Anne-Gabriel Meusnier de Querlon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anne-Gabriel Meusnier de Querlon
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
Pseudonymes
M. D. Q., M ***, Un Avocat de Rouen, Cuisinier françois, comte de Kearney, M. de ***, Mnaseas, d' Kearni, de KearnyVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Anne-Gabriel Meusnier de Querlon, né le à Nantes et mort le , est un homme de lettres français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Reçu avocat au Parlement de Paris en 1723, Meusnier de Querlon s’occupa, en tant qu’employé, de 1727 à 1735, de la Bibliothèque du Roi. De 1752 à 1776, il eut le privilège des Affiches de province, dont il fit un recueil littéraire qui eut du succès. En même temps, il collabora à la Gazette de France, durant cinq ans, au Journal économique et au Journal étranger.

Il eut aussi le privilège des Affiches de province, dans lesquelles il écrivait des articles avec Coste et l'abbé de Fontenai. Il loua surtout Palissot. Il fut un homme de lettres, journaliste et éditeur fin, ayant des connaissances assez étendues, accordant aux lettres une place privilégiée car il n’était pas intéressé par l’argent ou la gloire. Sa passion pour les lettres était pure et d’une grande utilité puisqu’il a travaillé sans relâche. Toutefois, La Harpe représenta Querlon en bavard ayant un « style platement bourgeois ou ridiculement burlesque, des annonces de livres à acheter ou de maisons à vendre ».

On a de lui Psaphion ou la Courtisane de Smyrne, roman (Londres ; Paris, 1748, in-12) ; le Roman du jour (Ibid. , 1754, 2 vol. in-12) ; Mémoires de M de*** pour servir à l’histoire du XVIIe siècle (Amsterdam ; Paris, 1759, 2 vol. in-12) ; Journal historique de la campagne de Dantzig en 1734 (Ibid., 1761, in-12); etc.

Il a édité, avec des notes, Lucrèce (1748 ; in-12) ; Phèdre (1748, in-12) ; Anacréon (1754, in-12) ; l’Anthologie française, de Monet (1765, 3 vol. in-−8°), etc.

Il a donné, avec Surgy, la Continuation de l’histoire des voyages, de l’abbé Prévost (3 vol.). Comme éditeur, il a réalisé en 1774 l’édition originale du Journal de voyage en Italie en 1580 & 1581 de Michel de Montaigne[1], dont le manuscrit avait été découvert par l’abbé Prunis.

On lui attribue également le roman libertin la Tourière des carmélites.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Journal du voyage de Montaigne est en ligne sur Wikisource.
  2. Carole Blumenfeld, Une Facétie de Fragonard, les révélations d'un dessin retrouvé, Éditions Gourcuff-Gradenigo, 2013, 80 p.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des Lettres Françaises. Le XVIIIe siècle, édition revue et mise à jour sous la direction de François Moureau, Fayard et Librairie Générale Française, 1995 (ISBN 2-253-05665-0).
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1672.

Liens externes[modifier | modifier le code]