Anna Howard Shaw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anna Howard Shaw
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Albion College
Faculté de théologie de l'université de Boston (en)
Faculté de médecine de l'université de Boston (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Religion
Membre de
Distinctions

Anna Howard Shaw ( - ) est un médecin et suffragette américaine. Elle fut l'une des premières femmes ordonnées prêtre méthodiste aux États-Unis. Elle fut présidente de la National American Woman Suffrage Association.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Carrie Chapman Catt et Anna Howard Shaw en 1917

Anna Shaw est né à Newcastle-upon-Tyne, Royaume-Uni en 1847[1]. Quand elle a quatre ans, sa famille émigre vers les États-Unis et s'installe à Lawrence, dans le Massachusetts[2]. Lorsque Anna a douze ans, son père fait une demande de trois cent soixante acres de terre dans le désert du nord du Michigan et y emmène sa femme et ses cinq jeunes enfants[3].

Sa mère avait envisagé leur maison du Michigan comme une ferme anglaise avec « de grasses prairies couvertes de marguerites et un ciel ensoleillé ». Mais elle fut complètement bouleversée lors de leur arrivée en découvrant que c'était en réalité une cabane abandonnée et désolée, dans une nature sauvage à 40 miles du plus proche bureau de poste et 100 miles de la gare[3]. La famille était face aux dangers de la vie frontalière.

Anna est très active durant cette période, aidant ses frères à remettre en état la maison et soutenant sa mère dans ses moments de désespoir. Elle prend en charge plusieurs tâches physiques telles que creuser un puits, couper du bois pour la grande cheminée, abattre les arbres[3].

Voyant la souffrance émotionnelle de leur mère, Anna condamne l'irresponsabilité de leur père qui ne se rendait pas compte de la situation dans laquelle ils se débattaient pour survivre, ni de toutes leurs difficultés[3]. Alors que sa mère invalide était surchargée par le travail de la maison et les corvées, son père Lawrence pouvait librement dédier beaucoup de temps au mouvement « Abolition cause and big public mouvements of his Day »[3].

L'infortune de la famille empire lors de la guerre de Sécession, sa sœur Eleanor meurt en couches, et son frère Tom est blessé. À quinze ans, Anna Shaw devient enseignante. Ses frères aînés et son père se joignent à l'effort de guerre.

Elle utilise son salaire pour soutenir sa famille. Malgré tous ses efforts, chaque mois, le gouffre entre l'argent qui entrait et leurs dépenses s'élargissait.

Comme elle avait pris de la maturité, sa résolution d'aller au collège s’affirma.

Après la guerre de Sécession, elle abandonne son métier d'enseignante et part à Big Rapids dans le Michigan avec sa sœur Mary qui s'était mariée. Tandis qu'elle aurait préféré un travail plus lucratif comme creuser des fossés, elle est forcée de prendre un métier d'aiguille et devient couturière[3].

La prédicatrice méthodiste[modifier | modifier le code]

Sa carrière de prédication commence, inspirée par le Révérend Marianna Thompson, qui fut la première personne l'ayant soutenue dans sa poursuite d'éducation. Grâce à Thompson, Anna entre à l'École secondaire de Big Rapids  où la préceptrice, Lucy Pied, reconnaît ses talents et sa valeur. À l'âge de vingt-quatre ans, elle est invitée par le Dr Peck, un homme qui cherchait à ordonner une femme dans le ministère Méthodiste. Elle a d'abord hésité, parce que sa seule expérience précédente avait été “petite fille, de prêcher seule dans la forêt...à une congrégation d'arbres à l'écoute .” Avec les encouragements de Lucy Pied, du Dr Peck, et de son amie Clara Osborn, Anna Shaw accepte et donne son premier sermon dans le village d'Ashton situé dans le Civil township de Lincoln Township, Osceola County, Michigan (en). Malgré le succès de son premier sermon, sa nouvelle passion pour prêcher reçoit la désapprobation de ses camarades de classe, amis et famille, qui accepte de payer pour ses études collégiales seulement si elle abandonne la prédication. En dépit de ces continuelles oppositions et de son isolement, Anna choisit de continuer la prédication. Elle est “profondément touché” par Marie A. Livermore, éminente professeure qui est venue à Big Rapids. Mme Livermore lui a donné le conseil suivant: “si vous voulez prêcher, aller et prêcher...peu importe ce que les gens disent, ne les laissez pas vous arrêter!”

