Années 300 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ve siècle av. J.-C. | IVe siècle av. J.-C. | IIIe siècle av. J.-C.

../.. | Années 320 av. J.-C. | Années 310 av. J.-C. | Années 300 av. J.-C. | Années 290 av. J.-C. | Années 280 av. J.-C. | ../..

309 av. J.-C. | 308 av. J.-C. | 307 av. J.-C. | 306 av. J.-C. | 305 av. J.-C. | 304 av. J.-C. | 303 av. J.-C. | 302 av. J.-C. | 301 av. J.-C. | 300 av. J.-C.


Événements[modifier | modifier le code]

Les peuples d'Europe occidentale vers 300 av. J.-C.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Cavalier scythe, Pazyryk, env. 300 av. J.-C.
  • Introduction de la cavalerie et des tactiques des tribus nomades (Scythes) dans les États du Nord de la Chine (Qin, Yan et Zhao) à la fin du IVe siècle av. J.-C. Le roi de Zhao (Tchao) crée en 307 av. J.-C. un corps d’archers à cheval à l’imitation des tribus nomades de la boucle des Ordos et de la steppe mongole. La cavalerie ne sera jamais très importante (5 000 à 10 000 cavaliers pour les plus puissants royaumes à la veille de l’unification impériale. L’infanterie constitue alors l’essentiel des troupes, comptant des centaines de milliers d’hommes. Il semble, d’après les chiffres très élevés que fournissent les textes, que presque toute la population mâle en âge de porter les armes soit incorporée dans les armées au titre de fantassins. Le royaume de Qin est le premier à avoir institué au IVe siècle un système d’enrôlement obligatoire pour tous les sujets. Au contraire, là où subsistent des mœurs nobles héritées de l’époque des Hégémons, les grands se constituent une milice personnelle.
  • En Chine, avec l’apparition de la cavalerie, le pantalon remplace la grande robe des classes nobles. Son usage se généralisera chez les gens du peuple.
  • La période hellénistique ouvre une véritable course aux armements navals. Des bateaux gigantesques sont construits (Philopator construit des vaisseaux à quarante rangs de rameurs) et des flottes de trières et pentères se multiplient : Ptolémée Ier Sôter a des escadres de 150 à 200 unités, Antiochos III de cent navires pontés et de deux cents légers. Les batailles deviennent plus lourdes et moins subtiles, en raison des difficultés de manœuvre.
  • L’armée hellénistique est héritée de celle d’Alexandre : la phalange en est la force principale, la cavalerie joue un rôle plus important qu’à l’époque classique. Ce sont des corps légers (amphippes, acontistes à cheval) mais aussi des cuirassés, imités des Perses (cataphractaires). Les Séleucides utilisent des chars à faux à la mode iranienne. Les éléphants deviennent un élément indispensable de la force de frappe. L’armement varie peu : sarisse du phalangiste, épée courte ne frappant que d’estoc, casque, cuirasse à lambrequins, bouclier macédonien convexe. Le bouclier ovale des Galates se répand en Orient parmi les mercenaires. Les cavaliers adoptent une rondache plate, originaire d’Italie et rapportée probablement par Pyrrhus Ier. Les souverains disposent de cantonnements fixes pour le stationnement et l’instruction des troupes : à Pella, le roi de Macédoine a un haras de 30 000 juments et de 300 étalons. À Apamée-sur-l'Oronte, les Séleucides entretiennent 500 éléphants.

Géographie et voyage[modifier | modifier le code]

  • Vers 303-297 av. J.-C. : Séleucos Ier envoie le géographe Mégasthène en ambassade auprès du roi Chandragupta Maurya. Celui-ci réside à la cour maurya, à Pataliputra (Patna), et rédige un rapport détaillé de l’Inde, aujourd’hui perdu, connu partiellement par des citations d’auteurs grecs et latins. Ce document constitue la première description de l’Inde par un étranger. Mégasthènes admire particulièrement Chandragupta pour son administration énergique de la justice, qu’il rend en personne au cours de séances publiques. Le souverain réside dans un palais gigantesque mais vit dans la crainte d’être assassiné. Sa capitale Pataliputra est une grande et belle cité, entourée d’une muraille en bois, administrée par un conseil de trente membres responsables de la vie économique et sociale. Mégasthènes rapporte qu’il existe dans l’empire sept corps de métiers (philosophes, cultivateurs, bergers, artisans, soldats, espions, conseillers) et un grand nombre d’agents de l’État.

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • 301 av. J.-C. : le philosophe stoïcien Zénon de Cition fonde l’école du portique (Stoa) à Athènes.
  • 306 av. J.-C. : Épicure fonde l’école du jardin à Athènes. Il y professe une doctrine qui comporte une théorie de la connaissance sensualiste (canonique), une cosmologie atomiste, matérialiste et mécaniste (physique) et une morale hédoniste.

Notes et références[modifier | modifier le code]