Années 250 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

IVe siècle av. J.-C. | IIIe siècle av. J.-C. | IIe siècle av. J.-C.

../.. | Années 270 av. J.-C. | Années 260 av. J.-C. | Années 250 av. J.-C. | Années 240 av. J.-C. | Années 230 av. J.-C. | ../..

259 av. J.-C. | 258 av. J.-C. | 257 av. J.-C. | 256 av. J.-C. | 255 av. J.-C. | 254 av. J.-C. | 253 av. J.-C. | 252 av. J.-C. | 251 av. J.-C. | 250 av. J.-C.


Événements[modifier | modifier le code]

  • Vers 250 av. J.-C. :
    • Développement de la ville de Djenné-Djenno au Mali, la plus vieille cité d’Afrique de l’ouest, à partir d’un petit groupe de huttes rondes en glaise, occupées par un peuple connaissant le fer. Ce centre cosmopolite, découvert en juillet 1983, atteint 10 000 habitants environ vers l’an 800 et sera mystérieusement abandonné vers 1400.
    • L’extension de Qin en Chine est contenue quelque temps par l’alliance des six autres puissances. Mais celle-ci ne dure que 15 ans, et Qin annexera progressivement ses voisins.
    • Premiers sites urbains sur le continent en Asie du Sud-Est : fortifications de Co Loa, au Viêt Nam du Nord.
    • La Bactriane est indépendante des Séleucides. Fondation du royaume gréco-bactrien.
    • L'empereur indien Ashoka fait du bouddhisme la religion d’état, vers cette époque. Ashoka unifie l’Inde, s’en fait le moralisateur et instaure la sécurité sur le territoire.
    • Fondation de la ville de Patan au Népal.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

  • Pile électrique de Bagdad.
  • Ératosthène conçoit la sphère armillaire.
  • Hipparque de Nicée, astronome : il améliore le système géocentrique en perfectionnant la théorie des excentriques et des épicycles. Il dresse dans son observatoire de Rhodes une carte du ciel où il catalogue plus de 800 étoiles fixes, et comparant les résultats avec ceux des Chaldéens, il découvre la précession des équinoxes. Il calcule avec une précision notable l’obliquité de l’écliptique, la distance de la terre à la lune, la durée de l’année solaire. Il pose les fondements de la trigonométrie en instaurant la division du cercle en 360 degrés divisés en minutes et secondes. Il invente également un dioptre et un astrolabe.
  • Système d'irrigation de Dujiangyan : creusement d’un canal d’irrigation entre les cours de la Jing et de la Luo, parallèlement à la rivière Wei (Shaanxi). À l’origine fruit d’une machination du prince de Han afin d’affaiblir les Qin par de grands travaux, cet ouvrage contribuera à l’essor de l’État de Qin. Ces grandes réalisations, créées au départ pour approvisionner les armées, provoquent l’accroissement des productions agricoles et de la démographie (de 10 à 50 millions d’habitants pendant la période des Zhou orientaux).

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • Série des piliers d’Ashoka, monuments commémoratifs bouddhiques d’art indo-perse. Leurs inscriptions sont des édits qui nous renseignent sur la politique et les instructions que l’empereur adresse à ses fonctionnaires. Dans ces inscriptions, son nom n’apparaît que sous les titres de « Bienveillant » (Piyadassi) et « Aimé des dieux » (Devabampîya). Elles sont gravées en dialectes locaux pour être comprises de tous. À Kandahar, on a découvert en 1957 une inscription en deux langues (grec et araméen), ce qui indique que ces langues étaient alors parlées dans la région.
  • Apparition de l'écriture kharosti en Inde.
  • Chroniques d’Égypte (Aiguptiaka), de l’historien égyptien Manéthon, prêtre d’Héliopolis, écrites en grec. Elles retraçaient l’histoire des souverains et pharaons égyptiens des origines à Alexandre le Grand. Manéthon y donnait le classement en trente dynasties conservé par les historiens modernes.
  • Histoire de Sicile et Histoire de Pyrrhus de Timée de Tauroménion. Chassé de Sicile par Agathocle, il se réfugie à Athènes et y reste cinquante ans à écrire son œuvre avant de rentrer en Sicile sous Hiéron II.
  • Apparition à Athènes de la poterie en relief dite de type mégarien à décor végétal puis à partir du dernier quart du siècle à décor figuré. Les centres de fabrications se multiplient (Pergame, Corinthe, Argos, Grande-Grèce, etc.) et la production est massive jusque vers -100.
  • Apogée de l’art celte : petits objets métalliques utiles, ornés de lignes schématiques (motifs animaux ou végétaux), presque abstraites (spirales, courbes et contre-courbes). La grande sculpture monumentale se développe dans le sud de la Gaule.

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Les mariages mixtes se multiplient en Égypte, en Syrie et en Babylonie à partir de 250 av. J.-C.. En Égypte, les clérouques (mercenaires obtenant un lot de terre en échange de leurs services) grecs et macédoniens adoptent de plus en plus le mode de vie, les usages et les dieux indigènes. Mais dans les villes l’hellénisation est irrémédiable, surtout parmi les commerçants et les fonctionnaires. Une élite indigène parlant grec, s’habillant à la grecque et adoptant les us et coutumes grecs apparaît.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Marie Duval, Venceslas Kruta, L'Art celtique de la période d'expansion, IVe et IIIe siècles avant notre ère : actes du colloque, Librairie Droz, (ISBN 9782600033428, présentation en ligne)