Les luttes pendant les années universitaires[modifier | modifier le code]

En 1873, Anna Shaw est acceptée à l'Albion College. Après ses études universitaires à l'Albion College, Anna Shaw est acceptée à la Boston University School of Theology (en) en 1876[4]. Elle est la seule femme dans une classe de quarante-deux hommes, et elle ressent toujours "l'insondable conviction qu'elle n'était pas vraiment acceptée." Cette attitude est encouragée par ses difficultés à se subvenir financièrement. Déjà vivant d'un maigre revenu, elle trouve qu'il est injuste que la " licence de prédicateurs leur donne droit à l'hébergement dans la résidence des étudiants pour un coût de 1,25 $, alors que pour elle il en coûte 2 $ pour payer le loyer d'une chambre à l'extérieur.” En outre, elle a du mal à trouver un emploi. Contrairement à Albion, où elle était “pratiquement la seule licenciée en prédication disponible”, à l'Université de Boston, il y avait beaucoup de prédicateurs en concurrence avec elle. Comme elle perd de l'argent pour payer le loyer, elle doit lutter pour se nourrir et ressent “le froid, la faim, et la solitude.” Cest à cette époque qu'elle commence à se demander si les conférences ministérielle de la profession sont bien conçues pour elle. Malgré ces difficultés, elle persiste . En 1880, après qu'elle et Annie Oliver sont refusées à l'ordination par l'Église Méthodiste Épiscopale, elle s'obstine et est ordonnée dans l’Église méthodiste.

Rôle dans le mouvement pour le droit de vote des femmes[modifier | modifier le code]

1896 photographie de Susan B. Anthony (au centre) et d'autres droits des femmes leaders. Shaw se trouve à la droite d'Anthony
Le Suffrage Congrès de l'Alliance avec Millicent Fawcett président, Londres, 1909. Rangée du haut de gauche à droite: Thora Dangaard (Danemark), Louise Qvam (Norvège), Aletta Jacobs (Pays-Bas), Annie Furuhjelm (Finlande), Madame Mirowitch (Russie), Käthe Schirmacher (Allemagne), Madame Honegger, non identifié. En bas à gauche: non identifié, Anna Bugge (Suède), Anna Howard Shaw (États-Unis), Millicent Fawcett (Président, Angleterre), Carrie Chapman Catt (États-Unis), F. M. Qvam (Norvège), Anita Augspurg (Allemagne).

Collaboration avec Susan B. Anthony[modifier | modifier le code]

En 1886, elle occupe le poste de présidente du service de délivrance des franchises de la Woman's Christian Temperance Union (WCTU). Sa tâche est de "travailler pour le droit de vote des femmes, puis d'utiliser le bulletin de vote pour obtenir une loi sur la protection des femmes et la tempérance.Toutefois son attention sur la tempérance se calme, car elle devient de plus fortement impliqué dans le mouvement des suffragettes en donnant de nombreuses conférences pour la Massachusetts Suffrage Association et, plus tard, l'American Woman Suffrage Association (AWSA).

Anna Shaw rencontre Susan B. Anthony en 1887. En 1888, elle assiste à la première réunion du Conseil international des femmes. Susan B. Anthony l'encourage à se joindre à la National Woman Suffrage Association (NWSA)[5]. Ayant accepté, Anna Shaw joue un rôle clef lorsque les deux associations de suffragettes fusionnent ; elle persuade l'AWSA de fusionner avec la NWSA d'Anthony et Elizabeth Cady Stanton, créant pour la première fois en deux décennies un semblant d'unité des organisations au sein du mouvement. En 1904 et pour les onze ans de la NAWSA, elle en devient la présidente. Sous sa direction, la NAWSA a constitué le "lobby national pour amendement constitutionnel accordant aux femmes le droit de vote."

Rév. Anna Shaw, 1894

Démission de la NAWSA[modifier | modifier le code]

Anna Howard Shaw, 1914

Au début du XXe siècle, Alice Paul et Lucy Burns, membres de la NAWSA, commencent à employer des militants techniques (par exemple, pour le piquetage de la Maison Blanche au cours de la première Guerre Mondiale) pour lutter pour le droit de vote des femmes. Ils ont, comme les autres membres, été inspirés par le succès des militantes suffragettes en Angleterre. En tant que président de la NAWSA, Anna Shaw subit des pressions pour appuyer ces tactiques. Néanmoins, elle soutient qu'elle est "de manière inaltérable opposée à l'activisme, Elle croyait que l'on n'obtenait rien de manière permanente et qui ne puisse avoir été plus facilement obtenue par des méthodes pacifiques." Elle reste adepte, avec Anthony, de la lignée philosophique qui va à l'encontre de tout militantisme tactique. En 1915, elle démissionne de son poste de présidente de la NAWSA ; elle est remplacée par son allié Carrie Chapman Catt.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Au cours de la Première Guerre mondiale, elle est présidente du Comité des Femmes du Council of National Defense (en) des États-Unis[6], où elle devient la première femme à être décorée de l'Army Distinguished Service Medal . Elle continue de donner des cours pour le suffrage, cause qui occupe les dernières années de sa vie.

