Anna Patterson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anna Patterson devant la bibliothèque Olin de son université alma mater Washington à Saint-Louis .

Anna Patterson est ingénieure logiciel, vice-présidente de l'ingénierie chez Google, ayant contribué de manière majeure aux domaines des moteurs de recherche et de l'intelligence artificielle. Elle a cofondé Cuil ainsi que d'autres companies.[1]

Éducation[modifier | modifier le code]

Patterson reçoit sa licence d'informatique et celle de génie électrique de l'Université de Washington[2]. Elle option son doctorat à l'Université de l'Illinois à Urbana – Champaign[3] et travaille ensuite comme chercheuse à l'Université de Stanford (San Francisco) en intelligence artificielle, notamment en collaboration avec John McCarthy sur le Phenomenal Data Mining et avec Carolyn Talcott sur les démonstrateurs de théorèmes.[4]

Carrière[modifier | modifier le code]

Engagé par Google sur le projet d'OS mobile Android, Patterson est responsable d'une division de Google Play incluant la gestion des Livres et Recherche, Recommandations et Infrastructure afin de de planifier la forte croissance d'Android, passant de 40 millions de téléphones à plus de 800 millions de téléphones.[5]

Elle co-fonde Cuil, un moteur de recherche basé sur le clustering (qu'elle a créé après avoir quitté Google en 2007)[6] et a écrit Recall.archive.org (qui fait partie de Wayback Machine ), un moteur de recherche basé sur l'historique des pages de l'Internet Archive, permettant de mettre en évidence les tendances émergentes au fil du temps.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Patterson est lauréat du prix ABIE 2016[7], du fait de ses contributions majeures aux moteurs de recherche[6]. En 2017 elle est la fondatrice et Directrice Associée chez Gradient Ventures[8] et vice-présidente de l'ingénierie chez Google[5]. Elle siège également au conseil d'administration de Square Inc.[9] Elle était auparavant administratrice au Harvey Mudd College[10], au Mathematical Sciences Research Institute[11] et au National Engineering Council de l'Université de Washington à St. Louis[2].

Les références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 26 of the most powerful female engineers in 2016 », Business Insider
  2. a et b « Archived copy » [archive du ] (consulté le 3 février 2015)
  3. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 3 février 2015)
  4. « annap », formal.stanford.edu
  5. a et b (en) « Anna Patterson », makers.com
  6. a et b (en) Alexia Tsotsis, « Cuil Founder (And Former Googler) Anna Patterson Moves Back To Google », TechCrunch,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2018)
  7. (en-US) « Anna Patterson - Grace Hopper », (consulté le 7 septembre 2016)
  8. (en) Jordan Novet, « Google will invest in AI startups and send its engineers to help them out for up to a year », CNBC,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2018)
  9. « Square Names Anna Patterson, Founder and Managing Partner of Google’s Gradient Ventures, to Board of Directors »
  10. « 2016–2017 Members of the Board | Harvey Mudd College », www.hmc.edu
  11. « Anna Patterson », www.msri.org