Anna Tibaijuka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anna Tibaijuka
Anna Tibaijuka - World Economic Forum on Africa 2010.jpg

Anna Tibaijuka en 2010.

Fonctions
Ministre des territoires, du logement et du développement des établissements humains de Tanzanie (en)
-
Député au Parlement tanzanien
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
Muleba District (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Membre de

Anna Kajumulo Tibaijuka, née le à Kagabiro, est une femme politique tanzanienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Anna Tibaijuka est née à Muleba, en Tanzanie, dans une famille de fermiers. Elle étudie l'économie agricole à l'université d'Uppsala en Suède[1],[2]. Elle parle anglais, français, haya, suédois et swahili.

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Entre 1995 et 1998, elle est professeur associé en sciences économiques à l'université de Dar es Salaam[1] et membre de plusieurs délégations du gouvernement de la Tanzanie auprès des sommets des Nations unies tels, en 1995, le sommet mondial pour le développement social à Copenhague et la quatrième conférence mondiale sur les femmes à Pékin, puis l'année suivante, la conférence des Nations unies sur les établissements humains à Istanbul et le sommet mondial de l'alimentation à Rome, où elle est désignée coordinatrice pour l'Afrique orientale dans le réseau de sécurité alimentaire, commerce et développement durable. Elle est aussi membre du conseil d'administration de l'Unesco à partir de 1997[1].

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

En 1998, elle est nommée coordinatrice spéciale pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement.

En septembre 2000, elle est nommée par Kofi Annan directrice exécutive du Centre des Nations unies pour les établissements humains, qui devient sous sa direction le Programme des Nations unies pour les établissements humains (ONU-HABITAT ou PNUEH)[1]. Elle est élue par l'Assemblée générale de l'ONU comme directrice en juillet 2002, avec le titre de sous-secrétaire générale. Elle est alors la femme africaine occupant le rang le plus élevé dans le système des Nations unies après la vice-secrétaire générale de l'ONU, Asha-Rose Migiro, elle aussi tanzanienne. Réélue en 2006, elle continue d'assurer la direction de l'ONU-HABITAT jusqu'en 2010, date à laquelle lui succède Joan Clos.

En 2004, le premier ministre britannique Tony Blair invite Tibaijuka à faire partie de la Commission pour l'Afrique, qu'il a convoquée pour émettre des idées afin d'accélérer et de rendre durable la croissance et le développement de l'Afrique. La commission contenait 16 figures internationales, et a rendu son rapport en mars 2005[3].

En juin 2005, le secrétaire général l'envoie étudier l'impact des campagnes du gouvernement du Zimbabwe contre les squats et les campements sauvages[4]. En effet, les expulsions sont concentrées sur les zones plus favorables à l'opposition du Movement for Democratic Change, et beaucoup d'observateurs dénoncent une campagne politique [5]. Tibaijuka conclut dans son rapport que les opérations d'expulsions étaient injustifiées et violentes, mais non discriminatoires[6].

Vie politique en Tanzanie[modifier | modifier le code]

Elle est élue députée à l'Assemblée nationale le 31 octobre 2010. Le mois suivant, elle devient ministre des territoires, du logement et du développement des établissements humains[1]. Elle est limogée par le président Jakaya Kikwete en décembre 2014 pour avoir reçu 1 million de dollars de la part d'une entreprise, alors que le gouvernement fait face à des accusations de corruption généralisée par le secteur de l'énergie[7],[8].

En 2015, par 63% des voix, les autorités régionales du Chama Cha Mapinduzi décident de son investiture pour le siège parlementaire de Muleba South[9],[10]. Elle remporte l'élection et revient au parlement[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est veuve de Wilson Tibaijuka, un ancien ambassadeur, mort en 2000.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

2009: Récompense à Göteborg pour le développement durable[12]

Distinctions académiques[modifier | modifier le code]

Année Université Pays Distinction
2002 Université McGill Drapeau du Canada Canada Doctorat en environnement[13]
2004 Université Heriot-Watt Drapeau du Royaume-Uni United Kingdom Doctorat en construction[14]
2006 University College de Londres Drapeau du Royaume-Uni United Kingdom Doctorat en ingénierie[15]
2007 Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology Drapeau du Kenya Kenya doctorat honorifique en aménagement urbain[16]
2009 École des hautes études commerciales de Varsovie Drapeau de la Pologne Poland Honoris causa en économie[17]
2010 Catholic University of Eastern Africa Drapeau du Kenya Kenya doctorat honorifique en développement local et paix[18]
2010 Université Tongji Drapeau de la République populaire de Chine China Professeur honoraire[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) « Parliament of Tanzanie. Hon. Prof. Anna Kajumulo Tibaijuka », sur parliament.go.tz (consulté le 7 mars 2017)
  2. (en) Donald C. Williams, Global Urban Growth: A Reference Handbook: A Reference Handbook, ABC-CLIO, , 119– p. (ISBN 978-1-59884-442-9, lire en ligne)
  3. « Commission for Africa Is Launched by PM Tony Blair: Panel Discusses Brandt and Sets Development Agenda », GPF, (consulté le 20 février 2017)
  4. « Secretary-General appoints special envoy to review Zimbabwe's housing evictions », UN News Centre, (consulté le 20 février 2017)
  5. (en) « Tibaijuka walks into real politics », Daily Nation, (consulté le 20 février 2017)
  6. [1]
  7. (en) « Tanzania's Kikwete sacks Tibaijuka amid corruption row », sur bbc.com, (consulté le 7 mars 2017).
  8. (en) « Tibaijuka fired for graft », sur herald.co.zw, (consulté le 7 mars 2017).
  9. « Prof Anna K.Tibaijuka ashinda kwa kishindo kura za maoni za chama cha Mapinduzi jimbo la Muleba Kusini », sur annatibaijuka.org.
  10. (en) Tanzania Daily News, « Tanzania: Kagasheki, Tibaijuka Outshine Opponents in Preferential Elections », sur allafrica.com, (consulté en février 2017).
  11. (en) « Prof Anna Tibaijuka defends her seat as MP of Muleba south constituency in Tanzania Parliament in the 2015 Tanzania Election », sur annatibaijuka.org.
  12. (en) « Award Winner 2009 », Gothenburg Award for Sustainable Development, (consulté le 7 février 2013)
  13. (en) « Alphabetical List of Honorary Degree Recipients » [PDF], McGill University, (consulté le 7 février 2013)
  14. (en) « Heriot-Watt University Honorary Graduates » [PDF], Heriot-Watt University, (consulté le 7 février 2013)
  15. (en) « Dr Anna Tibaijuka, UN Under Secretary-General, to be awarded UCL honorary degree », UCL, (consulté le 7 février 2013)
  16. (en) « Address by Dr. Tibaijuka on being conferred an Honorary Degree by SABS » [PDF], UN–HABITAT, (consulté le 7 février 2013)
  17. (pl) « Doktorat horis causa Prof. Anna Kajumulo Tibaijuka », (consulté le 7 février 2013)
  18. (en) « Acceptance statement of Prof. Tibaijuka for the award of an honorary degree by the CUEA », UN–HABITAT, (consulté le 7 février 2013)
  19. (en) « Dr. Anna Tibaijuka appointed honorary professor », Tongji University, (consulté le 7 février 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]