Lors d'une apparition un mois seulement avant sa mort, à l'Université Baylor à Waco, au Texas, Anna Shaw a dit, "La seule façon de réfuter" l'argument que l'Amérique est une démocratie et, que par conséquent, les femmes ont le droit de vote était " prouver que les femmes ne sont pas des personnes." Elle a fini le discours en exhortant les femmes présentes à s'impliquer dans le mouvement pour le droit de vote des femmes.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Anna Howard Shaw a fait construire une maison au 240 Ridley Creek Rd., Media, pendant qu'elle était la présidente de la NAWSA (1904–1915) et y a vécu avec sa compagne Lucy Elmina Anthony (en), la nièce de Susan B. Anthony jusqu'à sa mort. Lucy et Anna étaient ensemble pendant 30 ans.

Anna Howard Shaw décède des suites d'une pneumonie chez elle, dans son domicile de Moylan, village dans le Nether Providence Township, township situé au centre du comté de Delaware, en Pennsylvanie[7]. Sa mort a lieu une année avant la ratification du Dix-neuvième amendement de la Constitution des États-Unis qui donne le droit de vote aux femmes dans l’ensemble de l’Union, pour lequel elle a tant milité[6]. Lucy était à ses côtés lors de son agonie[8].

Après ses funérailles, sa dépouille a été incinérée et ses cendres ont été remises à des membres de sa famille et de son cercle d'amis[9].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Autobiographie[modifier | modifier le code]

Héritage[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le 13 épisodes des quatre saisons de la comédie série 30 Rock sur la chaîne NBC, et le 71st épisode de la série Overall, sont nommés "Anna Howard Shaw Day". Le nom est basé sur la haine que Liz Lemon portait au jour de la saint Valentin, incitant à lui substituer la date d'anniversaire d'une leader des mouvements de suffragette. Anna Howard Shaw est dépeinte dans un film Iron Jawed Angels de Lois Smith en 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Shaw, Anna Howard (1847–1919) | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  2. (en) « Anna Howard Shaw | American minister », sur Encyclopedia Britannica (consulté le )
  3. a b c d e et f (en-US) Anna Howard Shaw, Elizabeth Garver Jordan, Carrie Chapman Catt et National American Woman Suffrage Association Collection (Library of Congress) DLC, The story of a pioneer, New York and London, Harper & brothers, (lire en ligne)
  4. (en-US) « Reverend Dr. Anna Howard Shaw (U.S. National Park Service) », sur www.nps.gov (consulté le )
  5. (en-US) « Anna Howard Shaw | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le )
  6. a et b (en-US) « Anna Howard Shaw », sur Michigan Women Forward (consulté le )
  7. (en-US) « Dr. Anna H. Shaw, Suffragist, Dies », sur archive.nytimes.com (consulté le )
  8. (en-US) Patricia Ward D'Itri, Cross Currents in the International Women's Movement : 1848-1948, Popular Press, , 267 p. (ISBN 978-0-87972-782-6, lire en ligne), p. 110
  9. (en-US) « Dr Anna Howard Shaw (1847-1919) - Mémorial Find a... », sur fr.findagrave.com (consulté le )
  10. (en-US) « Anna Shaw - Recipient - », sur valor.militarytimes.com (consulté le )
  11. (en-US) Wil A. Linkugel & Kim Giffin, « The Distinguished War Service of Dr. Anna Howard Shaw », Pennsylvania History: A Journal of Mid-Atlantic Studies, Vol. 28, No. 4,‎ , p. 372-385 (14 pages) (lire en ligne)
  12. (en-US) « Shaw, Anna Howard », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices dans des encyclopédies et manuels de références[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Wil A. Linkugel & Martha Solomon, Anna Howard Shaw: Suffrage Orator and Social Reformer, Greenwood Press, , 264 p. (ISBN 9780313263453, lire en ligne),
  • (en-US) Mary D. Pellauer, Toward A Tradition Of Feminist Theology: The Religious Social Thought Of Elizabeth Cady Stanton, Susan B. Anthony, And Anna Howard Shaw, Carlson Publishing, , 464 p. (ISBN 9780926019515, lire en ligne),
  • (en-US) Don Brown, A Voice From the Wilderness: The Story of Anna Howard Shaw, HMH Books for Young Readers, , 40 p. (ISBN 9780618083626, lire en ligne),
  • (en-US) Trisha Franzen, Anna Howard Shaw: The Work of Woman Suffrage, University of Illinois Press, , 296 p. (ISBN 9780252079627),

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Barbara R. Finn, « Anna Howard Shaw and Women's Work », Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 4, No. 3,‎ , p. 21-25 (5 pages) (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]