Années 850

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

VIIIe siècle | IXe siècle | Xe siècle

Années 830 | Années 840 | Années 850 | Années 860 | Années 870

850 | 851 | 852 | 853 | 854 | 855 | 856 | 857 | 858 | 859


Évènements[modifier | modifier le code]

Les voyages et les territoires dominés par les Vikings.
  • 850-900 : deuxième phase de l’âge des Vikings. Après les premiers tâtonnements, et ayant pris la mesure de la vulnérabilité de leurs adversaires, les Vikings organisent leurs expéditions dans des buts de conquête pure et simple (Danois et Norvégiens), de prise de pouvoir (Suédois), voire d’installation à demeure (Islande)[3]. Dans les zones côtières désertées de l'empire carolingien, les Vikings finissent par s’installer à demeure afin de pousser leurs raids plus loin dans les terres. Ils créent leurs premiers établissements permanents à l’embouchure de l’Escaut (Walcheren), de la Loire (Noirmoutier) et de la Seine (Jeufosse), qui leur permettent de rester plusieurs années en campagne, attaquant les villes fortifiés. Ils n’épargnent aucune province. En 859 Hasteinn et Björn Côte de fer lancent le premier raid en Méditerranée. Ils attaquent l'émirat de Cordoue et les côtes du Maroc, puis remontent le Rhône. En Italie, ils pillent le port de Luni (859-860).
  • Vers 850 :
    • les Dia Ogo, dynastie peul qui serait venus du Hodh en traversant le Tagant, fondent le royaume de Tekrour au Sénégal[5],[6].
    • en Éthiopie, la tradition attribue au roi légendaire Del-Naod la construction du monastère de Saint-Étienne sur une île du lac Haïk, dans l’Amhara[7]. Il le dote richement et le peuple de trois cents ecclésiastiques venus d’Aksoum. Lui-même bâtit son palais à proximité. Des constructions archaïques, sobrement sculptées, ont été découvertes.
  • Vers 850-860 : des souverains qui prétendent descendre du roi Sanjaya (règne estimé 732-778) dans le centre de Java créent un nouveau royaume de Mataram au détriment des Çailendra qui se retirent à Sumatra[8].


Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ch Erismann, L'homme commun : la genèse du réalisme ontologique durant le haut Moyen âge, Paris, Vrin, , 459 p. (ISBN 978-2-7116-2331-0, présentation en ligne)
  2. a et b Ferdinand Lot, Naissance de la France, Librairie Arthème Fayard,, , 864 p. (lire en ligne)
  3. Régis Boyer, « Les Vikings et leur civilisation : les mystères qui subsistent sur ces questions », Comptes-rendus des séances de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, vol. 133, no 3,‎ , p. 782-803 (présentation en ligne)
  4. Jean Flori, La Première croisade, Éditions Complexe, , 287 p. (ISBN 978-2-87027-867-3, présentation en ligne)
  5. Tidiane N'Diaye, La longue marche des peuples noirs=, Éditions Publibook, , 293 p. (ISBN 978-2-7483-0021-5, présentation en ligne)
  6. Séga Seckou Sagna, Colons français et chefs musulmans du Haut et du Bas-Sénégal à l'épreuve du : jihad Fi Sabilil-Lâh, Paris, Éditions L'Harmattan, , 300 p. (ISBN 978-2-343-22044-4, présentation en ligne)
  7. Jean Doresse, L'empire du Prêtre-Jean : L'Éthiopie médiévale, Plon, (présentation en ligne)
  8. Jeannine Auboyer et Louis Frédéric, Les arts de l'Asie orientale et de l'Extrême-Orient=, Presses universitaires de France, , 144 p. (ISBN 978-2-7059-0846-1, présentation en ligne)
  9. René Grousset, L’Empire des steppes, Attila, Gengis-Khan, Tamerlan, Paris, Payot, (lire en ligne)
  10. Revue de Bretagne et de Vendée, vol. 2, J. Forest ainé, (présentation en ligne)