Anna Hazare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Kisan Baburao Hazare
Description de l'image Anna Hazare on 2nd Oct.JPG.
Nom de naissance Anna Hazare en 2014.
Alias
Anna Hazare
Naissance (83 ans)
Bhingar, Inde
Nationalité Drapeau de l'Inde Inde
Distinctions
Famille
Laxmibai Hazare (mère)
Baburao Hazare (père)

Kisan Baburao Hazare prononciation (marâthî : किसन बाबुराव हजारे, Kisan Bāburāv Hajārē [?]) (né le ), communément connu sous le nom d'Anna Hazare prononciation (marâthî : अण्णा हजारे, Aṇṇā Hajārē [?]; hindîअन्ना हज़ारे, Annā Hazārē [?])? est un militant politique indien connu notamment pour son rôle dans le mouvement anti-corruption indien de 2011 et en raison de son action locale de soutien au développement du village de Ralegan Siddhi dans l'État du Maharashtra. Il reçoit en 1992 le Padma Bhushan, la troisième décoration civile la plus importante d'Inde pour ses efforts visant à faire de Ralegan Siddhi un village modèle[2].

Le , il entame une grève de la faim pour faire pression sur le gouvernement indien afin qu'il promulgue des lois anti-corruption efficaces telles que présentées dans le projet de loi Jan Lokpal, une mesure visant à la création d'un poste d'ombudsman (lokpal) ayant le pouvoir suffisant pour mettre fin à la corruption gouvernementale. Le jeûne provoque des manifestations dans tout le pays en soutien à Hazare. Ce dernier interrompt sa grève de la faim le , un jour après que le gouvernement indien a accepté d'accéder à toutes ses demandes[3].

Déçu par la proposition de loi élaboré par le gouvernement, il relance ses actions début août ce qui lui vaut d'être mis en détention le 16[4],[5].

Selon le classement du quotidien indien Daily News and Analysis, Anna Hazare est la personne la plus influente de Bombay en 2011[6]. Certaines de ses positions sont critiquées, telles sa vision autoritaire de la justice, incluant la condamnation à la peine de mort des politiques corrompus et son soutien à la vasectomie forcée comme mesure de planning familial[7],[8].

Voir aussi : La face obscure du miracle indien, par Arundhati Roy, article rapporté dans ContreInfo du et "Znet", , mettant en évidence les relations troubles entre cet homme, ses objectifs et son rôle vis-à-vis des décideurs de son pays, industriels et financiers qui semblent le soutenir. On lui reproche également d'avoir fait flageller les buveurs d'alcools et jeter des cartons de cigarettes dans les brasiers lorsqu'il œuvrait au développement de Maharashtra et de compter parmi ses partisans le gourou Swami Ramdev, lequel considère l'homosexualité comme un « désordre moral » à soigner par le yoga[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un non-violent qui veut couper des mains », Courrier international, no 1069,‎
  2. « Padma Bhushan Awardees » (consulté le 10 avril 2011)
  3. (en) « India activist Anna Hazare ends hunger strike », BBC News,‎ (lire en ligne)
  4. Jeanne Leclercq, « Inde : héros anticorruption, Anna Hazare relance sa croisade », Rue89,‎ (lire en ligne)
  5. « Le leader de la lutte anticorruption arrêté », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  6. « The DNA power list: Top 50 influentials », DNA,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juillet 2011)
  7. Hartosh Singh Bal, « Spare Us the Gandhian Halo », The Open Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2011)
  8. Amit Varma, « The Rorschach Effect in Indian Politics », Yahoo!India,‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2011)
  9. Frédéric Robin, « Anna Hazare, le néogandhien qui fit trembler New Dehli », in Le Monde, jeudi 11 juillet 2013, page 8.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]