Années potentielles de vie perdues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les probabilités et la statistique
Cet article est une ébauche concernant les probabilités et la statistique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Les années potentielles de vie perdues est une statistique de l'OCDE qui mesure le nombre d'années d'espérance de vie qui ont été perdues du fait d'un décès prématuré. Elle représente une alternative à la mesure du taux de mortalité qui renforce le poids relatif des décès survenus sur des personnes jeunes.

En anglais, elle est nommée years of potential life lost (YPLL) ou potential years of life lost (PYLL).

Une autre statistique usuelle dans ce domaine est la mesure de l'espérance de vie corrigée de l'incapacité.

Méthode de calcul[modifier | modifier le code]

La méthode de calcul usuelle pour les pays de l'OCDE consiste à retenir une espérance de vie de 75 ans. Les décès avant 75 ans sont pris en compte suivant la différence entre l'âge du décès et 75 ans. Les décès après 75 ans sont ignorés dans le calcul. Le taux est obtenu ensuite en divisant par l'effectif de la population de moins de 75 ans[1],[2].

Valorisation de la vie humaine[modifier | modifier le code]

Les années potentielles de vie perdues sont une donnée utilisée pour mesurer la valorisation de la vie humaine servant à évaluer l’impact de dépenses, d'investissements ou de réglementations publiques sur le risque décès, les autorités publiques déterminant le budget optimal à consacrer à chaque projet par une analyse avantages-coûts. Cette valorisation fait l’objet d’une littérature académique théorique et empirique abondante[3],[4],[5]. Les études s'appuient sur la notion de capital humain mesurant la valeur d’une vie humaine à partir de sa contribution au bien-être de la société. Cette valorisation se calcule ainsi en termes de revenu et de production et de probabilité de PYLL. Une autre approche consiste à évaluer la disposition à payer (en) (concept formulé par Jacques Drèze (en) en 1962[6], montant qu’une personne est prête à payer pour diminuer son exposition au risque[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Taux des années potentielles de vie perdues selon la cause, Eco-Santé Québec , 2009.
  2. Potential years of life lost
  3. (en) Liu, J.T., J.K. Hammitt et J.L. Liu, « Estimated Hedonic Wage Function and Value of Life in a Developing Country », Economics Letters, vol. 57, no 3,‎ , p. 353-358 (DOI 10.1016/S0165-1765(97)00238-3)
  4. (en) Bowland, B.J. et J.C. Beghin, « Robust Estimates of Value of a Statistical Life for Developing Economies », Journal of Policy Modeling, no 23,‎ , p. 385–396 (DOI 10.1016/S0161-8938(01)00072-2)
  5. (en) Viscusi, W.K. et J.E. Aldy, « The Value of a Statistical Life: A Critical Review of Market Estimates Throughout the World », Journal of Risk and Uncertainty, no 27,‎ , p. 385–396 (DOI 10.1023/A:1025598106257)
  6. Jacques Drèze, « L’utilité sociale d’une vie humaine », Revue française de recherche opérationnelle, no 1,‎ , p. 93-118
  7. Georges Dionne, Martin Lebeau, « Le calcul de la valeur statistique d’une vie humaine », L'Actualité économique, vol. 86, no 4,‎ , p. 487-530 (DOI 10.7202/1005680ar)