Anna Laura Braghetti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anna Laura Braghetti
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (67 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité

Anna Laura Braghetti, née à Rome le , est une ancienne membre des Brigades rouges.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anna Laura Braghetti milite en faveur du Parti communiste italien pendant deux ans, puis se détourne en 1974 avant d'intégrer, trois ans plus tard, les Brigades rouges[1]. Elle fait partie de la section romaine des Brigades rouges ; elle est locataire de l'appartement de la via Montalcini, où était séquestré Aldo Moro en 1978[1]. Au cours de cet épisode, Braghetti, qui n'avait encore commis aucune infraction, sert de couverture aux trois autres complices qui partagent les lieux ; elle se présente comme la fiancée du prétendu « ingénieur Altobelli », le mystérieux comparse de cette opération qui, des années plus tard, est identifié comme Germano Maccari (it).

En 1978, après la fin tragique de la séquestration pour Moro, Braghetti entre dans la clandestinité et participe activement à certaines des opérations les plus sanglantes de la section romaine des Brigades rouges. En particulier, le 3 mai 1979 à Rome, lors de l'attaque du siège régional du parti Démocratie Chrétienne sur la piazza Nicosia (it), elle ouvre le feu avec Francesco Piccioni (surnommé Francone et dont le nom de guerre est Michele) sur la Squadra volante della Polizia di Stato (it) accourue après l'alerte. Deux agents perdent la vie au cours de cet attentat[1].

Le 12 février 1980, avec Bruno Seghetti (it), elle participe à l'assassinat de Vittorio Bachelet, vice-président du Conseil supérieur de la magistrature italien[2],[1]. La même année, elle est arrêtée le 27 mai puis condamnée à la prison à perpétuité[1]. En 1981, elle épouse Prospero Gallinari (it)[3]. Elle fait des études de littérature et d'histoire et rompt avec les Brigades rouges[1]. Elle ne bénéficie d'aucune remise de peine ; en 1994, elle est en semi-liberté[1] puis, en 2002, elle est en liberté conditionnelle.

Avec la journaliste Paola Tavella, elle écrit Le Prisonnier, 55 jours avec Aldo Moro, paru en 1999 en France. Le livre est librement adapté au cinéma sous le titre Buongiorno, notte en 2003[4]. En 2019, Gonzague Tosseri et Nicola Gobbi publient une bande dessinée biographique à son sujet : Rouge passé, histoire d'une rédemption[5].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Jozsef 1999.
  2. Tosseri et Béhoust 2019.
  3. « L'ex-Brigades rouges Prospero Gallinari est mort », L'Express,‎ (lire en ligne).
  4. François Quenin, « Les 55 derniers jours d'Aldo Moro », Historia, no 686,‎ (lire en ligne).
  5. Benjamin Roure, « Rouge passé », sur BoDoï, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage
  • Nicola Gobbi (scénario) et Gonzague Tosseri (dessin), Rouge passé, histoire d'une rédemption, Steinkis, , 170 p. (ISBN 9782368462638).
Articles
  • Eric Jozsef, « Portrait : Anna Laura Braghetti, 46 ans. Ex-brigadiste geôlière d'Aldo Moro, elle vit en semi-liberté et rêve d'une petite maison dans la prairie. Rouge passé », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Anna Laura Braghetti (interviewée) et Gian Antonio Stella, « Italie. L'affaire Moro, vue depuis la prison du peuple », Courrier International,‎ (lire en ligne). Accès payant
  • Gonzague Tosseri (interviewé) et Antoine Béhoust, « Anna Laura, brigadiste rouge sang », Casemate, no 129,‎ , p. 18-20.

Liens externes[modifier | modifier le code]