Anna Bella Geiger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anna Bella Geiger
Anna Bella Geiger (UNTREF - Bienal Sur 2016).jpg
Naissance
Nationalité
Activités
Formation
Distinctions
Ordre national de la Croix du Sud
Ordre du Mérite culturel (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Anna Bella Geiger (née en 1933 à Rio de Janeiro au Brésil) est une artiste multidisciplinaire brésilienne d'ascendance judéo-polonaise[1],reconnue pour son travail, caractérisé par l’utilisation de différents médias.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Ostrowiec Świętokrzyski, en Pologne, les parents d'Anna Bella Geiger déménagent au Brésil dix ans avant sa naissance[2].

Anna Bella Geiger obtient d'abord un diplôme en littérature et en langue à l'Université fédérale de Rio de Janeiro, puis, dans les années 1950, elle étudie à l'art à l'Instituto Fayga Ostrower.

En 1954, elle s'installe à New York où elle suit des cours d'histoire de l'art du Metropolitan Museum of Art avant de repartir pour Rio de Janeiro, l'année suivante. En 1965, elle participe à un atelier libre de gravure au Museo de Arte Moderno, où elle côtoie d'autres élèves devenus des artistes réputés comme Ruth Bess et Anna Letycia Quadros. Elle commence à y enseigner trois ans plus tard.

Elle est retourne à New York en 1969 pour donne des cours à la Columbia University, avant de se réinstaller définitivement au Brésil en 1970[3]. Depuis, elle est professeure à l'Escola de Artes Visuais Parque Lage.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Connue comme peintre, Anna Bella Geiger abandonne ce support, au milieu des années 1960, pour expérimenter d’autres médiums plus aptes à rendre compte du contexte social, mouvementé de l'époque. Elle commence ainsi à intéresser aux films Super 8 et à la vidéo[4]. Jusqu'à là associée à l'art abstrait, Anna Bella Geiger, commence, dans les années 1970, à inclure des éléments figuratifs à ses œuvres. Sa pratique se diversifie grâce à la gravure photographique, le photomontage, l'assemblage, la sculpture et la vidéo.

Dans les années 1980, Anna Bella Geiger se concentre sur la peinture, puis, au début des années 1990, sur des images cartographiques moulées en métal et sur des constructions de boîtes à archives en fer incorporant des métaux tressés et des peintures à la cire chaude[1].

En plus de la peinture et de la gravure, son travail actuel combine l'art de l'installation et la vidéo. À Rio de Janeiro en 2006, l'artiste met au point l'installation Circé, qui comprend un modèle réduit de ruines de l’Égypte ancienne et une vidéo de performance; l'installation est recréée en 2009[5].

En 1987, Anna Bella Geiger publie, avec le professeur et critique d’art Fernando Cocchiarale l'ouvrage : Abstracionismo Geometrico e Informal: a vanguard brasileira nos anos cinquenta[6] (Abstraction géométrique et informelle : l'avant-garde brésilienne dans les années 1950).

En 2005, les travaux de l'artistes sont inclus dans la revue électronique Confraria do Vento, publiée par Márcio-André, Victor Paes et Ronaldo Ferrito, en collaboration avec le département d'études supérieures de l'Université fédérale de Rio de Janeiro.

En 1983, Anna Bella Geiger devient membre de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation.

Collections[modifier | modifier le code]

Les œuvres d'Anna Bella Geiger sont présentes dans les collections du Museum of Modern Art de New York[7], du Victoria and Albert Museum de Londres[8], du musée national d'Art moderne - Centre Georges-Pompidou à Paris, du le musée Fogg de Cambridge, de la Fondation Getty à Los Angeles, du Museu Serralves à Porto, du Frankfurter Kunstverein, de Francfort-sur-le-Main, du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía à Madrid, du Museum of Contemporary Art de Chicago et du National Museum of Women in the Arts à Washington.

Expositions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en-US) Benjamin Genocchio, « International Perspectives on Being Polish », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 juin 2019)
  2. (en) « Anna Bella Geiger: Sami strzeliliśmy sobie w stopę [wywiad] », sur Culture.pl (consulté le 30 juin 2019)
  3. (pt-BR) Instituto Itaú Cultural, « Anna Bella Geiger », sur Enciclopédia Itaú Cultural (consulté le 30 juin 2019)
  4. Damarice Amao, « Anna Bella Geiger », AWARE : Archives of Women Artists, Research and Exhibitions,‎ (lire en ligne)
  5. Zucca Productions: Circe, retrieved 10 March 2011
  6. (en) « Fernando Cocchiarale », sur BRAZIL, (consulté le 30 juin 2019)
  7. (en) « Anna Bella Geiger », sur www.moma.org/ (consulté le 30 juin 2019)
  8. (en) « The Eye [Olho] | Geiger, Anna Bella | V&A Search the Collections », sur V and A Collections, (consulté le 30 juin 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Shtromberg, Elena. (2016); Art Systems: le Brésil et les années 1970 (University of Texas Press)
  • Sansi-Roca, Roger (2007); Fétiches et monuments: l'art et la culture afro-brésiliens au 20e siècle ; Livres Berghahn, New York (ISBN 978-1-84545-363-3)
  • Ministerio da Cultura (2008); Anna Bella Geiger . BrasilArte Contemporânea. Arco Madri le .
  • Navas, Adolfo M. (2007); Anna Bella Geiger: Situations de passeurs terrestres ; Casa Da Palavra (ISBN 85-7734-040-6)
  • Butler, Cornelia; Mark, Lisa Gabrielle (2007) Wack !: L'art et la révolution féministe MIT Press (ISBN 978-0-914357-99-5)
  • Amaral, Aracy A .; André Toral (2005); Arte e sociedade no Brasil ; São Paulo: Callis (ISBN 85-98750-02-6)
  • Sullivan, Edward; Ramirez, MariCarmen (2004); "Utopies inversées: l'art d'avant-garde en Amérique latine". Yale University Press (ISBN 978-0-300-10269-7) .
  • Heller; Jules; Heller, Nancy G. (1997) Femmes artistes du vingtième siècle en Amérique du Nord: Dictionnaire biographique (Bibliothèque de référence des sciences humaines Garland) Routledge (ISBN 0-8153-2584-3)
  • Puerto, Cecilia (1996); Artistes femmes latino-américaines, Kahlo et Look Who Else: une bibliographie sélective et annotée (collection de références artistiques) Greenwood Press (ISBN 0-313-28934-4)
  • Brazil Ministério das Relações Exteriores (1980); Biennale Di Venezia '80: Antonio Dias, Anna Bella Geiger, Paulo Roberto Leal, Carlos Vergara Ministério das Rela¸ões Exteriores, Brasil

Liens externes[modifier | modifier le code]