016 — presque à domicile puisque dans les Pyrénées — son premier podium en coupe du monde avec une troisième place[31].
Qualifiée une seconde fois après 2012 poue les finales de coupe du Monde de slalom, elle y marque poru la mrepière fois des points en finissant 7e et conclu ainsi sa saison de coupe du monde par un cinquième top 10 (le troisième en slalom) et son meilleur résultat en slalom de la saison.
Saison de coupe du monde qui est pour elle celle de (presque) tous les records (à l'exception du slalom géant) : record de top 10 (5) donc, de courses terminées dans les points (15 sur 23 départs), meilleurs totaux de points et meilleurs classements en slalom (15e avec 161 points), combiné (5e avec 100 points) et général (32e avec 307 points, quasiment le double des 157 points de son record précédent, en 2013). Et bien sûr ce premier podium, récompense après laquelle elle courrait depuis dix ans[32].


Sa vie d'à côté[modifier | modifier le code]

Elle a obtenu un baccalauréat scientifique au pôle France d'Albertville puis s'est dirigée vers une filière de LEA à Grenoble. Anne-Sophie se distingue particulièrement pour ses tenues originales sur les pistes, collectionnant une large gamme de chapeaux. On la retrouve également dans l'association "La Pro Earth Team" pour la préservation de l'environnement.


Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : Italie Turin 2006 Drapeau : Canada Vancouver 2010 Drapeau : Russie Sotchi 2014
Slalom géant - - 14e
Slalom 34e 26e 18e
Combiné / super combiné Abandon - -

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats du monde de ski alpin.
Épreuve / Édition Drapeau : Suède Åre 2007 Drapeau : France Val d'Isère 2009 Drapeau : Allemagne Garmisch-Partenkirchen 2011 Drapeau : Autriche Schladming 2013
Super G Abandon - - -
Slalom géant - - 19e 20e
Slalom 19e - 14e 24e
Super combiné 22e - - 16e

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe du monde de ski alpin.
  • Meilleur classement au général : 32e en 2016 avec 307 points
  • Meilleur classement de slalom : 15e en 2016
  • Meilleur classement de super combiné : 5e en 2016
  • Meilleur classement sur une épreuve de Coupe du monde de super combiné : 3e en 2016
  • Meilleur résultat sur une épreuve de Coupe du monde de slalom : 6e en 2009
  • Meilleur résultat sur une épreuve de Coupe du monde de slalom géant: 6e en 2013
  • 1 podium (3e du combiné de Soldeu en 2016)

Classements[modifier | modifier le code]

Saison / Épreuve Général Descente Slalom Géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2006 92e 26 - - 36e 19 - - - - 35e 7
2007 83e 56 - - 37e 28 - - - - 23e 28
2008 118e 5 - - - - 50e 5 - - - -
2009 - - - - - - - - - - - -
2010 75e 64 - - 31e 40 34e 24 - - - -
2011 71e 64 - - 28e 61 45e 3 - - - -
2012 48e 150 - - 22e 101 36e 31 - - 23e 18
2013 48e 157 - - 30e 54 26e 83 - - 21e 20
2014 70e 62 - - 32e 37 36e 25 - - - -
2015 72e 53 - - 33e 34 41e 8 - - 20e 11
2016 32e 307 - - 15e 161 32e 46 - - 5e 100

Coupe d'Europe[modifier | modifier le code]

  • Vainqueur des slaloms-géants d'Andalo Paganella en 2013 et de Zinal en 2014
  • Vainqueur du slalom de Melchsee Frutt 2015
  • 4e du classement de slalom-géant de la saison 2013-2014 (avec 362 points)
  • 10e du classement général de la saison 2013-2014 (avec 457 points)
  • 6e du classement de super-combiné de la saison 2012-2013 (avec 60 points)
  • 4e du classement de descente de la saison 2006-2007 (avec 149 points)
  • 10e du classement de super-combiné de la saison 2006-2007 (avec 45 points)

Championnats de France[modifier | modifier le code]

  • Championne de France de descente en 2016, vice-championne de France de descente en 2012, troisième au championnat de France de descente en 2007.
  • Vice-championne de France de super-géant en 2012, troisième au championnat de France de super-géant en 2007.
  • Troisième au championnats de France de slalom-géant en 2011, 2012, 2014 et 2016.
  • Championne de France de super-combiné en 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une des trois athlètes de la délégation française nés en 1988 avec Sophie Rodriguez et Maxime Châtaignier.
  2. a, b, c, d et e À la fin de la saison 2015-2016
  3. Une rupture totale des ligaments du genou droit

