Anna Vyroubova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anna Vyroubova
Vyrubova.jpg

Anna Vyroubova

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Oranienbaum (en) ou Saint-PétersbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
HelsinkiVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Lieu de travail
Activité
Père
Alexander Taneyev (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Anna Aleksandrovna Vyroubova (en russe : Анна Александровна Вырубова), née Taneïeva (Танеева) le 16 juillet 1884, morte le 20 juillet 1964 en Finlande. Demoiselle d'honneur, amie et confidente de la tsarine Alexandra Feodorovna.

Sous l'Empire[modifier | modifier le code]

Fille du secrétaire d'État et compositeur Alexandre Taneïev, elle descendrait également d'une liaison hors mariage du tsar Paul Ier[1]. Elle épouse, sur les conseils de la tsarine, le lieutenant de vaisseau Alexis Vyroubov, fou et alcoolique notoire. Ce mariage est annulé pour non-consommation au bout d'un an.

Très vite, l'impératrice se lie d'amitié pour cette jeune fille et les enfants de Nicolas II l'adoptent. Elle sera leur amie et participera à leurs jeux (ceux-ci la surnommait "la vache"). Anna Vyroubova eut une grande influence sur Alexandra de Hesse-Darmstadt. Selon Pierre Gilliard, Anna Vyroubova était « dépourvue d'intelligence et de discernement, elle se laissait aller à ses pulsions inconsidérées, ses opinions sur les gens et les choses n'en étaient que plus absolues. Une impression suffisait à fixer sa conviction bornée et puérile. Immédiatement elle classait les gens en bien ou en mauvais, ce qui revenait à dire des amis ou des ennemis » (Le tragique destin de Nicolas II et sa famille de Pierre Gilliard).

En 1909, Anna Vyroubova rencontre Raspoutine chez la grande-duchesse Militza de Monténégro. Dès lors, Anna Vyroubova, jeune femme fragile et très influençable, est comme envoûtée par Raspoutine. Entourée de femmes de la haute-société russe, elle reçoit le « starets » dans sa petite maison blanche située près du palais de Tsarskoïe Selo. Anna Vyroubova relate à la tsarine les qualités hors du commun de Grichka (diminutif de Grigori pour Raspoutine). Avec d'autres femmes, elle suit le « starets » lors de son voyage en Sibérie (1911). Le 13 octobre 1906, contrairement à la croyance populaire, ce n'est pas Anna Vyroubova qui présenta Raspoutine à la famille impériale, mais bien la grande-duchesse Militza de Monténégro et le grand duc Nicolaï Nicolaïevitch, oncle du Tsar. Raspoutine fut en mesure, plus tard, de s'immiscer dans les affaires familiales et politiques de la Russie.

Sous la Révolution d'Octobre[modifier | modifier le code]

Kerensky met une certaine distance entre Anna Vyroubova et le palais de Tsarskoïe Selo. Lors de la Révolution russe, elle est à maintes reprises incarcérée à la forteresse Saint-Pierre-Saint-Paul, à chaque fois elle retrouve la liberté pour un court moment. Elle est, ironie du sort, emprisonnée dans la soute du yacht impérial, L'Étoile polaire. Puis, elle se retire à Pétrograd, où elle vit dans une grande discrétion. Elle devient l'amie de l'écrivain Maxime Gorki qui lui conseille de rédiger ses Mémoires.

L'exil[modifier | modifier le code]

Tombe D'Anna Alexandrovna Vyroubova à Helsinki.

De nouveau inquiétée par les Bolcheviks, Anna Vyroubova s'installa en Finlande, où elle vécut dans la tranquillité la plus absolue. Elle s'éteint à l'âge de 80 ans.

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Souvenirs de ma vie de Anna Vyroubova, Payot, Paris, 1927.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edvard Radzinsky, Alexandre II, Cherche midi 2009 p. 84

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]