Joseph de Montmorency-Beaumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Joseph de Montmorency-Beaumont
Illustration.
Photographie du 11e prince de Tingry vers 1870.
Fonctions
Membre de la Chambre des Pairs

(4 ans, 7 mois et 20 jours)
Pairie héréditaire
Prédécesseur Anne-Christian de Montmorency
Successeur Suppression de l'hérédité
Biographie
Titre complet Prince de Tingry, Duc de Beaumont, Duc de Piney
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès 7e arrondissement de Paris
Nationalité Drapeau de la France française
Parti politique Légitimiste
Père Anne-Christian de Montmorency
Mère Armande de Becdelièvre
Conjoint Léonie de Croix de Dadizeele
Enfants 3 enfants
Famille Maison de Montmorency
Profession homme politique, diplomate
Distinctions Ordre national de la Légion d'honneur Chevalier de l'Ordre de la légion d'honneur
Ordre royal et militaire de Saint-Louis Ordre royal et militaire de Saint-Louis
Ordre de Charles III d'Espagne Ordre de Charles III d'Espagne
Religion Catholicisme

Joseph de Montmorency-Beaumont

Joseph de Montmorency-Beaumont, duc de Beaumont et prince de Tingry, né à Paris le et mort dans la même ville le , est un gentilhomme et un homme politique français.

Il est le dernier descendant mâle de la maison de Montmorency, qui s'éteint à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Anne Édouard Louis Joseph de Montmorency-Luxembourg-Beaumont est né à Paris le . Il est le troisième enfant d'Anne-Christian de Montmorency-Beaumont, 2e duc de Beaumont et pair de France et de son épouse, Armande de Becdelièvre. Il a deux sœurs aînées et un frère cadet : Albertine (1789-1863), Élianne (1792-1848) et Hervé (1804-1870).

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est admis à siéger à la Chambre des pairs le à tite héréditaire, en remplacement de son père Anne-Christian de Montmorency-Beaumont, décédé en 1821. À la suite de l'arrestation de la duchesse de Berry le après sa tentative avortée de soulèvement de la Vendée, il donne sa démission de la Chambre des pairs le pour marquer sa protestation.

Fervent légitimiste, il ne manque pas de marquer son opposition au gouvernement de Louis-Philippe, puis à celui de Napoléon III. Diplomate de formation, il est attaché à l'ambassade de France à Madrid, il est d'ailleurs fait chevalier de l'ordre de Charles III par Ferdinand VII.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Le , il épouse à Paris Léonie de Croix de Dadizeele, fille unique de Ghislain de Croix de Dadizeele, et d'Ernestine Louys de La Grange. Ils auront trois enfants :

  • Josèphe (1839-1900), mariée à Antoine d'Hunolstein, dont postérité ;
  • Eugénie (1840-1922), mariée à Auguste de Durfort-Civrac, dont postérité ; dernière de la Maison de Montmorency
  • Henri (1841-1843).

Ascendance[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Période Écu Blasonnement
1802-1862 Armoiries de Joseph de Montmonrency-Beaumont jusqu'en 1862. D'or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d'azur ordonnés 2 et 2 (Montmonrency), sur le tout d'argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or (Luxembourg).
1862-1878 Armoiries de Joseph de Montmonrency après 1862. D'or à la croix de gueules cantonnée de seize alérions d'azur ordonnés 2 et 2[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il n'a jamais usé ni revendiqué ce dernier titre, qu'il a pourtant hérité de son parent Emmanuel de Montmorency-Luxembourg.
  2. À la mort de Raoul de Montmorency en 1862, il devient chef du nom et des armes des Montmorency, il abandonne la brisure de Luxembourg.

Liens externes[modifier | modifier le code]