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Fiche de carrière sur www.fis-ski.com/
  2. « Anne Sophie Barthet L'esprit Pyrénéen », L'Équipe magazine,‎ , p. 17
  3. « AUDI FIS SKI WORLD CUP 2005/06 - 1st LADIES' GIANT SLALOM - 1st RUN », sur FIS,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  4. « AUDI FIS SKI WORLD CUP 2005/06 - 2nd LADIES' GIANT SLALOM - 1st RUN », sur FIS,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  5. « AUDI FIS SKI WORLD CUP 2005/06 - 1st LADIES' SLALOM - Analysis », sur FIS,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  6. « Les français aux JO de Turin », sur CNOSF (consulté le 14 mai 2015)
  7. a, b, c, d, e, f, g et h « Classements de coupe du monde d'ASB », sur FIS
  8. « FIS ALPINE WORLD SKI CHAMPIONSHIPS − ÅRE 2007 - LADIES COMBINED », sur FIS,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  9. « FIS ALPINE WORLD SKI CHAMPIONSHIPS − ÅRE 2007 - LADIES SLALOM », sur FIS,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  10. a, b, c, d et e « Classements de coupe d'Europe d'ASB », sur FIS
  11. Ski: Nicole Hosp remporte le slalom d'Aspen, AFP, 10 décembre 2007
  12. L’Autrichienne Nicole Hosp, vainqueur du slalom d’Aspen, a fait une bonne affaire. Sport24.com, 10 décembre 2007
  13. SKI ALPIN - COUPE DU MONDE DAMES Les bonnes affaires de Janyk et Schild,Le Matin Online, 8 décembre 2007
  14. Nouvelles des blessés, Eskai, 9 décembre 2007
  15. La polyvalence tout schuss
  16. a et b « Anne-Sophie Barthet : « Ce sera explosif » », sur La Dépêche du midi,‎ (consulté le 5 août 2015)
  17. a et b "La blessure m'a fait grandir" sur www.skichrono.com
  18. « AUDI FIS SKI WORLD CUP 2008/09 - Ofterschwang (GER) - 8th LADIES’ SLALOM 1st RUN », sur FIS,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  19. http://data.fis-ski.com/pdf/2010/AL/5516/2010AL5516RLR1.pdf
  20. http://data.fis-ski.com/dynamic/results.html?sector=AL&competitorid=97665&raceid=59226
  21. « Partenariat avec Anne Sophie Barthet », sur TFC.info,‎
  22. (en) « SLALOM FIS WORLD CUP STANDINGS », sur FIS,‎ (consulté le 15 septembre 2015), p. 37
  23. « Anne-Sophie Barthet : «Je suis dégoûtée» », sur La Dépêche du midi,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  24. (en) « Ofterschwang (GER) PERFORMANCE ANALYSIS 2 », sur FIS,‎ (consulté le 15 septembre 2015), p. 24
  25. « Peyragudes : Anne-Sophie Barthet forfait pour les championnats de France de ski alpin », sur La semaine des Pyrénées,‎ (consulté le 29 juillet 2015)
  26. (en) « Courchevel : Anne-Sophie Barthet renonce », sur sport365,‎ (consulté le 16 septembre 2015)
  27. « SURENTRAINEMENT? Quésaco? », sur annesophiebarthet.com,‎ (consulté le 17 septembre 2015)
  28. « N'ayant pas mis le géant dans mes objectifs principaux, j'ai abordé assez sereinement la course... »« Actu, Solden, Le stress sur un plateau! », sur annesophiebarthet.com,‎ (consulté le 28 février 2016)
  29. « Slalom : Shiffrin inarrêtable, Barthet dans le Top 10 », sur Le Dauphiné libéré (consulté le 28 février 2016)
  30. « Super combiné Soldeu : Départs retardés à 12h et 14h30 », sur Le Dauphiné libéré,‎ (consulté le 28 février 2016)
  31. « Gagnon victorieuse du combiné, Barthet 3e, Vonn 13e et Gut out »,‎ (consulté le 28 février 2016)
  32. « Anne-Sophie Barthet : «J'en ai tellement rêvé» », sur L'Équipe,‎ (consulté le 21 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :