Années sida en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les années sida recouvrent en France la période (1983-1995) de développement de l'épidémie de sida, depuis la découverte de l'agent causal jusqu'à la mise au point de traitements, trithérapies, qui ont permis de réduire considérablement la mortalité.

Histoire[modifier | modifier le code]

La dénomination « années sida » apparaît en mars 1990 dans une rubrique du magazine Le Gai Pied Hebdo tenue d'abord par Frank Arnal puis par Pierre Kneip, fondateur de l'association Sida Info Service. Au cours de ces treize années, l'épidémie a fait environ 30 000 victimes[1]. La maladie a davantage concerné les hommes ayant des rapports homosexuels, les usagers de drogue injectable, respectivement 46 % et 24 % des cas, et les personnes hémophiles ou transfusées[2].

Les polémiques autour de la découverte du VIH, l'affaire du sang contaminé, les actions du mouvement Act Up-Paris illustrent ces années.

Situées à la fin du XXe siècle, dans le contexte de la mondialisation, de l'arrivée de la gauche au pouvoir en France, les années sida marquent pour certains auteurs une rupture politique, sociale[3],[4] ou philosophique[5].

D'un point de vue artistique, les principales œuvres de la période décrivent l'avancée de la maladie et la course contre la mort. Elles abordent les thèmes de l'homosexualité, de l'existence et parfois de la spiritualité[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]