Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg
Description de l'image Gabbiani, Giovanni Gaetano (attr.) - Official portrait of Anna Maria Franziska von Sachsen-Lauenburg as Grand Duchess of Tuscany.jpg.

Titre

Grande-duchesse consort de Toscane

17231737
(13 ans)

Biographie
Titulature Grande-duchesse consort de Toscane
Naissance
Décès (à 69 ans)
Conjoint Jean-Gaston de Médicis
Religion Catholicisme romain
Description de cette image, également commentée ci-après

Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg (née le et morte le ) est une princesse allemande qui fut légalement duchesse de Saxe-Lauenbourg aux yeux de l'empereur du Saint-Empire de 1689 à 1728; cependant comme son lointain cousin, le duc Georges-Guillaume de Brunswick-Lunebourg, avait conquis le duché par la force en 1689, elle n'exerçait aucune autorité et vivait dans son château et ses immenses propriétés de Bohême. C'était une princesse à la fortune importante.

Elle fut par son second mariage grande-duchesse de Toscane, en tant qu'épouse du dernier grand-duc de la Maison Médicis, Jean-Gaston de Médicis, mais le mariage ne fut jamais consommé et les époux vécurent séparés.

Elle était la fille aînée survivante du duc Jules-François de Saxe-Lauenbourg et de la duchesse, née Marie-Edwige du Palatinat-Sulzbach. Elle épousa en premières noces Philippe-Guillaume du Palatinat-Neubourg en 1690, dont elle n'eut qu'une fille, Marie-Anne, en 1691. Elle devint veuve en 1693. Quatre ans plus tard, elle épousa Jean-Gaston de Médicis (qui devient grand-duc en 1723 à la mort de son père Cosme III de Médicis). Jean-Gaston de Médicis mourut en 1737[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg est la fille du duc de Saxe-Lauenbourg. Elle perd sa mère à l'âge de neuf ans. À la mort du duc son père (le 30 septembre 1689), la lignée s'éteint; mais la succession féminine est possible selon les lois du duché qui ne reconnaît pas la loi salique. Finalement les troupes du duc Georges-Guillaume de Brunswick-Lunebourg envahissent le duché, empêchant la duchesse de jouir de ses droits.

D'autres souverains prétendent aussi à la succession du duché, comme ceux du Mecklembourg-Schwerin, le duc d'Holstein et d'autres princes des différentes branches de Saxe. La succession est finalement réglée le 9 octobre 1693 par le traité de Hambourg qui dépossède la duchesse et sa sœur Sibylle. Mais celles-ci ne reconnaissent pas le traité.

Premier mariage[modifier | modifier le code]

Soeur ainée de Françoise-Sibylle de Saxe-Lauenbourg, margravine douairière et régente de Baden-baden, Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg est une des plus riches princesses de son temps. Elle épouse le 29 octobre 1690 à Raudnitz le comte Philippe-Guillaume-Auguste de Palatinat-Neubourg, huitième fils du comte palatin Philippe-Guillaume et frère de l'impératrice Eléonore (1668-1693), jeune homme de santé fragile, qui sombre dans l'alcool et meurt à 25 ans en même temps que sa fille aînée.

En effet, de ce mariage sont issus deux filles, dont une seule atteint l'âge adulte:

  • Léopoldine de Palatinat-Neubourg (1691-1693)

De ce mariage sont issus deux fils et une fille.

Second mariage[modifier | modifier le code]

Anne-Marie-Françoise à droite avec sa sœur Sibylle à gauche (vers 1690, peintre inconnu)
Château de Ploschkowitz

Cosme III de Médicis força son fils à épouser la jeune veuve pour des raisons dynastiques. Elle était extrêmement fortunée, belle-soeur de l'empereur et prétendait toujours au duché de Saxe-Lauenbourg[2] et la Maison Médicis réclamait un héritier, Ferdinand (frère de Jean-Gaston) n'en ayant pas. La duchesse n'était pas plus enthousiaste que son fiancé et c'est sous la pression de l'empereur qu'elle accepta. Le mariage a lieu le 2 juillet 1697. Il est célébré à Düsseldorf par l'évêque d'Onasbruck. Les jeunes mariés se rendent ensuite au château de Ploskowitz, près de Reichstadt, où la jeune princesse possède de grands domaines.

