Anna Zofia Sapieha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anna Czartoryska
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Saint-Germain-en-Laye (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom de naissance
Anna Zofia Sapieha
Nationalité
polonaise, française
Famille
Père
Mère
Anna Jadwiga Zamoyska (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Enfants
Blason de la famile Sapieha (Pologne).svg
blason

Anna Zofia Czartoryska née Sapieha le à Saint-Germain-en-Laye et morte le à Montpellier, est une princesse polonaise de la famille Sapieha, grande mécène et philanthrope.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anna Sapieha est la fille de Aleksander Antoni Sapieha et de Anna Jadwiga Zamoyska (pl).

Elle passe son enfance et sa jeunesse à Teofipol (en), Radzyń, Paris et Vilnius. Le , à Radzyń, elle épouse Adam Jerzy Czartoryski. Ils ont quatre enfants: Witold Adam, Leon Jerzy, Władysław et Izabella.

En exil en France, après la défaite de l'insurrection polonaise de 1830, elle se dévoue entièrement à la cause des émigrés polonais et participe à des œuvres sociales et organise de nombreux événements de charité[1]. Dans l’Hôtel Lambert acheté par les Czartoryski en 1843, elle tient un salon et organise des bals et des concerts où se réunissent les artistes polonais et français dont Frédéric Chopin.

En 1834, elle fonde la société de charité des dames polonaises, qu'elle dirige jusqu'à sa mort.

En 1844, elle fonde l'Institut de jeunes filles polonaises[2] sur le modèle des Demoiselles de Saint-Cyr. L’institut fonctionne jusqu’à 1899. Son but principal est d'égaliser les chances. Des jeunes filles, émigrées ou non, qui sans aide financière n’auraient pas pu être scolarisées, obtiennent l’accès à l’éducation grâce à l’Institut[3].

En 1846, elle cofonde avec la sœur Teofila Mikułowska des Filles de la Charité de la province de Varsovie, l'Œuvre Saint Casimir. Dirigé par les sœurs de la Charité, cet institut accueille des orphelins des émigrés polonais, des anciens combattants et des émigrés pauvres.

Elle meurt à Montpellier le et est inhumée à Sieniawa en Pologne.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Martin-Fugier, La Vie élégante : Ou la formation du Tout-Paris (1815-1848), Fayard,
  2. L'Institut polonais : souvenirs et fragments, 1845 à 1895, Paris, A. Reiff, (notice BnF no FRBNF33433597, lire en ligne), p. 1
  3. Urszula Król, « La Grande émigration (XIXe) », sur BNF - Patrimoines partagés -heritage.bnf.fr

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :