Anita Layton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anita Layton
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
UniversitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Directeurs de thèse
Kenneth Ronald Jackson (d), Christina Christara (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Anita Tam Layton (1973 - ) est une mathématicienne canadienne originaire de Hong-Kong[1]. Ses recherches sont orientées sur l'application des mathématiques aux systèmes biologiques.

Jeunesse et éducation[modifier | modifier le code]

Anita Tam Layton naît à Hong Kong, son père est professeur de mathématiques. Elle commence des études de physique à l'université Duke aux Etats-Unis avant de se tourner vers l'informatique[2]. Elle obtient son diplôme en 1994. Elle obtient un doctorat de l'Université de Toronto en 2001 après avoir défendu sa thèse en mathématiques sur la prévision numérique météo : High-Order Spatial Discretization Methods for the Shallow Water Equations[3].

Carrière et Recherches[modifier | modifier le code]

Anita Layton commence sa carrière en tant que professeure de mathématiques Robert R. et Katherine B. Penn à l'Université Duke, où elle a également occupé des postes au département de génie biomédical et au département de médecine.

Elle est titulaire d'une Chaire de recherche Canada 150 en biologie mathématique et médecine à l'Université de Waterloo[4]. Une bourse de 350 000 USD par an pendant sept ans soutiendra ses recherches sur la modélisation mathématique et informatique de la dynamique du flux sanguin et de la fonction rénale. Depuis 2018, elle est également professeure au département de mathématiques appliquées de l'université[5].

Le principal domaine de recherche d'Anita Layton est la modélisation de la biologie et de la médecine. Elle travaille avec des physiologistes et des cliniciens pour formuler des modèles informatiques détaillés de la fonction rénale, qu'elle utilise pour comprendre les impacts du diabète et de l'hypertension sur la fonction rénale et l'efficacité de nouveaux traitements thérapeutiques. Ses travaux de modélisation ont contribué à résoudre un mystère que ne parvenait pas à élucider la physiologie classique : comment se fait-il que les reins des mammifères produisent une urine beaucoup plus concentrée que le plasma sanguin ?

Constatant que seuls 20% des majors en mathématiques de Duke sont des femmes, elle crée un programme de mentorat entre étudiantes en mathématiques junior et senior.

Publications[modifier | modifier le code]

Layton a publié près de 200 articles de recherche, dont[6] :

  • Mathematical Modeling in Renal Physiology. Anita Layton et Aurélie Edwards (Springer, Lecture Notes on Mathematical Modeling in the Life Sciences, 2014).
  • Numerical methods for fluid-structure interaction—a review - G Hou, J Wang, A Layton - Communications in Computational Physics, 2012
  • A numerically efficient and stable algorithm for animating water waves. AT Layton, M van de Panne - The Visual Computer, 2002
  • High-order multi-implicit spectral deferred correction methods for problems of reactive flow. A Bourlioux, AT Layton, ML Minion. Journal of Computational Physics 189 (2), 651-675

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Canada announces 24 scholars recruited worldwide, many from top American universities », sur www.insidehighered.com (consulté le )
  2. (en) « How Can Math Be Used to Keep us Healthy and Safe? », sur Department of Mathematics (consulté le )
  3. « Anita Layton - The Mathematics Genealogy Project », sur mathgenealogy.org (consulté le )
  4. Chaires de recherche Canada 150, « Chaires de recherche Canada 150 », sur www.canada150.chairs-chaires.gc.ca, (consulté le )
  5. (en) « Canada 150 Research Chair joins Department of Applied Mathematics », sur Applied Mathematics, (consulté le )
  6. « Anita Layton », sur scholar.google.com (consulté le )
  7. (en-US) « Dr. Anita Layton to receive the 2021 Krieger-Nelson Prize », sur CMS-SMC (consulté le )