Anise Postel-Vinay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anise Postel-Vinay
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Anise Angèle GirardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Conjoint
André Postel-Vinay (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Membre de
Lieux de détention

Anise Angèle Postel Vinay dite Anise Postel-Vinay, née Girard le dans le 16e arrondissement[1] de Paris et morte le à Paris[2], est une déportée résistante française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anise Postel-Vinay est la fille de Louis-Lucien Girard, ORL[3], médecin pendant la Première Guerre mondiale et de Germaine Riss[2]. Elle faisait partie de la section neutre de la Fédération française des Eclaireuses[3]. Elle obtient son baccalauréat au lycée Molière à Paris[4], puis elle entreprend des études d’allemand à la Sorbonne[2].

À l'âge de 19 ans, elle intègre un réseau du Secret Intelligence Service[2]. Elle est notamment chargée de relever les positions des bunkers allemands autour de Paris. Ces renseignements étaient « traduits en anglais, photographiés, miniaturisés et envoyés à Londres », cachés dans des « fonds de boîtes d'allumettes »[2]. Anise Postel-Vinay découvre ultérieurement que le traducteur, « ce camarade qui savait si bien l'anglais, qui traduisait et transmettait les documents au photographe, c'était Samuel Beckett »[3].

Elle est arrêtée pour faits de résistance le à l’âge de 20 ans. Emmenée au siège de la Gestapo n° 11 rue des Saussaies, elle est incarcérée à la prison de la Santé, puis transférée à la prison de Fresnes[2]. Elle passe une année à Fresnes, puis elle est déportée à Ravensbrück le . Elle fait la connaissance dans le train de déportation de l'ethnologue Germaine Tillion[5], puis au camp, de Geneviève de Gaulle[2] et se lie avec ces deux femmes. Elle est employée à l'« atelier de fourrure », c'est-à-dire qu'elle découd les ourlets de manteaux des déportés pour y trouver d'éventuels objets de valeur[2].

Elle est libérée le par la Croix-Rouge suédoise[2]. À son retour à Paris, elle apprend la mort de sa sœur, Claire Girard. Cependant, son frère est rescapé de Buchenwald et son père du camp de concentration de Dora.

Années d'après-guerre[modifier | modifier le code]

Elle épouse le le haut fonctionnaire André Postel-Vinay, lui-même ancien résistant et compagnon de la Libération[6]. Ils ont quatre enfants : le journaliste Olivier Postel-Vinay, Daniel, l'historienne Claire Andrieu et Cyril[7].

Elle participe aux activités d'associations d'anciens déportés, notamment l'ADIR dont elle a été secrétaire générale[8] et contribue aux trois ouvrages publiés par Germaine Tillion sur le camp de Ravensbrück, notamment Ravensbrück[9] et Une opérette à Ravensbrück[10]. Elle est cofondatrice de l'association Germaine Tillion, et en est la première secrétaire générale[11]. Elle anime l'Association pour l’étude des assassinats par gaz sous le régime national-socialiste (ASSAG).

Elle assiste aux obsèques nationales au Panthéon de Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay, le . Le président François Hollande la mentionne dans son discours[12], évoquant une « femme sublime » et « sœur de souffrance et d’espérance » des deux résistantes entrées au Panthéon[2].

Elle publie en 2015 un récit biographique et de témoignage sur sa déportation, Vivre, avec Laure Adler[2].

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Germaine Tillion,  » Verfügbar » à Ravensbrück », sur www.resistances-morbihan.fr (consulté le )
  2. a b c d e f g h i j et k Antoine Flandrin, « La résistante Anise Postel-Vinay est morte », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. a b et c Vivre, Anise Postel-Vinay, Laure Adler, Grasset, 2015.
  4. Bulletin 2021 de l’Association amicale des anciens et anciennes élèves du lycée Molière, 2021, p. 18-19.
  5. Alicia Paulet, « Anise Postel-Vinay : «Germaine Tillion était une personne généreuse» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. [hommage] Laurent Douzou, « André Postel-Vinay », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « Biographie André Postel-vinay Inspecteur général des finances honoraire », sur www.whoswho.fr (consulté le )
  8. Anne-Marie Pavillard, « Les archives de l'Association nationale des déportées et internées de la Résistance (ADIR) à la BDIC », Histoire@Politique, vol. 5, no 2,‎ , p. 10 (lire en ligne, consulté le ).
  9. Anise Postel-Vinay, « Les Exterminations par gaz à Hartheim », in Ravensbrück, Paris, Le Seuil, 1988, (ISBN 2-02-010157-2) notice du Sudoc [lire en ligne].
  10. Catherine Viollet, « Germaine Tillion, Le Verfügbar aux Enfers. Une opérette à Ravensbrück, 2005 », Genesis (Manuscrits-Recherche-Invention), vol. 27,‎ , p. 185-187 (lire en ligne, consulté le ).
  11. Communiqué de l'Ordre de la Libération, , [lire en ligne].
  12. « 27 mai 2015 : le discours de François Hollande au Panthéon », sur Le Figaro.fr, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]