Les contemporains la décrivent comme « affreuse et extrêmement grosse ». Elle domine son mari, faible et homosexuel, qui se réfugie dans l'alcool. Jean-Gaston de Médicis ne demeure que dix mois avec sa femme, avant de s'enfuir pour Prague. La princesse refuse de quitter son château, craignant l'atavisme des Médicis[3], dont certains conjoints avaient disparu de manière douteuse.

Le grand-duc de Toscane essaye de faire venir sa belle-fille à Florence retrouver son mari. Il demande l'aide du pape Clément XI qui envoie l'archevêque de Prague pour la sermonner et la convaincre de remplir son devoir conjugal. Mais elle rétorque que cela est impossible car son mari « est absolument impuissant ».

Son mari continua de vivre en Toscane et les époux ne se rencontrèrent plus jamais. Devenu grand-duc à son tour, il poursuivit sa vie débauchée, laissant ses mignons diriger la cour[4]. Il vivait la nuit et se levait en pleine après-midi. Anne-Marie-Françoise, quant à elle, vécut principalement dans son château de Bohême.Elle eut notamment à son service le compositeur Christoph Willibald Gluck. Elle parlait à ses chevaux à l'écurie. Elle mourut en 1741. Très pieuse, elle avait demandé à être enterrée dans le manteau bleu des annonciades célestes.

À la mort de Jean-Gaston en 1731, le grand-duché de Toscane échut par traité au duc de Lorraine et de Bar François III, époux de l'archiduchesse Marie-Thérèse, qui fut élu empereur en 1745. Fondateur de la Maison de Habsbourg-Lorraine, il est notamment le père de l'archiduchesse Marie-Antoinette d'Autriche qui épousa le roi Louis XVI de France.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Généalogie[modifier | modifier le code]

Modèle:Ahnentafel top

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. François Ier de Saxe-Lauenbourg
 
 
 
 
 
 
 
8. François II de Saxe-Lauenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Sybille de Saxe
 
 
 
 
 
 
 
4. Jules-Henri de Saxe-Lauenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Jules de Brunswick-Lunebourg
 
 
 
 
 
 
 
9. Duchesse Marie de Brunswick-Lunebourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Margravine Edwige de Brandenbourg
 
 
 
 
 
 
 
2. Jules-François de Saxe-Lauenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
20. Oldřich Felix Popel z Lobkowicz
 
 
 
 
 
 
 
10. Guillaume de Lobkowicz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Anne-Élisabeth de Hradce
 
 
 
 
 
 
 
5. Baronne Anne-Madeleine de Lobkowicz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Adam Havel de Lobkowicz
 
 
 
 
 
 
 
11. Catherine-Bégnine Popelovna de Lobkowicz
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Marguerite de Mollart
 
 
 
 
 
 
 
1. Anne-Marie-Françoise de Saxe-Lauenbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Philippe-Louis du Palatinat-Neubourg
 
 
 
 
 
 
 
12. Auguste de Palatinat-Sulzbach
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Anne de Clèves
 
 
 
 
 
 
 
6. Christian-Auguste de Palatinat-Sulzbach
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Jean-Adolphe de Holstein-Gottorp
 
 
 
 
 
 
 
13. Princesse Edwige de Schleswig-Holstein-Gottorp
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Princesse Augusta du Danemark
 
 
 
 
 
 
 
3. Comtesse Palatine, Marie-Edwige de Sulzbach
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Jean VI de Nassau-Dillenbourg
 
 
 
 
 
 
 
14. Jean VII de Nassau
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Landgravine Élisabeth de Leuchtenberg
 
 
 
 
 
 
 
7. Comtesse Amélie de Nassau-Siegen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Jean II de Schleswig-Holstein-Sonderburg
 
 
 
 
 
 
 
15. Princesse Marguerite de Schleswig-Holstein-Sonderburg-Plön
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Duchesse Élisabeth de Brunswick-Grubenhagen
 
 
 
 
 
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Anna Maria Franziska of Saxe-Lauenburg » [archive du ], Yahoo.com - Geocities (consulté le 18 août 2009)
  2. Strathern pp. 397 – 398
  3. Strathern p. 403
  4. Hale, p.189

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) James Cleugh, Die Medici. Macht und Glanz einer europäischen Familie, 4. Auflage, Piper, München, 2002, pp. 367 sq, (ISBN 3-492-23667-7)
  • (en) J.R. Hale, Florence and the Medici, Orion books, London, 1977, (ISBN 1-84212-456-0)
  • (en) Paul Strathern, The Medici: Godfathers of the Renaissance, Vintage books, London, 2003, (ISBN 978-0-09-952297-3)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]