Anna Blaman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anna Blaman
BlamanJuliana.jpg
La reine Juliana et Anna Blaman en 1958.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
RotterdamVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Johanna Petronella VrugtVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Anna BlamanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée
Prix Multatuli (en) ()
Prix de prose de la ville d'Amsterdam ()
Prix Lucy B. et Cornelis W. van der Hoogt (d) ()
Prix P.C. Hooft ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Anna Blaman, de son vrai nom Johanna Petronella Vrugt, () est une écrivaine et poétesse hollandaise[1]. En tant que personnalité publique ouvertement homosexuel, elle aida à ouvrir des portes pour les lesbiennes néerlandaises[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Pieter Jacob Vrugt, propriétaire de quatre magasins de vélos[3], et Johanna Karolina Wessels, elle est née à Rotterdam[1]. Vrugt étudie le français et l'enseigne à l'école secondaire après ses études[4]. Vrugt passe la plupart de sa vie d'adulte dans la pension de sa mère[5], pension achetée après la mort de son père[3].

Elle commence à publier de la poésie dans les revues littéraires Criterium et Helikon. En 1941, elle publie son premier roman Vrouw en vriend (Femme et ami) suivi de Eenzaam avontuur (Aventure solitaire) en 1948. Dans les années 1950, elle publie De kruisvaarder (Le croisé) dans les années 1950 ainsi que deux livres de contes Ram Horna en 1951 et Overdag en 1957. Son roman Op leven en dood (Une question de vie ou de mort) sort en 1954[4]. Elle reçoit le Prix P.C. Hooft en 1956[4]. Son dernier roman De verliezers (Les perdants) reste inachevé, mais est quand même publié à titre posthume en 1974[4].

Son « nom de plume », Anna Blaman est peut-être dérivé du nom d'Alie Bosch, une infirmière qui s'occupa d'elle pour son problème rénal en 1936[3]. L'auteur tombe amoureuse de Bosch ; bien que Bosch la quitte pour vivre avec un professeur de danse, elles se retrouvèrent amicalement quelques années plus tard[5].

Vrugt meurt à Rotterdam à l'âge de 55 ans[1] d'une embolie cérébrale[5].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Le film hollandais des années 1990, Spelen de sterven (Lire ou mourir) est basé sur une de ses histoires[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

    • 1941 : Vrouw en vriend
    • 1943 : Ontmoeting met Selma
    • 1948 : Eenzaam avontuur
    • 1950 : De kruisvaarder
    • 1956 : In duizend vrezen, wagenspel
    • 1951 : Ram Horna en andere verhalen
    • 1951 : De doolhof. Roman door Anna Blaman, Antoon Coolen e.a.
    • 1954 : Op leven en dood
    • 1957 : Overdag en andere verhalen
    • 1957 : Het Costerman-oproer, wagenspel
    • 1959 : Het De Vletter-oproer, wagenspel
    • 1960 : De verliezers
    • 1963 : Verhalen, Anna Blaman over zichzelf en anderen
    • 1974 : Spelen of Sterven

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (nl) « Vrugt, Johanna Petronella (1905-1960) », Online Dictionary of Dutch Women
  2. Claude J Summers, Gay and Lesbian Literary Heritage, (ISBN 1135303991, lire en ligne)
  3. a b et c (nl) « Anna Blaman », sur Literatuurmuseum (consulté le 1er janvier 2019)
  4. a b c et d Jean Albert Bédé et Edgerton, William Benbow, Columbia Dictionary of Modern European Literature, (ISBN 0231037171, lire en ligne), p. 92
  5. a b et c Katharina M Wilson, An Encyclopedia of Continental Women Writers, vol. Volume 1, (ISBN 0824085477, lire en ligne), p. 1316
  6. (en) Anna Blaman sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]